« De tes nouvelles » – Agnès Ledig

Je remercie chaleureusement Babelio de m’avoir envoyé ce livre et donné l’opportunité de passer un pur moment de bien-être en compagnie des personnages sans artifice de ce livre que je compte bien vous donner envie de découvrir.

Le livre : « De tes nouvelles »

IMG_6633

Crédit photo : Samsha Tavernier

L’auteure : Agnès Ledig est une auteure française qui fût précédemment sage-femme. Elle se met sérieusement à écrire après le décès d’un de ses fils afin de se sentir mieux, sur les conseils du médecin qui le suivait. Elle a, depuis, connu un grand succès avec notamment « Marie d’en haut« , « Juste avant le bonheur » et « Pars avec lui« .

Le résumé : « Anna-Nina, pétillante et légère, est une petite fille en forme de trait d’union. Entre Eric, son père, et Valentine, qui les a accueillis quelques mois plus tôt un soir d’orage et de détresse. Maintenant qu’Eric et Anna-Nina sont revenus chez Valentine, une famille se construit jour après jour, au rythme des saisons. Un grain de sable pourrait cependant enrayer les rouages de cet avenir harmonieux et longtemps désiré. »

Mon avis : Ce roman se lit très vite et représente un réel rayon de soleil dans cette grisaille du mois de mars.

Avec cette fresque d’une vie simple et provinciale, Agnès Ledig nous dépeint avec beaucoup de tendresse une clique dépareillée de personnages et les fait cohabiter dans une harmonie poétique, presque enfantine.

Tous sont liés par le personnage d’Anna-Nina, petite fille dégourdie et pleine de bon sens à laquelle il est impossible de ne pas s’attacher.

On suit une histoire d’amour bancale, une passion ravageuse, des retrouvailles familiales et une quête vers la confiance en soi et la découverte de ses aspirations, le tout sur fond de nature bienveillante, cuisine healthy et créativité.

Ces thèmes feel-good sont parfaits pour les beaux jours qui arrivent et m’ont grandement rappelé les romans appréciés de Laurent Gounelle se situant entre la fiction et le développement personnel.

En lisant ce livre ne vous attendez pas à de l’aventure et des péripéties en cascade, il ne s’agit que de suivre des chroniques humaines sur une période d’un an, le rythme des saisons étant le seul à accompagner les pages qui se tournent.

Cela ne gâche pas la lecture qui reste agréable, comme les personnages de cette histoire qui ne devraient pas manquer de vous faire sourire et voir la vie en rose.

En bref : un vrai feel-good, une ode à la simplicité et aux petits plaisirs de la vie. A lire si vous cherchez un moment de tranquillité et pas nécessairement une évasion riche en aventures.

Connaissez-vous cette auteure? Avez-vous envie de découvrir ce livre? 

tous les livres sur Babelio.com

Suivez-moi à la Galerie Perrotin…

Connaissez-vous la jolie et secrète Galerie Perrotin?

Cachée sous un porche parisien en plein coeur du 3ème arrondissement, elle se dévoile uniquement quand on la cherche.

Avec son magnifique escalier à double révolution, elle vous invite à découvrir des artistes plus ou moins renommés, mais toujours dotés d’un talent certain.

img_6513

Galerie Perrotin : 76 Rue de Turenne, 75003 Paris

img_6517

img_6518

Le lieu ne manque pas d’un certain charme suranné. C’est pour moi une des plus belles galeries de Paris et malgré le fait qu’elle ne soit pas très grande, elle est véritablement propice à la rêverie…

img_6532

En ce moment, c’est l’artiste flamand Pieter Vermeersch qui expose ses toiles abstraites et nous dévoile ses travaux sur la matière. Les teintes irisées combinées au marbre donnent un rendu captivant.

img_6521

Pour en savoir plus sur le travail de cet artiste, je vous renvoie sur ce lien : ici

img_6522

img_6524

img_6527

Je vous conseille vraiment d’y faire un tour!

Ne manquez pas, non plus, la librairie de la Galerie (of course) pour feuilleter les superbes livres d’art et éventuellement vous ramener un petit souvenir!

img_6533

img_6534

img_6535

img_6536

img_6539

Dans le quartier, les galeries d’art ne manquent pas, donc en sortant baladez vous et perdez vous dans les petites rues pour tomber sur de jolies surprises!

