London # Notting Hill

Hello dear friends!

C’est le come back de mes articles nostalgie from England. Aujourd’hui, je veux vous faire découvrir un de mes quartiers préférés du Central London (même si j’ai encore du mal à me décider sur lesdits quartiers): Notting Hill!

Ahlala que dire?  Ses grandes bâtisses aux couleurs pastels, ses portes flamboyantes, ses petits jardins bien entretenus, son fameux marché de Portobello, ses antiquaires et puis bien sûr son lot de célébrités (non non ce n’est pas un mythe, j’ai même pu faire mon petit selfie avec David Beckham!)

Bon pas le choix, je vous glisse la BO du célibrissime « Coup de foudre à Notting Hill » auquel on ne peut s’empêcher de penser lorsqu’on se promène là bas!

***

Hello dear friends!
Another nostalgic article about my trip in London. Today, I guide you in one of my favourite neighbourhood in Central London (even if it is very hard to make a ranking): Notting Hill! Its wonderful pastel houses, its pretty doors, its hidden gardens, its famous Portobello market, its antique shops and of course its celebrities (I met David Beckham there and it made my day! 😉 )

I have to put the classic soundtrack of the movie « Notting Hill », that you will keep in mind by walking through the streets.

20140512_132246

20150424_175034

20140417_121835

20150117_143106

IMG_1553 (1)

20140512_132038

20140417_143607

IMG_2940 (1)

20150117_125136

20150424_181043

IMG_1557 (1)

20150117_125231

Petite parenthèse enchanteresse à Holland Park : un des plus beau parc de Londres selon moi avec plusieurs ambiances et notamment le jardin japonais!

***

Enchanted parenthesis in Holland Park: one of the most beautiful parks of the city, up to me, especially the Japanese garden.
20150424_144500

20150117_121847

20150424_134730

20150117_123307

20140815_191853

20150424_135552

20150424_135608

20150424_140057

20150424_140138

20140815_165027

20150424_173210

IMG_2266

 

 

IMG_2941 (1)

Mes bons plans / My must go 

The Churchill arms : 119 Kensington Church St, London W8 7LNLeur site. Parce que la devanture est magique et change au fil des saisons. L’intérieur également vaut le coup, on se croirait dans la cabane d’Hagrid (pour les initiés 😉 ) Et parce qu’on y mange de TRES bon plats Thaï largement abordables!

***

Why? Because the frontage is magical and it changes with the seasons. Inside, the decoration worth it too. It looks like Hagrid’s house in Harry Potter. In addition, the Thai meals are very good (the fried rice yummy!) and affordable.

20150117_125333

img_1530_effected

20150117_125426

20150117_141216

The biscuiteers : C’est MON must go à Notting Hill pour plusieurs raisons : la boutique est ADORABLE, sérieusement je pourrai passer des heures à observer tous ces petits biscuits plus beaux les uns que les autres. Je suis en totale admiration devant tant de talent! Et pompon sur la Tamise des cours de décor-gâteaux sont organisés et là je dis OUI!

***

The shop is so cute! Seriously, I could spend hours in it watching every detail on the cookies (one more beautiful than the other). Moreover, there are classes to learn how to decorate your own cookie!!

20150117_144634 (1)

20150117_144642 (1)

20150117_144529

20150117_144522

20150117_144546

Acklam Village : Le site. Pour manger de la musique du monde entier, boire des Pimms sur des canapés rose et écouter des mini concerts alternatifs.

***

To eat food from all over the world and drink Pimm’s while listening acoustic shows.

IMG_4148

IMG_2937 (1)

IMG_4138

Crédit photos : Samsha Tavernier

Petit bonus : 

IMG_20151231_114802

Crédit illustration : Christine Couturier 

Passion tatouage

Salut mes petits cosmonautes adorés !

Today, je souhaitais vous parler d’un sujet qui me tient à cœur : le tatouage.
J’ai toujours été fascinée par cet art pratiqué à même la peau et la symbolique qu’il véhicule : pas uniquement le côté mauvais garçon qu’on connaît bien, mais également le côté un peu mystique qui accompagne la pratique du tatouage dans de nombreuses cultures.

