Horrorstör – Gary Hendrix

Bonjour mes petits loups,

Today, je souhaite vous faire découvrir un livre un peu spécial que j’ai reçu du papa noël : Horrorstör

IMG_20151025_102645

Je ne vous cache pas être une grande trouillarde et ne pas raffoler des livres d’horreur, mais si ce livre vole en solo aujourd’hui, c’est parce que je voulais faire un petit focus sur son originalité!

La première étant une bande annonce pour synopsis! (Il faut dire que j’imagine parfaitement une adaptation cinématographique)

Le synopsis : « Il se passe quelque chose d’étrange au magasin de meubles Orsk à Cleveland, en Ohio. Ces derniers temps, les employés découvrent, en arrivant le matin, des étagères Kjërring démontées, des piles de gobelets Glans renversées, des armoires Liripip fracassées… Les ventes sont en berne, les responsables de rayon paniqués : les caméras de surveillance ne montrent rien d’anormal. Pour lever le mystère, une équipe de trois employés s’engage à rester sur place toute une nuit. Au coeur de l’obscurité, ils arpentent les allées du showroom désert, courent après d’inquiétants bruits et finiront par se confronter aux pires horreurs… »

L’auteur : Grady Hendrix est un auteur américain qui écrit pour plusieurs publications dont le New York Post. Il fut critique de cinéma. Il est également un des fondateurs du «New York Asian film festival». Il a écrit plusieurs romans notamment de science-fiction et il aime sortir des sentiers battus comme l’illustre son site internet ou son livre « Horrorstör ». Il appelle lui-même ses fictions : « les mensonges ».
Pour le suivre.

Mon avis : Malgré mes appréhensions quant au genre, j’ai été plutôt agréablement surprise. Je l’ai lu en une journée (style fluide et grosse typo) et j’ai frissonné au fil du déroulement de l’intrigue sans pour autant, je vous rassure, en rester traumatisée avec nuit blanche à la clé.
Le déroulé de l’histoire m’a fait beaucoup penser à un film, sans doute est-ce dû à la culture cinématographique de l’auteur.
Malgré des scènes assez effrayantes, le livre est bourré d’humour, de cynisme et de métaphores parfois parodiques. Une lecture à prendre au second degré.

IMG_20151025_102841

Le hic : certaines incompréhensions subsistent à la fin sur la motivation des personnages. De même, j’ai trouvé certains passages tirés par les cheveux (mais ceci s’explique probablement par le ton « parodique » adopté par l’auteur)

Le + : Le format du livre. Comme je vous le disais plus haut cette œuvre est bourrée d’originalité et joue le jeu jusqu’au bout : le roman est présenté sous la forme d’un catalogue Ikea Orsk avec plans du magasin, prix, couleurs disponibles, bons de livraison. On trouve de la publicité, les entretiens individuels des personnages (et même l’auteur a sa fiche d’employé).
Au fur et à mesure que l’histoire dérape, les meubles Orsk aux noms suédois imprononçables sont détournés pour cadrer avec les événements, ce que j’ai trouvé très bien pensé. Page de remerciement incluse on reste plongé dans l’univers Orsk, ce qui crée une confusion bienvenue.
J’ai trouvé cette idée vraiment super et je vous encourage à découvrir cet OVNI pour cette raison!

IMG_20151025_102957

La devise de Orsk  : « Orsk vous accompagne tout au long de votre vie, laissez nous vous révéler à vous même. Grâce à ce géant de l’ameublement, construisez votre petit nid douillet. »

Je vous présente donc des éléments de mon paradis made in Sweden 😉stockholm-fauteuil-haut-vert__0181253_PE332926_S4

fauteuil « Stockholm »

lappljung-ruta-tapis-poils-ras-blanc__0146815_PE305810_S4

tapis « Lappljung »

finansiell-decoration-cheval-noir__0185828_PE337883_S4

cheval « Finansiell »

vinranka-housse-de-couette-et-taie-gris__0150844_PE308921_S4

housse de couette « Vinranka »

ofelia-couverture-blanc__81189_PE205764_S4

plaid « Ofelia »

lappljung-ruta-housse-de-coussin-blanc__0214040_PE369744_S4

coussin « Lappljung »

strala-lampe-de-table-jaune__0379024_PE546319_S4

lampe « Strala »

rutin-bougie-bloc-parf-gris__0209528_PE363058_S4

bougies « Rutin »

historisk-carnet-rose__0210855_PE364612_S4

carnet « Historisk »

bild-image__0364552_PE516371_S4

map monde « Bild »

cactaceae-plante-en-pot__0159336_PE315864_S4

plantes « Cactaceae »

jamnt-chope-blanc__0237225_PE376618_S4

mug « Jamnt »

choklad-lingon-blabar-chocolat-gout-airelle-myrtille__0137254_PE295260_S4

et parce que ce ne serait pas un nid douillet sans chocolat…

Et vous vous mettriez quoi dans votre sweet home? 