Crédit photos : Samsha Tavernier

« Nymphéas noirs » – Michel Bussi

Michel Bussi est un auteur très apprécié, voire souvent encensé pour ses romans noirs à la française. J’avais précédemment lu « Ne lâche pas ma main » que j’avais bien aimé, malgré une chute légèrement forcée. Cette fois destination Giverny pour une toute nouvelle histoire.

Le livre : « Nymphéas noirs »

img_6487

Crédit photo : Samsha Tavernier

L’auteur : Michel Bussi est un écrivain et politologue français, également professeur de géographie. En janvier 2017, il est selon le classement du « Figaro », deuxième écrivain français en nombre de livres vendus, derrière Guillaume Musso. La majorité de ses romans se déroule en Normandie. Pour le suivre : ici.

Le résumé : « Le jour paraît sur Giverny. Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille. Le quotidien du village, les cars de touristes… Des silhouettes et des vies. Deux femmes, en particulier, se détachent : l’une, les yeux couleur nymphéa, rêve d’amour et d’évasion ; l’autre, onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. Deux femmes qui vont se trouver au cœur d’un tourbillon orageux. Car dans le village de Monet, où chacun est une énigme, où chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé…  »

Mon avis : Le thème est original et j’ai apprécié le cadre de ce polar : une série de meurtres à Giverny, cela appelle non seulement une avalanche de descriptions poétiques et impressionnistes, mais également des fragments biographiques sur Monet, ses amis et leurs incroyables travaux 🎨.

Un polar artistique dans lequel on croise une galerie de personnages hauts en couleurs que l’on apprécie plus ou moins, mais qu’on accompagne dans leurs histoires d’amour, leurs chagrins et leurs secrets inavouables.

Tout au long du livre, une question incessante nous trotte en tête : « Qui est le coupable? »

Tour à tour, tous sont soupçonnés, même ceux auxquels on n’aurait osé penser. Ce n’est qu’à la toute toute fin du roman qu’on comprend le fin mot de l’histoire.

Le moins que l’on puisse dire c’est que Bussi nous mène en bateau, car jamais je n’aurai anticipé un tel final! Oui mais voilà, c’est gros! J’ai vraiment trouvé la chute tirée par les cheveux et du coup j’ai eu du mal à suivre l’auteur dans son délire narratif. Heureusement, la dernière page m’a laissée le sourire aux lèvres et m’a un peu réconciliée avec ce final.

En bref : un cadre original, une plume agréable (malgré quelques petites longueurs), mais une fin mitigée. Je le recommande tout de même pour un moment distrayant et surtout pour se donner des envies de (re)découvrir la belle Giverny et l’oeuvre du grand Monet!

Connaissez-vous cet auteur? L’appréciez-vous? 

Un déjeuner healthy chez « Republique of coffee »

Cela faisait longtemps que je n’avais pas pu partager avec vous une de mes bonnes adresses parisiennes! Je suis donc ravie de revenir aujourd’hui pour vous parler d’un nouveau spot healthy et branché qui a ouvert ses portes récemment juste à côté de la place de la République!

img_6506

Republique of coffee : 2 boulevard Saint Martin 75010 Paris

img_6492

Il s’agit de « Republique of coffee », un restaurant / salon de thé qui régalera les amoureux des produits bons, sains et originaux. Tout est fait maison et superbement présenté. C’est absolument délicieux et la carte est parfaite pour les végétariens.

img_6493

img_82741

Les assiettes sont très copieuses, difficile de terminer. On finit repus, mais pas lourds pour autant!

img_6502

img_6505

img_20170304_134113

img_82811

Question prix : cela reste somme toute très raisonnable pour une adresse qui a la côte à Paris : comptez 14 euros pour une assiette, un thé et un cookie. (En plus, il est possible de gagner un cookie gratuit si vous battez le record d’un jeu vidéo vintage! )

img_6494

Niveau déco : sobre et hype avec des plantes, du vintage, du néon et du rose… Parfait pour les photos!

img_6495

img_6497

img_6498

img_6499

Bref : je vous recommande vivement de tester!!

img_6511

Connaissiez vous cette adresse? Avez-vous envie d’aller y faire un tour?  

Crédit photos : Samsha Tavernier

« La défense Lincoln » – Michael Connelly

Ce livre, cela faisait un moment que je voulais le lire (depuis sa sortie cinéma en 2011). L’histoire me tentait bien, mais faute de temps ou d’opportunité je ne l’ai pas fait. Jusqu’à ce que je l’achète 1€ en brocante et que je le glisse dans ma PAL…

Et enfin, enfin, je me suis lancée et quelle bonne surprise! 💙

Le livre : « La défense Lincoln  »

img_6485

Crédit photo : Samsha Tavernier

L’auteur : Michael Connelly est un auteur américain majeur, spécialisé dans les romans policiers. Il écrit depuis 1992 au rythme régulier d’un roman par an. Plusieurs de ses livres ont été adaptés au cinéma. Pour le suivre : ici.

