Romaaa

Bonjourno !!

En cette dernière semaine de vacances, bonnes résolutions et stress de la rentrée nous guettent … Je refuse de céder au blues de Septembre. C’est pourquoi en ces jours sombres et difficiles, je vous ferai partager mes doux souvenirs de vacances.
Aujourd’hui, je vous donne rendez-vous au sein de la capitale italienne la belliiissima Roma.
Cette ville est vraiment magnifique : énormément de choses à voir et découvrir.
Ma plus belle surprise : le très touristique Vatican, mais finalement à voir au moins une fois pour prendre la mesure de la richesse du mini État.
Bon, on ne va pas se le cacher, le problème c’est vraiment le monde permanent dans la ville (sans parler des groupes) et tout ce qui s’en suit : attrape-touriste, vendeurs à la sauvette (très insistants) et pickpockets.
Autre conseil armez vous d’une bonne paire de baskets, le réseau de métro n’étant pas très bien fourni.
Mais allez y, baladez vous et n’hésitez pas à jouer les explorateurs, vous tomberez toujours sur une superbe basilique, un musée, un squat pour chats errants ou un parc rafraîchissant. Profitez-en également pour faire un petit tour ailleurs en Italie si vous en avez l’occasion, on trouve des trains très facilement !

2 (2)

2

3

4

5

6

7

8

9

15

10

11

12

13

14

16

17

18

19

20

21

23

Mes bons plans :

  • Le quartier de Saint Agnese pour les petites boutiques sympas et originales (car dans le centre de Rome rien de fou-fou surtout niveau mode. On retrouve surtout les grandes enseignes du genre Zara ou Mango) et pour les glaciers. Je vous en conseille deux en particulier : Dare gelateria et Fatamorgana ! Mamamia deux des meilleurs testés dans Rome avec des parfums originaux et fait-maison qui changent plusieurs fois dans la semaine.
  • Le quartier de Cavour pour son petit marché artisanal et ses terrasses pour boire un jus de fruit pressé.
  • La boutique Lindt à côté du Panthéon pour ses pyramides multicolores (littéralement) de chocolats. Je pense que tous les parfums imaginables sont là-bas.
  • La boutique Eataly : mi-supermarché mi-marché avec du produit traiteur pour s’essayer à la cuisine italienne ou ramener un paquet de spaghetti de 60 cm ! (le bémol : les prix!)

Voila, j’espère que cela vous donnera envie. Arrivederci les amis !!

Crédit photos : Samshâ Tavernier

Mes lectures du mois de juillet

Avec mes études (de Droit), je n’ai pas beaucoup le temps de lire les romans qui me plaisent (C’est sûr que « Fiducie-Sûretés et Publicité Foncière » n’est pas vraiment dans mon top 100). Du coup, je profite à fond des vacances pour me rattraper et dévaliser la Fnac. Aujourd’hui, je vous présente 4 bouquins qui m’ont accompagné à la plage au mois de juillet…

La terre brûlée - Le remède mortel

Les livres : La terre brûlée & Le remède mortel

L’auteur : James Dashner est un écrivain américain de 42 ans, diplômé de la Brigham Young University. Il aime s’inspirer des livres et films qu’il a apprécié comme le Seigneur des anneaux, par exemple. Il est l’auteur de différentes séries en plus de celle de l’Épreuve ( Infinity Ring, The Mortality doctrine, The Jimmy Fincher saga, The 13th Reality) C’est néanmoins avec L’Épreuve qu’il rencontre un vrai succès, puisque la saga est désormais adaptée à l’écran.
Pour le suivre : http://jamesdashner.com/

Les synopsis :

La terre brulée : « Thomas en était sûr, la sortie du labyrinthe marquerait la fin de l’épreuve. Mais à l’extérieur, il découvre un monde ravagé. La terre est dépeuplée, brûlée par un climat ardent. Plus de gouvernements, plus d’ordre… et des hordes de gens infectés, en proie à une folie meurtrière, errent dans les villes en ruines.
Au lieu de la liberté espérée, Thomas se trouve confronté à un nouveau défi démoniaque. Au cœur de cette terre brûlée, parviendra t-il à trouver la paix … et un peu d’amour ? » 

Le remède mortel : «  Le WICKED a tout volé à Thomas : sa vie, sa mémoire et maintenant ses seuls amis. Mais l’épreuve touche à sa fin. Ne reste qu’un dernier test…Terrifiant.
Cependant, Thomas a retrouvé assez de souvenirs pour ne plus faire confiance à l’Organisation. Il a triomphé du labyrinthe. Il a survécu sur la terre brûlée. Il fera tout pour sauver ses amis, même si la vérité risque de provoquer la fin de tout. » 

Mon avis : Après avoir vu le film « Le Labyrinthe » inspiré du premier volet de la saga, j’ai été intriguée et c’est ce qui m’a poussé à lire le deuxième tome. J’ai tout de suite accroché sur le style d’écriture. Le décor est bien posé et on reste en haleine de la première à la dernière page tout en suivant les aventures des « Blocards ».