 

London # Kew Gardens

Hello,

Je suis de retour avec mon London adoré!!! J’ai longtemps hésité entre une petite série sur le Central London ou alors la grande banlieue. Finalement, j’ai opté pour rester encore un peu en zone 4, parce qu’il y a plus de chance que vous connaissiez mieux le centre de la capitale (ne vous inquiétez pas, je vous y emmène très vite quand même!)

Nous voilà donc de retour dans cette ambiance de campagne anglaise et en communion avec la nature! Cette fois destination Kew Gardens un immense parc avec sa multitude de serres, de plantes exotiques, d’animaux, de superbes points de vue…

En plus, pour la période des fêtes de fin d’année, le « jardin » se pare de ses plus beaux atours et s’illumine de milles feux et couleurs (je n’ai malheureusement jamais eu la chance d’assister à ce spectacle nocturne, ce qui ne m’empêche pas de vous le recommander chaudement si vous avez l’occasion de vous rendre à Londres en cette période de l’année).

Bref, si vous êtes un amoureux de la nature et cherchez un petit moment au calme : courez à Kew Gardens!

***

Hello my dears,

Here I am with my favorite topic again : London !! After some hesitations, I decided to stay a little bit in the Londonian suburbs (Zone 4 more exactly), as you shall probably better known Central London (don’t worry, I will bring you there next time…)

We are once again in this countryside mood with cute squirrels all around : destination Kew Gardens, an immense park full of greenhouses, exotic plants, cactus and beautiful viewpoints up in the trees !

In December and January, the gardens are illuminated at night time (unfortunately, I have never assisted to such a spectacle but I highly recommend you to go there if you can).

To sum up, if you enjoy nature and are looking for a moment of serenity, you have to go there !

20150116_111251 (1)

20150116_123117

20150116_113933 (1)

20150116_115102

20150116_115055 (1)

20150116_114341

20150116_120103

20150116_121131

20150116_120142 (1)

20150116_120349

img_1292_effected

20150116_124716

20150116_120724

20150116_121255

20150116_121124

20150116_121024

20150116_135937 (1)

20150116_122238

20150116_132024

20150116_132659

20150116_122252

20150116_140114 (1)

20150116_152950

20150116_124754 (1)

img_1440_effected

20150116_132802

20150116_134231

20150725_191300

20150116_124858

20150725_182345

img_1329_effected

20150116_153501

20150116_154858

20150116_152108 (1)

20150116_152122

20150116_110252 (1)

Crédit photos : Samsha Tavernier

***

Petit bonus 

IMG_20151217_140309 (1)

Illustration : Christine Couturier

2fda581ea72348a2047620324e77c4e1

Comment lire en anglais?

5a93efd01372a9ddfb306f292358026b

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je voudrais aborder avec vous le sujet de la lecture en VO (et notamment en anglais puisque c’est ce que je lis le plus souvent).
J’ai constaté, en parlant autour de moi, que regarder une série ou un film en VOSTFR voire en VO n’effrayait pas la plupart des gens, contrairement à la lecture. Je me propose donc de vous donner quelques conseils pour être plus à l’aise avec ce type de livres.
Je ne veux pas parler ici de la littérature enfantine qui est souvent recommandée aux débutants pour s’améliorer. C’est vrai qu’il faut parfois en passer par là, toutefois les histoires pour les plus jeunes ne nous passionnent pas toujours, en plus de nous attirer des regards moqueurs dans les transports. Bref, de quoi en démotiver plus d’un…
Alors comment choisir un livre en anglais (et un qu’on va terminer si possible)?

fd95d7ebf0e02231e84b5fc4c41f6749
Cette chronique est purement subjective et inspirée de mon expérience personnelle. Je ne suis pas professeur d’anglais, ni spécialiste en la matière. J’ai acquis un bon niveau notamment grâce à mes études à l’étranger, toutefois avant d’en arriver là, j’ai du faire des efforts de mon côté. Dans ma quête du parfait roman en anglais (qui n’existe pas autant briser le suspense dès maintenant) j’ai été confrontée à toutes sortes de conseils (plus ou moins écoutés), je vous dresse donc un bref état des lieux de ce que j’ai retenu et vous conseille à mon tour…

f35c955dbece7d1601f512a2b64d3256

Choisir un petit livre : ça paraît évident dit comme ça, mais en entrant dans une librairie anglaise pour la première fois, je me suis ruée sur les Harry Potter que je voulais absolument lire en VO ! Eh bien, je vous le dis tout de suite, malgré ce que j’ai pu lire sur beaucoup d’autres sites, je ne trouve pas du tout que ce soit une lecture à recommander pour quelqu’un qui débute en la matière. Certes, plus le livre nous plaît et plus on aura envie de le poursuivre jusqu’à la fin. Cependant, il ne faut pas oublier que lire dans une langue étrangère est fastidieux, fatiguant et parfois un peu prise de tête (je n’ai pas peur de l’admettre) alors rajoutez à cela un vocabulaire très riche et des mots tout droit sortis de l’imaginaire de l’auteur et vous obtenez LE melting-pot à éviter ! Rappelez vous que le vocabulaire magique que nous connaissons en Français est TOTALEMENT différent en anglais (même les noms ont été changés). Donc contenez vous et choisissez un format plus petit même si ce n’est pas LE livre que vous vouliez absolument.