Le résumé : « Défenseur attitré des chauffards, bikers et autres dealers, Mickey Haller est habile au prétoire mais méprisé par le barreau de Californie. Il passe sa vie dans sa Lincoln à traquer les petites affaires. Un jour, pourtant, il décroche le gros lot : un riche fils de famille fait appel à ses services. Mais l’excitation des débuts cède bientôt place à l’inquiétude. Haller s’aperçoit que cette «aubaine» pourrait bien lui coûter la vie… »

Mon avis : Michael Connelly réalise ici un véritable coup de maître! Je me suis peut-être autant passionnée pour ce livre du fait de ma future profession, mais j’ai trouvé l’histoire prenante.

J’ai également développé beaucoup d’admiration pour le personnage principal : Mick Haller, un avocat de la défense fin stratège et dédié à la justice et au fait que tout un chacun mérite d’être défendu. De ce fait, beaucoup le méprise : des flics jusqu’à son ex-femme (Procureur) dont il est encore passionnément épris.

Cet élément m’a beaucoup touché et laissé un peu coite, je dois l’admettre, (ceci probablement dû au fait que j’évolue uniquement dans ce milieu et que cela me paraît parfaitement normal d’assurer la défense des criminels).

Tout sonne juste dans ce roman de Connelly : on est réellement immergés dans le milieu de la justice (jusqu’à l’exacte terminologie), bien loin des faux clichés glamour parfois vendus par l’industrie Hollywoodienne. La raison : Michael Connelly a travaillé avec des avocats pénalistes et des magistrats américains.

Concernant l’intrigue, on est complètement dedans : erreurs judiciaires, secret professionnel, histoire de Serial Killer … Bref, tout y est et l’oeuvre est faite pour intéresser le grand public (si jamais je vous avais dissuadé avec mes histoires de Droit).

La chute est, elle aussi, surprenante et menée juste comme il faut!

En bref : à un tout petit cheveu du coup de coeur! 👏🏽

Et le film ? Une bonne adaptation très fidèle au livre malgré quelques différences et une dimension psychologique moins présente. Un bon point pour le casting également avec Matthew MccConaughey que j’adore! 👌🏽 Un bon complément du livre…

Avez-vous lu ce livre? Vu le film? 

« Tous complices » – Nicci French

Encore une pépite de brocante (décidément, je devrais faire ça plus souvent) que je vous présente dans cette nouvelle chronique lecture. Un thriller psychologique tout en musique…  🎶

Le livre : « Tous complices »

img_6479

Crédit photo : Samsha Tavernier

Les auteurs : Nicci French est le pseudonyme conjoint de Nicci Gerrard et de son mari Sean French. Ils sont, tous les deux, écrivains et journalistes anglais. Ils décident d’écrire en commun un premier thriller psychologique « Mémoire piégée » en 1997 qui fût immédiatement un best-seller. Depuis, ils ont écrit 16 autres romans à quatre mains.

Le résumé : « Bonnie, professeur de solfège, monte un groupe de musiciens amateurs pour animer le mariage d’une amie. Mais entre Amos, son ex pas encore remis de leur rupture, Neal, l’amoureux transi et Hayden, le ténébreux virtuose, le courant ne passe pas. 
La mort violente d’Hayden, secrètement en couple avec Bonnie, fait exploser le groupe. 
Jalousie ? Déception ? Vengeance ? Chaque membre de l’orchestre avait une bonne raison de tuer l’irrésistible rocker. Pour trouver le coupable, reste à attendre la fausse note… »

Mon avis : Je ne connaissais pas ces auteurs qui officient sous le pseudonyme de « Nicci French » et travaillent à quatre mains. J’ai immédiatement trouvé le concept intéressant tout comme la quatrième de couverture vendant un « polar musical ».

Le livre se compose de petits chapitres « Avant », « Après ». Au début de ma lecture j’essayais de trouver les différences de style et d’identifier le changement de plume (ce qui s’est avéré impossible tant il est subtil), mais rapidement je me suis totalement laissée entraîner dans l’histoire.