8057d7ebb5f883206af9e973a06def24

Depuis l’âge de 15 ans, je souhaitais me faire tatouer. Le tatouage s’étant fortement démocratisé, cela n’a jamais posé de problèmes du côté familial (il faut dire que le paternel n’est pas en reste côté tatouage haha). J’ai toutefois attendu quelques années, histoire d’être sûre de ne pas le regretter par la suite.
J’ai sauté le pas il y a trois ans, puis j’ai remis ça un an et demi après, et un « petit » nouveau élira bientôt résidence sur mon corps. Eh oui, c’est dur de s’arrêter, ce n’est pas un mythe !
Alors pourquoi cette envie de tatouage ? Je dois avouer que c’est assez difficile de donner une raison, mais le fait de choisir ce que je désire graver sous ma peau est pour moi une façon de m’approprier mon corps et de l’accepter davantage. Cela me permet également d’exprimer mon identité ou de projeter l’image que je souhaite renvoyer (me suivez-vous toujours ? haha) Pour finir, affronter la douleur du tatouage est assez grisant (non, non je ne suis pas folle). Cela permet de repousser ses limites, et même si sur le coup on ne fait pas la fière, une fois l’épreuve terminée on se sent invincible tel le guerrier chaman.
J’ai choisi mes dessins soigneusement, en prenant mon temps. L’esthétisme représente une énorme part de mes choix (je ne m’en cache pas). Toutefois, la signification ou du moins la symbolique des motifs est également très importante. En effet, de plus en plus de personnes sont tatouées et les dessins peuvent se ressembler plus ou moins. C’est là que le sens du motif choisi prend toute son importance et permettra d’éviter tout regret par la suite!!

Mes tatouages et la signification que je leur donne :

IMG_20160221_115738

La plume représente la douceur et la rêverie, ce qui me correspond assez bien étant donné que je suis un peu dans mon monde là-haut 🌟. Dans la culture amérindienne que j’affectionne tout particulièrement (notamment par des origines lointaines) la plume symbolise également la paix. Pour finir, elle représente pour moi l’écriture (une de mes passions!) ✒️

IMG_20160221_103918

 

La rose est quant à elle l’incarnation de la féminité et de la beauté mais en même temps « qui s’y frotte s’y pique« ! 🌹

Pour finir, on me demande très souvent pourquoi j’ai choisi une telle disposition pour les flèches. Dans le symbolisme amérindien la flèche pointant vers la droite représente la protection, tandis que la flèche pointée vers la gauche conjure le mal. Les deux ensembles (comme mon tatouage) étaient arborées par les guerriers. 🔥

 

 

 

Place maintenant à une petite sélection de livres (documentaires ou fictions) sur le thème du tatouage!

« Mémoire d’un tatoueur » de Jean-Michel Snoeck 

couv-tatoueur

J’ai eu l’occasion de découvrir ce livre grâce à un envoi de la maison d’édition La Boîte à Pandore que je remercie. J’ai beaucoup apprécié cette lecture qui se fait très vite, grâce à une plume fluide et un ton sarcastique qui met de bonne humeur dès le matin dans les transports. Grâce à ce témoignage, on plonge dans les coulisses du monde du tatouage via des anecdotes souvent caustiques. Susceptibles s’abstenir, l’auteur est brut de pomme et tous les « nouveaux-tatoués » en prennent un peu pour leur grade, mais toujours au second degré rassurez-vous. Sinon, en vrac, on y découvre des histoires de gangsters, de flics 🔫🚬 et des conseils intéressants! Je conseille donc 😉

« Art thérapie tatouage« 

a9a8668bb5cfc9e1ebedc9ab008428b5

Histoire de se prendre pour un tatoueur vintage qui colorise ses planches (référence au premier livre 😉 )

« Literary tattoos« 

f786150343d8083b51574ac81925cd8c

Un must-have pour les fana de littérature ET de tatouages ! 💕 📖

0e8f7df986a9ce815bdf1fc6fd58f144

Le saviez-vous ?