Préférez un livre dont l’univers vous parle particulièrement ou qui a connu une adaptation au cinéma : plus facile pour se plonger dans l’ambiance du bouquin et avoir des repères. Cela vous évitera la frustration d’avoir l’impression de ne rien comprendre à certains passages ou de devoir chercher la traduction des mots toutes les 5 minutes, ce qui est souvent ce qui nous fait abandonner.

Ne butez pas sur les mots que vous ne comprenez pas : je sais c’est énervant de passer à côté de certaines choses, on a l’impression de perdre une partie du plaisir, surtout si on est un grand lecteur, mais souvent vous n’aurez pas besoin de ce mot pour comprendre le sens de la phrase ou du moins ce qu’a voulu dire l’auteur. Ce n’est que si ledit mot inconnu revient plusieurs fois que vous pouvez vous permettre de stopper votre lecture pour aller en chercher le sens.

Favorisez les enquêtes policières : sauf si vous détestez ça bien évidemment. Le gros avantage avec les enquêtes c’est qu’elles vous tiennent normalement assez en suspense pour vous donnez envie de connaître la chute. En tout cas, ce type de livre a bien mieux marché sur moi que les livres plus « descriptifs ». Par contre, évitez les Sherlock ! (J’en ai fait la malheureuse expérience : le niveau d’enquête, tout comme le rythme des phrases est assez dense pour un débutant. Au surplus n’oublions pas que A. Conan Doyle était un auteur du 19ème, le niveau de langue s’en fait forcément ressentir).

Lisez certaines pages à voix haute : parce que c’est sympa de parler une autre langue, que ça nous donne un petit côté diva des planches et surtout pour travailler votre prononciation!

Ne vous forcez pas : comme je l’ai déjà dit ici, lire en VO c’est fatiguant et pas toujours très fun ! pas de panique au début c’est tout à fait normal. Donc si à un moment vous ne vous sentez plus si passionné par l’histoire. Il n’y a pas de mal à faire une pause de quelques jours et pourquoi pas travailler son anglais sur un autre support comme un magazine ou un journal par exemple, le langage employé est moins soutenu, les articles sont souvent brefs et puis il y a les images (parce que nous sommes tous de grands enfants)!

Ecoutez des passages en version audio : contrairement aux français, les anglo-saxons sont très friands des versions audio et personnellement je trouve ça top, ça rend la chose moins « boring » quand on est pas habitué, et ça nous fait travailler notre accent ! Pour trouver lesdites versions audio c’est par ici ou ici !

Le + : je conseille vraiment de lire en anglais avant un entretien, une prise de parole, un voyage… ça permet de se mettre dans l’ambiance en douceur, sans avoir l’impression de revoir ses tableaux de verbes irréguliers et c’est tout aussi efficace.

f06dc21b6181e8671e082b7a011de59f
Où trouver des livres en VO ?

La plupart des grandes surfaces culturelles (Cultura, Fnac) proposent un rayon VO, certes pas très achalandé mais c’est mieux que rien me direz vous. Sinon si vous êtes sur la capitale je vous recommande plus que chaudement la librairie Galignani (mon article sur cette librairie ici), Shakespeare & co ou encore Gilbert Joseph.

a88ca6be5a3bfa1db7afb4b4fc8eb667

Mes conseils lecture :

La série des Penguin Readers avec des couleurs pour chaque niveau, bien pratique quand on ne sait par quoi commencer. Leur catalogue : ici.

Where are you now ? de Mary Hingings Clark

51O1o2dG-LL._SX329_BO1,204,203,200_

« It has been ten years since twenty-one-year-old Charles MacKenzie Jr. (“Mack”) went missing. A Columbia University senior, about to graduate and already accepted at Duke University Law School, he walked out of his apartment on Manhattan’s Upper West Side without a word to his college roommates and has never been seen again. However, he does make one ritual phone call to his mother every year: on Mother’s Day. Each time, he assures her he is fine, refuses to answer her frantic questions, then hangs up. Even the death of his father, a corporate lawyer, in the tragedy of 9/11 does not bring him home or break the pattern of his calls. Mack’s sister, Carolyn, is now twenty-six, a law school graduate, and has just finished her clerkship for a civil court judge in Manhattan. She has endured two family tragedies, yet she realizes that she will never be able to have closure and get on with her life until she finds her brother. She resolves to discover what happened to Mack and why he has found it necessary to hide from them. So this year when Mack makes his annual Mother’s Day call, Carolyn interrupts to announce her intention to track him down, no matter what it takes. The next morning after Mass, her uncle, Monsignor Devon MacKenzie, receives a scrawled message left in the collection basket: “Uncle Devon, tell Carolyn she must not look for me.”