Au cours de ces sauts dans le temps, on suit (avec angoisse) Bonnie, une jeune professeur de musique, un peu paumée et dans une phase difficile de sa vie : une séparation douloureuse, un appartement miteux et une carrière musicale ratée. Tout semble s’améliorer lorsqu’on lui demande de jouer lors d’un concert au cours d’un mariage et de former quelques musiciens pour l’occasion. Son petit groupe est dysfonctionnel et mal assorti mais constitue tout de même une joyeuse équipe (de bras cassés). C’est là que le ténébreux et séduisant Hayden débarque et sème la zizanie avec ses attitudes désinvoltes et sa grande gueule. Un bad boy torturé comme on les aime (malheureusement). L’équilibre, déjà un peu précaire, de cette équipe va s’écrouler pour tout laisser sans dessus dessous.

Difficile de ne pas spoiler, mais ce que je peux vous dire c’est qu’il s’agit d’un thriller psychologique extrêmement bien mené. Dès les premières lignes on a l’impression de tout comprendre à l’intrigue pour finalement réaliser que le duo d’auteurs nous a bien mené en bateau.

Je ne vous parle même pas de la chute de l’histoire qui m’a laissé complètement pantoise ! 😱

En bref : Un livre que j’ai lu en deux jours et que j’étais pressée de retrouver dans les transports après ma journée. Pas un véritable « coup de cœur », mais une très belle découverte lecture. J’en ai profité pour lire quelques critiques sur le livre et apparemment ce n’est même pas le meilleur du duo « Nicci French », du coup j’ai bien envie de découvrir les autres!

Et vous connaissez-vous ces auteurs ? Laisserez-vous tenter par cette lecture ?

La révolution des ambiances musicales…

Aujourd’hui, un court article pour vous faire part d’une découverte qui va changer  ma façon de lire, je veux parler … suspense… des ambiances musicales! 🎶

Il ne s’agit pas là de se composer une playlist à dérouler pendant votre séance lecture, mais d’une application de génie qui a concocté toute une série d’ambiances musicales à sélectionner en fonction du cadre de votre lecture.

Il s’agit de l’application (téléchargeable gratuitement) : « Ambient mixer« . Cette dernière met à disposition une bibliothèque de sons d’ambiances :

  • « soir d’orage » ⚡️ ;
  • « roadtrip en voiture » 🚘 ;
  • « balade en forêt »🌳.

Il n’y a plus qu’à choisir en fonction de son chapitre et se laisser complètement immerger. L’idée de pouvoir entendre les mêmes sons que ceux décrits dans un livre permet vraiment de vivre l’expérience à fond (un peu comme un film en 3D).

capture-decran-2017-01-31-a-22-43-59

capture-decran-2017-01-31-a-22-44-23

Pour les plus geeks d’entre nous vous, « Ambient Mixer » a tout prévu avec des thèmes « Games of throne« , « Sherlock Holmes« , « Lord of the ring« , « Le monde de Narnia » et même « Harry Potter » et alors là je m’arrête 5 minutes sur ce dernier thème parce que non seulement, comme vous commencez à le savoir, je suis fan (j’ai pu constater au fil des articles que beaucoup d’entre vous l’étaient aussi), mais parce que les créateurs de l’appli se sont donnés à fond :

  • fôret interdite 🌲;
  • cabane d’Hagrid 🍻;
  • salles communes (Gryffondor, Serdaigle, Poufsouffle, Serpentard) 🔥;
  • grande salle 🍴;
  • bureau de Dumbledore✒️.

Bref, tout y est et c’est super d’avoir l’impression d’être à Poudlard!

capture-decran-2017-01-31-a-22-44-41

Pour finir, il y a également quelques ambiances zen parfaites pour méditer ou à écouter avant de se coucher…

Laisserez-vous tenter par l’expérience? Connaissez-vous cette appli? 

« Persuasion » – Jane Austen

J’ai découvert le merveilleux talent de Jane Austen avec « Orgueil et préjugés » (comme beaucoup je pense). J’ai été ravie par le caractère déterminé d’Elizabeth Bennett, émue par la romance avec l’impétueux M.Darcy et amusée par la satire sociale dressée à l’encontre des autres personnages. Je me suis délectée de l’adaptation cinématographique de l’ouvrage (pour une fois) et m’en suis tenue là tout en me promettant d’en découvrir plus sur cette auteure de talent.