  • La pratique du tatouage est ancestrale et il est très difficile de dater son apparition. Un corps momifié datant de la préhistoire aurait toutefois été retrouvé avec des signes de tatouages.
  • Theodore Roosevelt avait le blason de sa famille tatoué sur sa poitrine, tandis que Winston Churchill avait une ancre de marine tatouée sur l’avant-bras.
  • Lucky Diamond Rich, un néo zélandais de 44 ans est entré dans le livre des records comme étant l’homme le plus tatoué du monde : la totalité de sa peau est encrée !
  • Un français sur dix est tatoué, soit environ 6 millions de personnes !!

9c34e734a94e85fe34824e77baa22a64

« Tatouage » de Ana Alonso 

94b45f919e5ce5d0613cd9a1354dfbcd

« Quand Alex entre pour la première fois chez Jana, dont il est fou amoureux depuis longtemps, un monde nouveau s’ouvre à lui. Pour subvenir à leurs besoins, Jana et son frère David font commerce de tatouages magiques, une manière rituelle de révéler les gens à eux-mêmes. David dessine à Alex un tatouage qui le lie à Jana à jamais, mais leur interdit tout contact physique : une terrible douleur fait s’évanouir Alex chaque fois qu’il la touche. Peu à peu, Alex va découvrir qu’il est lui-même doté d’un pouvoir et qu’il est en fait un médou. Ces magiciens inquiétants, qui ont longtemps vécu parmi les humains, se livrent à une perpétuelle lutte entre clans. Mais ils savent désormais qu’il est nécessaire de s’unir contre leur plus terrible adversaire, le Gardien Ultime, déterminé à tous les anéantir… »

« Tatouage » de Manuel Vasquez Montalban

851ff08d89db0bcb0890540422ebe5e6

« Le noyé est sans visage : les poissons le lui ont dévoré. Seul signe distinctif, ce tatouage : « Né pour révolutionner l’enfer. » La phrase sonne comme un avertissement. Le détective Pepe Carvalho aurait dû y prendre garde. A la recherche de l’identité du cadavre anonyme, son enquête le mène des rues de Barcelone au quartier rouge d’Amsterdam… où il va peu à peu comprendre le sens du message. »

81d9ad250f1d9b68be376c6cf39efcab

Le saviez-vous? 

  • En Polynésie, le « baptême » de l’enfant, c’est le tatouage.
  • Dans toutes les cultures, le tatouage sert à distinguer les classes sociales, à identifier les esclaves ou les criminels, à marquer le passage d’un état à un autre ou encore revêt une dimension sacrée.

dd7865b125f303f3db78c56bfa1a4e18

« La fille au tatouage » de Kristina Ohlsson

a523141ab9efa85ea3c4c4d7ec728811

« La nuit de la Saint-Jean, une jeune fille est agressée et violée. Malgré ses cris, personne n’est venu à son secours…
Quinze ans plus tard, un pasteur et sa femme sont retrouvés morts : les Alhbin se seraient suicidés en apprenant le décès par overdose de leur fille aînée. L’affaire est confiée à l’équipe de Fredrika Bergman. Épuisée par sa grossesse mais déterminée à découvrir la vérité, celle-ci ne tarde pas à mettre au jour un sordide réseau de trafic humain exploitant la détresse des réfugiés clandestins.
À l’autre bout du monde, Johanna, la fille cadette du couple Alhbin, travaille en Thaïlande sur un dossier sensible. Si sensible que quelqu’un cherche manifestement à mettre un terme définitif à ses recherches : son téléphone ne marche plus, son billet d’avion est annulé, et on glisse de la drogue dans sa valise…
Alors que le piège menace de se refermer, les enquêtes de Fredrika et de Johanna semblent peu à peu converger vers une révélation terrible et stupéfiante. »

53bf982022a1f9b1c89008b6ae8dc589

Le saviez-vous? 

  • Les Maoris pratiquent le « MOKO » : des tatouages qui recouvrent le visage. Au 14eme siècle, est alors apparu le trafic des têtes tatouées avec le risque pour les adeptes du MOKO d’être décapité.

« Le livre des tatouages« 

a8e1cc4693413d8303b735c73fb39196

Pour y puiser des inspirations…

697383a0dc00d942686f71391259eed7

Le saviez-vous? 