Le hic : pas de grande révélation par rapport à la trame de fond concernant les actions de l’Organisation WICKED, mais au final j’ai été tellement captivée par les aventures en elles même que je n’y ai pas accordé beaucoup d’attention.
Le soucis : je sens déjà que je vais être déçue par la suite de l’adaptation cinématographique (le revers de tous les bons romans me direz-vous.)

En bref : On est triste quand la trilogie prend fin, on en veut plus. Heureusement James Dashner nous gâte avec ses deux Préquels. C’est différent, mais on est content de rester un peu plus longtemps dans l’univers qui a été planté.

L'ordre de tuer

Le livre : Premier Préquel de L’Épreuve – L’Ordre de tuer

Le synopsis : « Treize ans avant que Thomas entre dans le Labyrinthe, une éruption solaire a frappé la Terre. Mark et Trina ont survécu à la catastrophe. Mais cette terrible épreuve n’est rien comparé à ce qui les attend. Une étrange épidémie se répand aux États-Unis, elle frappe de folie les individus qu’elle atteint. Pire, elle met en danger jusqu’à l’existence de la race humaine !
Convaincus qu’il existe un moyen de sauver les malades, Mark et Trina sont bien décidés à le trouver… s’ils parviennent à rester en vie. Dans ce monde dévasté, certains préfèrent tuer pour que personne ne découvre la vérité. » 

Mon avis : Toujours autant d’action dès les premières pages du livre, on ne s’ennuie pas. Au contraire, on reste sur nos gardes et on vibre pour les personnages.
L’ambiance générale du livre n’est toutefois pas très positive, mais après tout rien de bien étonnant dans un contexte post-apocalyptique.

Le hic : J’ai trouvé le personnage principal Mark moins attachant que celui de Thomas.
Des similitudes un peu trop importantes pour amener l’histoire et notamment les souvenirs des personnages via les rêves, ça devient un peu attendu au fur et à mesure de l’histoire.

En bref : j’ai beaucoup apprécié tout de même et j’attends avec impatience le second Préquel : Le code de la fièvre à paraître en 2016 qui racontera cette fois les tous débuts du labyrinthe du point de vu des « Blocards » principaux : Alby, Minho, Newt et bien sûr Thomas.

Les Suprêmes

Le livre : Les Suprêmes

L’auteur : Edward Kelsey Moore est un auteur et violoncelliste professionnel américain de 53 ans. Il est diplômé de l’Université de l’Indiana et de l’Université de Stony Brook à New York.
Il signe son premier roman qui veut dresser un portrait réaliste de l’« Afro-American way of life ». Il s’est, pour cela, inspiré des femmes de sa famille.
Pour le suivre : http://www.edwardkelseymoore.com/

Le synopsis : «  Elles se sont rencontrées à la fin des années 1960 et ne se sont plus quittées : tout le monde les appelle « les Suprêmes », en référence au célèbre groupe de chanteuses des seventies. L’intrépide Odette converse avec les fantômes et soigne son cancer à la marijuana sur les conseils de sa défunte mère, tandis que la sage Clarice endure les frasques de son volage époux pour gagner sa part de ciel. Toutes deux ont pris sous leur aile Barbara Jean, éternelle bombe sexuelle que l’existence n’a cessé de meurtrir. Complices dans le bonheur comme dans l’adversité, ces trois irrésistibles quinquas afro-américaines se retrouvent tous les dimanches dans l’un des restaurants de leur petite ville de l’Indiana : entre commérages et confidences, rire et larmes, elles se gavent de poulet frit en élaborant leurs stratégies de survie. »

Mon avis : Un très beau style de la part de cet auteur avec le choix des bons mots et des métaphores toujours bien trouvées. Ce livre est celui de la vie des trois « Suprêmes », s’y mêlent présent et passé. L’ambiance de la petite ville du sud des États-Unis post-ségrégationniste est très bien décrite. Jamais de pathos dans ce livre. Au contraire on sourit très souvent devant le caractère singulier des personnages.  J’ai versé ma larme, je l’avoue.

Le hic : Ce livre nous apporte plein de surprises notamment via les flash-back dans le passé des Suprêmes, mais pas d’intrigue policière ou d’action à gogo.

En bref : un beau roman émotion qui nous apporte quelques leçons de sagesse de la part de ces trois grand-mères plus qu’attachantes.

J’espère que cela vous aura donné envie d’adopter un de ceux là sur votre table de chevet! Le mois prochain : du fantastique (encore), du policier et de l’émotion au rendez-vous.

La bisette…

Crédits photos : Samshâ Tavernier