Bloodland de Alan Glynn

514f2zUlydL._SX316_BO1,204,203,200_

« Susie Monaghan was on the cusp of stardom when her life was cut short by a tragic helicopter crash. After a full investigation, her death was ruled an accident: case closed. But a hungry young journalist named Jimmy Gilroy isn’t buying the official story. Before dying, Susie’s path had crossed with an unlikely gallery of powerful men: an ex-Prime minister with a carefully guarded secret; the businessman brother of a U.S. Senator angling for the Oval Office; and a billionaire investor with his eye on an extremely rare commodity. Might there also be a link between Susie’s death and a deranged security contractor operating in Congo? Piece by piece, Jimmy uncovers a bizarre nexus of coincidence among these disparate people and events, revealing a conspiracy of frightening reach and consequence–one that could cost him his life. »

Vice and vertue de Veronica Bennett

11278759

« 1700, London: a city so crowded and unregulated that anyone, should they so desire, could slip away – disappear down a back street and become someone else. After the death of her father, seventeen-year-old Aurora Eversedge is left without a dowry and agrees to marry a much older man who claims to be wealthy, though in poor health. On their wedding night, Edward Francis confesses that, in fact, he is penniless but that his health is robust – also that his proposal of marriage carried an ulterior motive: he wants Aurora to act as a spy for him. Edward’s father had left his fortune to his sworn enemy, Josiah Deede. Edward suspects that Josiah murdered his father and is determined to regain his inheritance and bring Josiah Deede to justice. Aurora’s first assignment is to make the acquaintance of Josiah’s daughter, Celia, and son, Jos, at a Covent Garden theatre. » 

A judgment in stone de Ruth Rendell

{155CD829-F986-4941-B778-F387C14FB67D}Img400

« On Valentine’s Day, four members of the Coverdale family–George, Jacqueline, Melinda and Giles–were murdered in the space of 15 minutes. Their housekeeper, Eunice Parchman, shot them, one by one, in the blue light of a televised performance of Don Giovanni. When Detective Chief Superintendent William Vetch arrests Miss Parchman two weeks later, he discovers a second tragedy: the key to the Valentine’s Day massacre hidden within a private humiliation Eunice Parchman has guarded all her life. A brilliant rendering of character, motive, and the heady discovery of truth« 

The ghost dog de Pete Johnson

41Y24W1RS2L._SX258_BO1,204,203,200_

« When Daniel and his friends make up a ghost story about a terrifying dog what begins as a story turns into a nightmare… A spine tingling tale about a boy haunted by the monsterous creature he created in his own imagination. »

 

Murder on the Orient express d’Agatha Christie

Murder_on_the_Orient_Express_First_Edition_Cover_1934_(1)

« Just after midnight, the famous Orient Express is stopped in its tracks by a snowdrift. By morning, the millionaire Samuel Edward Ratchett lies dead in his compartment, stabbed a dozen times, his door locked from the inside. One of his fellow passengers must be the murderer. Isolated by the storm, detective Hercule Poirot must find the killer among a dozen of the dead man’s enemies, before the murderer decides to strike again … »

The secret dreamworld of a shopaholic de Sophie Kinsella

DW_SH_UK

« Meet Rebecca Bloomwood. She’s a journalist. She spends her working life telling others how to manage their money. She spends her leisure time …shopping. Retail therapy is the answer to all her problems. She knows she should stop, but she can’t. She tries cutting back, she tries making more money. But neither seems to work. The stories she concocts become more and more fantastic as she tries to untangle her increasingly dire financial difficulties. Her only comfort is to buy herself something – just a little something. Can Becky ever escape from this dream world, find true love, and regain the use of her Switch card? The Secret Dreamworld of a Shopaholic…the perfect pick me up for when it’s all hanging in the (bank) balance. »

Flowers for Algernon de Daniel Keyes

flowers-for-algernon-by-daniel-keyes

« A mentally challenged man receives an operation that turns him into a genius…and introduces him to heartache.« 

 

Are you ready to read in English darlings? 