  • Au Japon, le tatouage a longtemps été très mal perçu, car il n’était pratiqué que par les criminels ou les prostitués. Par la suite, ce sont les travailleurs qui l’ont adopté.
  • En Chine était une punition corporelle au même titre que la castration ou l’amputation.
  • En Afrique Noire, le tatouage est pratiqué via des scarifications qui « habillent » le corps et sans lesquelles le jeune homme ne pourra jamais se marier.

3b9a91092bc0fac19c7e89b3fa0cda36

« Le gars de la marine » de Jérome Pierrat et Eric Guillon

ee6818c416932813a814a247c28af908

« À Hambourg, Rotterdam, Londres ou New York, se sont écrites les plus belles pages de l’histoire du tatouage occidental… Des millions de marins, en provenance de tous les coins du globe, ont confié leurs peaux boucanées, aux aiguilles des artistes du lieu… De retour au port, les tatoués s’exhibent et enjolivent… Paradis exotiques, vahinés, voyages aux longs cours: la légende s’empare du tatouage… Dès lors, chaque mousse, chaque marin en partance honore la tradition de l’encrage: ancres câblées, sirènes, voiliers… manches relevées sur les avant bras, les matafs exhibent leurs états de service. Dans l’imaginaire occidental, l’image du marin tatoué est ancrée pour deux siècles… »

« The Tattoorialist » de Nicola Brulez

58cdca6adcc92d0386a9ec0cd63a43e0

Le livre-photo du fondateur et rédacteur du site in&out, spécialisé dans la mode et l’émergence des jeunes créateurs.

« Russian Criminal Tattoo« 

russiantattoo1

Pour être incollable sur les tatouages des mafieux 🔪🔫

65ce03958e7323a197566e88bb1ca5b8

Le saviez-vous ?

  • Au Moyen-Age suite à la condamnation de l’Eglise, le tatouage a disparu pour réapparaître grâce aux marins de nombreuses années plus tard.
  • La première machine à tatouer a été inventée par un américain du nom de Samuel O’Reilly en 1891.

 

Bonus ! 

Et vous, êtes-vous tatoués? Est-ce que le sujet vous intéresse? 

2836e6c33283c6fa2f95c8cb84062d5b

 

 

L’invité du mois de février

Coucou les amis 👋🏽

Je reviens avec l’invité du mois, cette fois au masculin! Laissez moi vous présenter Antoine un beau jeune homme de 24 ans (-2mois) futur mastodonte de la finance (branche communication) 😉 fana de bonbons 🍡🍬🍭, de judo et on l’espère un futur écrivain (fingers crossed très très fort pour lui!)

mms_img19806669861

Avant de découvrir son livre fétiche, plongeons un peu dans son univers! 🔮

Dans quel pays aimerais-tu voyager ?
Deux pays m’attirent pour des raisons opposées :
Le Japon pour sa culture traditionnelle et en même temps moderne, sa gastronomie et bien sûr pour le judo !

japon_kyoto_temple_kiyomizu-dera_coward_lion_fotolia
Et le Québec, je n’ai jamais rencontré de peuple aussi accueillant et ouvert, si je pouvais travailler un temps là-bas ce serait parfait.

quebec
Quelle serait ta journée idéale ?
Elle commence très tard c’est certain! Encore une fois, deux options selon mon humeur :
– Se réveiller en fin de matinée et lire jusqu’à 16h la couette remontée jusqu’aux menton et le soir pouvoir geeker au-delà du raisonnable  (4h du matin ça passe encore ?).
– Après un réveil tardif, passez sa journée sur Paris, se perdre dans ses rues pour découvrir de nouveaux lieux, manger en terrasse un livre à la main, se faire un ciné en solo et rejoindre ses amis le soir pour un verre.

Quel est ton film culte ?
« Hannibal » : sans concession, Anthony Hopkins est un acteur unique, il rends un psychopathe attrayant et morbidement attirant.

Je glisserais quand même « Les Tontons Flingueurs » qui en terme de répliques cultes est un vrai trésor.

Si tu étais célèbre tu serais … ?