Cela prit un certain temps, mais c’est maintenant chose faite avec ma seconde lecture de l’auteure : « Persuasion »…

Le livre : Persuasion

img_6475

Crédit photo : Samsha Tavernier

L’auteure : Jane Austen est une auteure britannique du 18ème siècle. Elle fait partie des écrivains les plus lus et les plus aimés. Elle est connue pour ses critiques sociales, son réalisme et ses intrigues amoureuses prenant place dans une société conservatrice et obsédée par les apparences. Jane Austen a vécu une partie de sa vie à Bath (ville que l’on retrouve dans de très nombreux ouvrages). Elle est décédée en 1817, à l’âge de 41ans.

Le résumé : « Depuis quand une jeune fille a-t-elle besoin qu’on lui dicte sa conduite ? Si elle s’est laissée persuader trop jeune de rompre ses fiançailles, Anne Eliott n’est plus dupe. Et lorsque son ancien amant réapparaît, auréolé de gloire, l’heure n’est pas à l’indécision. Pour Anne, il est temps de faire fi des convenances et de la vanité de son entourage ! »

Mon avis : Ce livre fut le dernier de Jane Austen et publié, par son frère, à titre post-mortem.

L’ambiance austinienne est – indubitablement – au rendez-vous et on retrouve tous les classiques du genre :

  • une protagoniste douce et bonne
  • des soeurs frivoles et obsédées par leur évolution sociale
  • une Angleterre conservatrice
  • une romance malmenée par les événements
  • une satire sociale acide

Finalement, presque les mêmes éléments que dans les contes de fées, à l’exception près que celui-ci fait moins rêver. En effet, il n’y a ni blanc, ni noir, mais l’on se retrouve plutôt devant une histoire en technicolor où tous ont des tares (plus ou moins surmontables), et certains de vilains secrets.

La lecture est agréable, mais le rythme est lent ( à l’image de la vie des riches bourgeoises vivant à la campagne, à l’époque victorienne). On se laisse prendre par l’intrigue amoureuse, on s’amuse, on s’énerve (cumulativement ou alternativement) des humeurs des personnages, et souvent, on a envie de secouer Anne : trop gentille, trop influençable (d’où le titre : « Persuasion »), si vertueuse que ça en devient un défaut.

Persuasion est, selon moi, en deçà d’ « Orgueil et préjugés », mais en lisant la postface d’Henri Plard (que je recommande d’ailleurs chaudement tant elle est instructive), j’ai découvert que seuls les vrais admirateurs du talent de Jane Austen sauraient apprécier cette lecture. Pour certains, « Persuasion » aurait même une certaine dimension autobiographique et Jane Austen se serait un peu dépeinte sous les traits d’Anne et son histoire d’amour passée.

Cette interprétation m’a fait penser au film « Jane » que je vous recommande :

D’autres historiens et passionnés de littérature de l’époque réfutent cette thèse, comparant davantage Jane Austen à la fameuse Elizabeth Bennett.

En bref  : Une jolie découverte, mais trop de longueurs pour moi. Ceci dit, Jane Austen reste la maîtresse incontestée de ce genre de « romance de campagne ». Prochain Austen sur la liste : « Northanger Abbey » (le second titre le plus lu après « Orgueil et préjugés »).

Aimez-vous Jane Austen? Avez-vous lu « Persuasion »? Quels titres me conseillez-vous? 🌸

Lançons nous dans l’aventure « The cosmic books »

L’article d’aujourd’hui me tient particulièrement à coeur parce qu’il s’agit d’un projet collaboratif… ❤️

J’aime vous retrouver ici une à deux fois par semaine, j’aime vous lire et j’aime plus que tout partager avec vous. Grâce au blog, j’ai fait de superbes rencontres et j’ai réfléchi à l’instauration d’un autre espace de partage.

Dans un premier temps j’ai pensé à un nouveau club de lecture 📖 avec des rencontres pour les lecteurs et lectrices en île-de-France, mais je fais déjà partie de 3 clubs (dans lesquels je suis plus ou moins active) : celui du Petit pingouin vert, celui d’Anything is possible et celui de Mango&Salt. Même si la reprise des trajets en RER m’a permis de récupérer un bon rythme de lecture, je sais déjà que je ne serai pas capable de suivre.⌛️

C’est alors que j’ai eu une autre idée (je laisse mûrir celle des rencontres pour les beaux jours), en m’adonnant à un autre de mes passe-temps dans les transports : j’ai nommé Instagram. Je vous parlais déjà ici de certains de mes comptes préférés et force est de constater que j’ai une véritable passion pour le « bookstragram », à savoir la mise en scène artistique et photographique de livres :

  • avec une tasse de café ☕️🍪 ;
  • sur un beau plaid ✨ ;
  • dans la nature 🌲 ;

Bref, je ne me lasse pas de ces belles images, dont voici quelques exemples :

J’ai donc décidé d’ouvrir un nouveau compte Instagram, en plus de mon compte personnel, où poster de telles photos : « thecosmicbooks« 📷

L’idée est que vous postiez de chouettes mises en scène avec le #cosmicbooks ou que vous identifiez le compte sur vos photos. Je regramerai  alors les photos sur le compte en vous identifiant pour que tout le monde sache qui a le crédit de la photo. 