7e5cca7dbd49915c8ac247811c7bb356

1 librairie / 1 quartier # Canal Saint Martin

Aloha,

Aujourd’hui je reviens avec ma rubrique « 1 librairie, 1 quartier ». Après le quartier du palais Royal (ici), j’ai décidé de vous emmener faire un tour du côté du 10ème arrondissement et du Canal Saint Martin. Nos esprits sont encore très marqués par les effroyables événements du 13 novembre qui se sont déroulés dans le quartier. Toutefois, j’ai voulu, par le biais de cette petite visite virtuelle, vous montrer en images toute la beauté des lieux et par la même occasion associer de nouveau la joie et la culture à ces rues!

Personnellement, j’adore l’est parisien, ses cafés, restaurants bio et boutiques branchées. Venez, je vous guide!

***

Today is the comeback of my category “1 bookshop / 1 neighbourhood”. After having explored the “Palais Royal” (here), I decided to go to the district 10 near the Canal Saint Martin. All of us are still deeply shocked after what happened there the 13th of November, however I wanted to show you the joy and the beauty of this place.

I’m crazy about East Paris, its cafes, restaurants and trendy shops… Let’s go!

IMG_20151205_150828

IMG_20151205_144326

IMG_20151205_141455

IMG_20151205_144709

Destination la librairie Artazart, le bookstore des artistes parisiens! Classée parmi les 3 meilleures librairies « Art / Design » dans le monde! (oui oui rien que ça) Autant vous dire que c’est une vraie caverne d’Ali Baba… Vous y trouverez non seulement des cartes postales décalées, des magazines à tout va, de supers guides pour trouver les meilleurs restau de la capitale, de magnifiques ouvrages sur le travail d’artistes du monde entier, des livres illustrés pour les enfants, mais aussi des sacs en toile ultra résistants pour faire pousser vos plantes, des lampes de bureau ou encore des ustensiles de chefs pour exercer vos talents de cuisinier « at home »!

Destination Artazart, the Parisian artists’ bookstore! Ranked in the top 3 of the best art and design bookshops, it is a real treasure… You will find quirky postcards, magazines, great gourmet guides, wonderful books about artists from all over the world and their work, illustrated children books, but also “bac-sac” to plant flowers, or chief utensils to train at home.

IMG_20151205_144845

Artazart : 83 Quai de Valmy, 75010 Paris

IMG_20151205_145151

IMG_20151205_150102

IMG_20151205_145312

IMG_20151205_145407

IMG_20151205_145547

IMG_20151205_145430

IMG_20151205_145835

IMG_20151205_145957

Après avoir fait le plein d’inspirations, baladez vous sur les quais de Seine pour profiter des doux rayons de soleil et des oeuvres street art disséminées un peu partout! Attention, difficile de résister à la tentation avec toutes les boutiques ultra tip top aux alentours…

After this inspirational healing, go for a walk on the docks to enjoy the sunshine and the street art! Be careful with all these great shops all over, it’s pretty hard to resist…

IMG_20151205_144920

IMG_20151205_142458

IMG_20151205_150525

Détour obligé par « Bleuet Coquelicot« , 10 Rue de la Grange aux Belles, LE fleuriste du quartier. Des compositions toutes plus belles les unes que les autres et une devanture juste sublime qui se pare aux couleurs des saisons!

A stop is needed at Bleuet Coquelicot, THE florist! The flower arrangements are absolutely amazing and change in accordance with the seasons.

IMG_20151205_144508

IMG_20151205_144444

IMG_20151205_144526

IMG_20151205_144521

IMG_20151205_144423

IMG_20151205_142515
IMG_20151205_150513

IMG_20151205_144602

IMG_20151205_153912

 

Mes bons plans :

Antoine & Lili95 Quai de Valmy, 75010 Paris, Leur site. Une boutique pleine de couleurs, d’objets déco un peu vintage et de babioles tellement jolies!! Je vous conseille vraiment d’y faire un tour et de vous laisser tenter. En plus, il y a une boutique spécialement dédiée aux enfants : aucune raison de ne pas craquer!

A shop full of colors, vintage furniture and other cuties! I strongly advice you to stop there (in addition there is a shop especially for children), so you have no excuse to keep your wallet in your purse 😉

IMG_20151205_141757

IMG_20151205_141911

Pop Market : 50 Rue Bichat, 75010 Paris. Leur site. Ame sensible s’abstenir! Je vous le dis tout de suite, je suis physiquement INCAPABLE de ressortir de cette boutique sans un paquet dans les mains! Tout est mignon et abordable : des bijoux cool et plein de babioles!!! ❤ (Petit hic : davantage orienté filles).