AA
A l’image d’Alexandre Astier : parolier, humoriste, acteur, réalisateur… Le nombre de ses casquettes se limitent à ses nombreuses envies.
Des citations pour le plaisir : 

« Le gras c’est la vie »
« Vous avez tort de penser que les péquenauds ne savent pas se battre. D’ailleurs, quand un roi se fait dessouder, c’est souvent les péquenauds qui s’y collent. Méditez ça. »
« Quoi que vous fassiez, vous vous apprêtez à devenir, pour vos enfants, un vieux con. Le mieux est de l’accepter le plus tôt possible. »

Ton dernier coup de cœur ? 

Mes coups de cœur sont multiples, je vais commencer par un livre qui mérite toute votre attention si vous êtes, comme moi, accro au fantastique : « Les poudremages, la promesse du sang » de Brian McClellan, un livre qui mêle magie et poudre à canon, fantaisie et révolution française… un délice!

livre-la-promesse-du-sang-1
Côté cuisine il y a l’Hokkaido, un restaurant japonais (cuisine du nord) qui vient d’être refait à neuf, sa cuisine copieuse et plus qu’abordable séduit autant l’étudiant que le cadre moyen ou ton plan drague du moment 😜, n’ayez pas peur de la queue, c’est signe de qualité!

hokkaido

Hokkaido 14, rue Chabanais, 75002 Paris.

Pour finir, « Deadpool » actuellement en salles :  le héros Marvel qui brise le quatrième mur, humour corrosif et scènes de baston à volo, que demande le peuple ?!

Quel est ton livre préféré?

On en arrive à la question fatidique, la plus dure… c’est comme choisir entre ses enfants. Mais aujourd’hui, je vais m’orienter vers une œuvre fantastique des plus sérieuses : « La zone du dehors » d’Alain Damasio.

la zone du dehors

Comment l’as tu découvert ?

J’avais déjà lu un autre roman (« La horde du contrevent ») que je vous recommande tout autant, mais je risque de digresser longtemps dessus 😉.

Un petit résumé du livre?

L’action prend ainsi place dans une société du futur (pas si éloignée que ça, cela dit…) dite « idéale » : la ville de Cerclon, petit modèle de démocratie constituant l’une des premières colonies spatiales nées de la Guerre ayant rendu une bonne partie de la Terre inhabitable.
La Zone du dehors ne fait rien d’autre que raconter la révolte libératrice de cinq personnages, perclus de contradictions, hantés de pressions sociales et tous forcément attachants. C’est tout ? Oui, mais c’est déjà beaucoup. Le style inimitable de Damasio élève le récit avec intelligence et brio. Quant à la révolution, le thème est tellement universel qu’on ne peut guère qu’y adhérer.

 

18b92f2e7d3fe10083cac04ac3bef559

732a6fb301da533acb67da131084cf10
Pourquoi l’as tu particulièrement aimé?

Par son histoire riche et nerveuse et son univers (impitoyaaaaaaahableuuuuh) Orwellien, je n’ai pas la prétention de le comparer à Orwell, mais presque. l’ouvrage dénonce une future réalité probable et cherche à répondre à une question au premier abord d’une grande simplicité mais qui, au fond, relève d’une complexité abyssale : comment, aujourd’hui en Occident, se révolter ? Contre qui ? Contre quoi ? Pourquoi?
Ce n’est pas un livre qui se donne facilement, ni qui se donne à tous. La lecture est ardue, mais sans adhérer à un certain coter très anarchiste, je me retrouve dans ces mini révolte du quotidien.
« La Zone du Dehors » a le mérite de nous faire profondément réfléchir, non seulement sur notre société mais aussi sur nous, nos modes de vies, nos aspirations, nos petites révoltes au quotidien.
Quoi de mieux, pour finir, que les mots de l’auteur lui-même, ces mots qui, pour beaucoup, ne manqueront pas de résonner longtemps : « Déchirez la gangue qui scande « vous êtes ceci », « vous êtes cela », « vous êtes… ». Ne soyez rien : devenez sans cesse. L’intériorité est un piège. L’individu ? Une camisole. Soyez toujours pour vous-même votre dehors, le dehors de toute chose.»

0dfdc5a797dab9581c884ba85166dba3

bd64abb0971746ae03b70eb2f86fe158
Est-ce que ça a changé quelque chose pour toi ? 