Ainsi, ce serait un moyen de voir ce que nous lisons, de partager et d’en faire quelque chose d’artistique, la seule règle étant de laisser parler sa créativité.

Qu’est-ce que vous en pensez? Le projet vous tente? J’espère sincèrement que c’est le cas! Pour toutes celles et ceux qui souhaitent participer, partagez l’info autour de vous pour que nous soyons le plus nombreux possible! 👌🏽

« Zem Zem, mon enfant d’Ethiopie » – Monique Brossard-Le Grand

Sur des conseils bien avisés, je me suis plongée dans ce livre en décidant de sortir un peu de mes habitudes de lecture. Résultat, j’ai découvert un très beau récit plein d’humanisme et de courage.

Je vous fais les présentations :

Le livre : « Zem Zem, mon enfant d’Ethiopie »

img_6469

Crédit photo : Samsha Tavernier

L’auteure : Monique Brossard- Le Grand est chirurgien, ancien médecin des hôpitaux et psychiatre. Suite à une maladie contractée pendant une mission humanitaire au Cambodge en 1980, elle perd en partie l’usage de sa main gauche, ce qui lui interdit toute chance de réopérer. Elle se lance alors dans l’écriture et est l’auteur de nombreux livres parmi lesquels « Chienne de vie je t’aime ! » et « Vive l’hôpital ! » qui lui apportèrent la notoriété.

Le résumé : « Lorsqu’elle arrive en Ethiopie pour une mission médicale et humanitaire, Monique Brossard-Le-Grand découvre d’abord l’enfer. Celui de la violence et de la misère, de la fatalité et de la mort. Au jour le jour, pourtant, elle lutte, elle soigne, elle regarde et elle se laisse éblouir – par la finesse et le courage de son peuple d’accueil, la beauté des paysages, l’amitié des capucins et des franciscaines, et surtout, par les pressions des mains échangées et les sourires reçus. Un matin, à la « clinique », on lui amène une petite fille qui pèse 2 kg et qui ne bouge même plus la tête. A la seconde où elle le voit, Monique se prend d’un amour fou pour ce bébé qui va mourir. C’est Zem-Zem, et la véritable aventure qui commence… »

41a8294cc6c1bb76ac217ceaa3c59f44

Mon avis : « Zem Zem, mon enfant d’Ethiopie » est le carnet de voyage d’une femme médecin aventurière et courageuse qui s’engage avec le secours catholique dans le cadre d’une mission humanitaire en Ethiopie.

On la suit jour après jour dans son voyage et on vit avec elle son histoire d’amour passionnelle pour les terres africaines: entre amour profond et souffrance, entre félicité et larmes. On partage avec elle ses petits plaisirs de la vie quotidienne tels que les repas chaleureux et conviviaux avec les sœurs et frères de la mission, la redécouverte du goût d’un nougat noyé sous le coca-cola, la fierté de sauver les plus démunis.

D’un autre côté, on est également témoin de tous les instants de doutes et d’impuissance face à la misère et à l’immensité des efforts à réaliser.

Les descriptions des paysages tantôt urbains, tantôt désertiques, tantôt oasis de verdure, sont criantes de vérité, si bien qu’on a l’impression de regarder des photographies.

Et puis, au beau milieu de ce carnet de bord, on est frappés par un coup de foudre presque irrationnel entre cette femme médecin et une jeune enfant dont elle s’acharne à sauver la vie.

L’histoire d’amour, dont on fût, dans un premier temps, témoins envers l’Afrique est transférée vers cet enfant, Zem Zem : véritable allégorie du continent africain dans son ensemble.

En bref : une histoire brève, qui se lit très rapidement et qui plaira à tout ceux qui ont, un jour, envisagé l’aventure de l’humanitaire ou qui aiment les films comme « Les chevaliers blancs » :

Crédit photo : Samsha Tavernier