Sensitive souls shall restrain! I am literally unable to leave this shop without a bag full of lovely jewellery and other gadgets! (Most things are for the girls…)

IMG_20151205_142628

IMG_20151205_142702

IMG_20151205_142852

La chambre aux oiseaux : 48 Rue Bichat, 75010 Paris. Leur site. Un teahouse à l’ambiance cozy et vintage. Très agréable pour se réchauffer autour d’une bonne tasse de thé et d’un gros cookie! Mmmmhhh. Le hic : c’est Paris, c’est petit et souvent chargé…

A vintage teahouse. Very cool and confortable to warm you up with a cup of tea and a huge cookie! Yummy!! (Be careful, it is a very busy place).

IMG_20130116_172438

8b7d99467950ee9275795e4fe9786cdd

Le pavillon des canaux : 39 Quai de la Loire, 75019 Paris. Leur site. Must go si vous aimez l’originalité! Une vraie maison de campagne en plein coeur de Paris et juste en face de la Seine. C’est reposant et chaleureux. Un petit café en bas propose du vin chaud et des muffins qu’on peut déguster dans une baignoire (oui oui vous m’avez bien lu) ou alors vautré dans un lit! Des événements, ateliers DIY & co y sont souvent organisés…

Must go if you like originality! A country home right in Paris. In front of the Seine, it is a quiet and warm place. The cafe on the ground floor serves hot wine and homemade muffins that you could savour in a bathtub or sprawled in a bed! In addition, events and DIY work group are organised there time to time…

IMG_20151205_165526

IMG_20151205_165547

IMG_20151205_170954

IMG_20151205_171955

IMG_20151205_172816

J’espère vous avoir donné envie de vous balader dans le quartier!!

La bisette

Crédits photos : Samsha Tavernier

Mes lectures du mois de novembre

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je reviens avec vous sur mes lectures du mois dernier (un peu en retard sorry) : policier, dystopie et émotion au rendez-vous!

N’hésitez pas à me donner vos avis!

IMG_20151126_124914

Le livre : le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates (pour le commander)

Les auteures : Mary Ann Shaffer et Annie Barrows sont deux américaines de la même famille (une tante et sa nièce). Après le décès de Mary Ann, c’est Annie qui a pris la relève pour finir ce best-seller aux 3millions d’exemplaires vendus dans le monde.

  • Mary Ann fut éditrice, bibliothécaire, puis libraire avant de se consacrer à l’écriture. C’est en faisant des recherches sur Guernesey qu’elle est tombé sur l’anecdote suivante : durant la seconde guerre mondiale sur l’île s’est crée un cercle littéraire durant lequel les convives mangeaient des tourtes aux épluchures de pommes de terre. C’est ce qui lui a donné l’idée du livre.
  • Annie écrivait principalement des livres pour enfants avant cette aventure. Elle a depuis écrit « Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables » qui a, également, connu un grand succès. Pour la suivre.

Le synopsis : « Janvier 1946. Tandis que Londres se relève douloureusement de la guerre, Juliet, jeune écrivain, cherche un sujet de roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil des lettres qu’elle échange avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis : un étrange club de lecture inventé pour tromper l’occupant allemand, le « Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » »

Mon avis : un véritable coup de cœur !! J’ai eu du mal à le reposer avant la fin. J’ai dans un premier temps eu un peu peur en découvrant que la forme épistolaire, mais mes angoisses initiales se sont vite dissipées.
Le livre est extrêmement drôle et touchant à la fois. Tous les personnages sont atypiques et impossible de résister à leur charme si particulier. Judith, la protagoniste principale est résolument drôle et moderne : facile de s’identifier à ce personnage si attachant (j’aimerais avoir son sens de la répartie et être aussi aventureuse).
La description de la campagne et du bord de mer de Guernesey ne fait que rajouter à l’ambiance romantique du livre (et m’a donné très envie de découvrir cette île).
Je le classe sans hésitation dans la catégorie des « feel good books », malgré les sujets très difficiles dont il traite (la seconde guerre mondiale, la résistance et les camps) parce que ce qui ressort avant tout de ces pages c’est la reconstruction, l’optimisme et la poésie. En toile de fond les auteures évoquent également l’importance de la littérature sur la vie des gens et ce que cela peut provoquer en eux ! Comment ne pas être touché par ce sujet lorsqu’on est une fan de lecture comme moi ?!

Le seul hic : beaucoup de personnages donc mieux vaut ne pas avoir une mémoire de poisson rouge 😉

En bref : un livre qui mérite bien sa qualification de « culte ». Un cadeau d’anniversaire que j’ai adoré ! (Merciiii les copines !!)


 

IMG_20151128_121256
Le livre : U4 Jules (pour le commander)

L’auteure : Carole Trébor est une écrivaine française qui avant de se consacrer à la littérature de jeunesse fut historienne et réalisatrice de documentaire. Elle est l’auteure de la série historique-fantastique « Nina Volkovitch » qui se déroule sous la dictature stalinienne et qui a remporté un immense succès avec plus de 10 prix littéraires !!

Le synopsis : «  » Je m’appelle Jules. Ce rendez-vous, j’y vais parce que j’y crois.  » Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n’a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l’épidémie a commencé de se propager. Le spectacle qu’il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu’il ne pourra pas tenir longtemps en autarcie. Pour affronter l’extérieur, Jules redevient le guerrier impavide qu’il était dans le jeu. Il va alors retrouver son frère aîné, qui se drogue et dont il ne peut rien attendre, puis secourir une petite fille qui a mystérieusement échappée au virus et qu’il décide de prendre sous son aile. Son seul espoir: le rendez-vous fixé par Warriors of Times. »

Mon avis : ce livre s’inscrit dans une série de 3 autres écrit chacun par un auteur différent (à lire dans n’importe quel ordre et si on le souhaite : ce ne sont pas des suites et les livres ne sont pas complémentaires les uns des autres. Ils présentent des personnages différents dans le même univers et qui finissent tous par se croiser à un moment ou à un autre).

Je reste très mitigée sur le livre. J’aurais aimé dire que j’ai adoré, mais ce n’est pas le cas sans avoir détesté pour autant. Je m’explique : le concept, l’histoire et l’ambiance sont très intéressants ! Autre point positif : l’histoire qui, pour une fois, se déroule en France ! J’ai d’ailleurs choisi de lire Jules en premier car l’action se passe à Paris, dans les 5eme et 13eme arrondissements où je passe le plus clair de mon temps. C’était donc sympathique de reconnaître tous les lieux décrits par l’auteure et ainsi de les imaginer sous un point de vu post-apocalyptique.

Toutefois j’ai été gênée par plusieurs choses. Tout d’abord, le style narratif: à la première personne, au présent, avec des phrases assez brèves. Le tout donne une sensation d’urgence, un style militarisé (ce qui colle très bien à l’environnement dans lequel évolue Jules). Cependant, ce qui m’a déplu c’est le manque de profondeur quant à la psychologie du personnage (difficile de ne pas spoiler) mais il se retrouve dans une situation catastrophique et traumatisante pour un jeune de son âge et j’ai trouvé qu’on ne le ressentait pas assez. Autre hic : les actions se déroulent trop vite, si bien que d’une ligne à l’autre on a parfois l’impression d’avoir sauté un passage. Difficile par conséquent d’être ému par certains événements pourtant tragiques. Je comprends le choix de l’auteure, sans pour autant l’approuver.
De plus, il y a un léger manque de réalisme sur certains points. En effet, tous les jeunes survivants paraissent surentraînés à la fois sur un plan physique (maniement des armes, performances athlétiques) et stratégique (communautarisme, techniques de survie) alors que rien ne les y prédestinait. J’aurai, au contraire, trouvé intéressant de les voir lutter davantage et apprendre de leur erreurs (ils restent des adolescents, ce qui semble avoir été oublié. Même avec 7 ans de plus que Jules, pas sûre que je m’en serais sortie dans la même situation).

En bref : une lecture rapide et distrayante (qui plairait sans nul doute aux plus jeunes), mais j’ai été déçue vu l’ampleur médiatique de la série. Toutefois les autres personnages sont introduits de façon à nous donner envie d’en savoir plus sur eux. J’ai donc réitéré l’expérience (histoire d’aller au bout du concept avec Koridwen, le personnage qui semblait clairement être le plus intéressant avec celui de Stéphane.


 

IMG_20151209_140057
Le livre : U4 Koridwen (pour le commander)

L’auteur : Yves Grevet est un écrivain de littérature jeunesse qui s’y connaît : pour cause il est instituteur en primaire. C’est un auteur prolifique qui aime l’univers de la dystopie et les thèmes de la quête d’identité et de la solidarité familiale (entre autres). Avec son livre «Méto» il a connu un grand succès et a reçu quatorze récompenses. «Seuls dans la ville entre 9h et 10h30» a également été très apprécié du public et des critiques.

Le synopsis : «  » Je m’appelle Koridwen. Ce rendez-vous, j’y vais pour savoir qui je suis. » Koridwen est la dernière survivante d’un hameau de Bretagne. Avec l’aide du vieux Yffig, elle a inhumé les neuf autres habitants du coin. Puis le vieux Yffig est mort à son tour, et Koridwen l’a enterré lui aussi. Avant de mourir, la mère de Kori lui a confié une enveloppe laissée par sa grand-mère, à ouvrir le jour de ses quinze ans. Cette lettre, qui parle d’un long voyage et de mondes parallèles, fait si étrangement écho au message reçu sur Warriors of Times que Koridwen est ébranlée malgré elle. Elle décide d’aller chercher son cousin Max et de se rendre avec lui en tracteur au rendez-vous à Paris. »

Mon avis : Beaucoup mieux ! Comme prévu Koridwen est un personnage très intéressant, indépendante avec une forte personnalité comme je les aime.
Ce qui m’avait gêné dans « Jules » (le manque de réalisme, la narration trop brusque…) s’est trouvé atténué dans ce volume.
Ce que j’ai particulièrement apprécié : le mysticisme breton qu’on retrouve tout au long du livre avec les légendes celtiques et le Ar Rannoù un chant traditionnel breton assez étrange qui teinte l’action d’une ambiance particulière. On a l’impression que Koridwen est la clé de voûte de U4.
La fin nous fait nous arracher les cheveux (je vous laisse découvrir ça) !!

Le hic : Il y en a deux en réalité. Le premier c’est que dans cet opus, on ne trouve quasiment aucune information sur le pourquoi du comment du virus et de la survie de quelques uns (si je n’avais pas lu Jules avant, je pense que j’aurais été un peu perdue). Idem pour le contexte de violence qui s’institue dans toute la France.
Le second bémol c’est que contrairement au livre de Jules, ce volume ne m’a pas du tout donné envie de découvrir les personnages de Stéphane et Yannis. Du coup, je suis en pleine interrogation : vais-je poursuivre l’aventure U4 ? (Pas sûre).


 

IMG_20151209_140711

Le livre : le ver à soie (pour le commander)

L’auteur : Robert Galbraith aka J.K Rowling, la célébrissime auteure, qu’on ne présente plus, de la saga « Harry Potter » et d’une « Place à prendre».
J.K.R a souhaité remettre en cause sa renommée et a signé ce policier en prenant un pseudonyme afin d’avoir un point de vue plus objectif sur la qualité de sa plume. Le livre fut unanimement salué par la critique, mais les ventes stagnèrent… jusqu’à ce que la réelle identité de Galbraith soit révélée bien-sûr.

Le synopsis : « Quand l’écrivain Owen Quine disparaît dans la nature, sa femme décide de faire appel au détective privé Cormoran Strike. Au début, pensant qu’il est simplement parti s’isoler quelques jours – comme cela lui est déjà arrivé par le passé –, elle ne demande à Strike qu’une seule chose : qu’il le retrouve et le lui ramène. Mais, sitôt lancée l’enquête, Strike comprend que la disparition de Quine est bien plus inquiétante que ne le suppose sa femme. Le romancier vient en effet d’achever un manuscrit dans lequel il dresse le portrait au vitriol de presque toutes ses connaissances. Si ce texte venait à être publié, il ruinerait des vies entières. Nombreux sont ceux qui préféreraient voir Quine réduit au silence. Lorsque ce dernier est retrouvé assassiné dans de mystérieuses circonstances, la course contre la montre est lancée. Pour mettre la main sur le meurtrier – un tueur impitoyable, tel qu’il n’en a encore jamais rencontré dans sa carrière –, Strike va devoir d’abord percer à jour ses motivations profondes.
Roman policier haletant, rythmé par une véritable cascade de coups de théâtre, Le Ver à soie est le deuxième opus des enquêtes de Cormoran Strike et de sa jeune et intrépide assistante, Robin Ellacott. »

Mon avis : Warning, je ne garantie aucune impartialité quand il s’agit des écrits de J.K Rowling !
Le ver a soie est le deuxième volet des aventures de Cormoran Strike, détective privé londonien. (Pour retrouver mon avis sur le premier livre «L’appel du coucou» c’est ici)
J’avais déjà beaucoup aimé le premier livre, mais autant vous le dire tout de suite, j’ai trouvé celui-ci bien meilleur ! Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi. Peut-être parce que le sujet de l’enquête m’a davantage intrigué : un sordide meurtre (avec la dose d’hémoglobine) d’un écrivain aux livres plus que sulfureux ! Ou alors parce que je me suis habituée au caractère brut de pomme du géant Cormoran… Dans tous les cas, une bonne pioche !
L’enquête est tout aussi minutieuse que dans le premier volet (je me rends compte que je ne pourrais pas être détective privé vu mon esprit de déduction haha) sans nous ennuyer pour autant (petit hic du premier opus). Ici, beaucoup plus de rythme et une chute tout aussi inattendue.
En plus, pas besoin d’avoir lu le premier pour comprendre la trame de l’histoire puisque l’enquête est totalement différente.

Le hic : les passages du livre de l’écrivain assassiné sont un peu nauséabonds. Un hic qui n’en est pas vraiment un puisque c’était bien dans l’intention de l’auteure de nous mettre mal à l’aise et ainsi dans l’ambiance.

En bref : un très bon policier avec sa dose de suspense qui lève le voile sur l’univers impitoyable du monde de l’édition. Hautement recommandé ! Je me précipite sur le tout dernier en date (oui J.K Rowling est prolifique) : «La carrière du mal ».

Alors ça vous inspire? 

Bonne lecture!

Crédit photos : Samsha Tavernier