Ça va paraitre très extravagant (voire hautain) mais ce livre m’a permis d’acquérir une réelle mise en perspective de la société (contrainte, consommation…), et de se mettre à réfléchir devant un simple défense d’afficher (Sans partir dans un intellectualisme bidon). Et bien sur ce livre m’a permis de m’évader le temps d’une lecture.

8a29df63ce6869cb96a6ef0aad69945e

Merci Antoine pour ce beau voyage de l’espace!! 

Si vous aussi vous êtes tentés par le livre préféré d’Antoine, vous pouvez le commander ici

Book & Cook # Peau d’âne

Hello mes petits cœurs 💕
Aujourd’hui, je vous propose un petit book & cook spécial Saint-Valentin, que vous pourrez préparer pour votre amoureux(se) : le gâteau d’amouuuuuur de Peau d’âne 🍰 ! Ce conte a bercé toute mon enfance, sans parler du film de Jacques Demy que j’ai vu des dizaines et des dizaines de fois, blottie sur le canapé de ma grand-mère. Il était donc plus que temps pour moi de vous proposer ma petite adaptation culinaire 😉

bf1340c81d711f3679bf9f44e7a516a4

Pour retrouver l’intégralité de conte de Perrault c’est par ici !

IMG_20160207_121033

Crédit illustration : Christine Couturier

Le saviez-vous ?

  • « Peau d’âne » est considéré comme le premier « conte de fée » français, il a été écrit en 1694.
  • Il existe plusieurs versions de ce conte et notamment une des Frères Grimm où la princesse ne porte pas une peau d’âne, mais un manteau de mille fourrures.

C’est parti pour le gâteau de la séduction au gingembre (bah oui c’est la Saint Valentin après tout!), oranges confites et pépites de chocolat. Et surtout n’oubliez pas la bague pour que votre chéri vous la passe au doigt, en plus pas de concurrente à craindre haha !

Il vous faudra :

– 130 g de sucre
– 60 g de miel 🍯
– 3 œufs
– 180 g de farine
– ½ sachet de levure
– 80 g de beurre
– de la poudre d’amande
– de la gelée de gingembre (que j’ai acheté ici et qui est vraiment top !)
– des écorces d’orange confites 🍊
– des pépites de chocolat noir (ou au lait, selon les préférences) 🍫
– de petites roses faites de pâte à sucre pour la déco 🌹

IMG_20160124_151827

IMG_20160124_151956

IMG_20160124_153908

Et n’oubliez pas la bague!! 💍

02b62b0f5380a4420c5a64cb52f8fad2

La recette : 

  • Versez la farine et la levure dans un saladier
  • Ajoutez deux jaunes d’œufs (et gardez les blancs dans un bol a part pour les monter en neige), ainsi que le sucre, le miel et la poudre d’amande.
  • Bien mélangez jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse.
  • Ajoutez le beurre fondu, les oranges confites et les pépites de chocolat, mélangez.
  • N’oubliez pas de glisser votre bague dans la pâte.

IMG_20160124_155719

  • Versez la pâte obtenue dans un moule à cake préalablement beurré, enfournez et
  • Laissez cuire le cake environ 35 minutes.
  • Une fois refroidi, décorer votre gâteau avec les roses de sucre.

Avec ça, votre prince charmant (ou princesse) devrait succomber !

ae0643cc2348322f7144062830dff02b

Et voici le résultat! 

IMG_20160124_164910

IMG_20160124_165301

IMG_20160124_165200

IMG_20160124_161923

IMG_20160124_165314

 

Pour finir, je vous propose une petite sélection de bagues que j’aimerai beaucoup beaucoup beaucoup trouver dans ma part de gâteau !! 💎💘

 

Crédit photos et réalisation : Samsha Tavernier

 

Mes lectures du mois de janvier

Hello les coco 👋🏽

J’ai pris beaucoup beaucoup de retard dans mes lectures ces derniers temps, ceci dû à mes révisions intensives pour mes partiels, les fêtes de fin d’année et le début de mon stage. Donc peu de livres au programme pour cette chronique, sorry!

IMG_20151204_130329

Le livre : « Miss Alabama et ses petits secrets« 

L’auteure : Fannie Flagg est une écrivaine et actrice américaine de 71 ans, native de l’Alabama. Son précédent roman « Beignets de tomate verte » a connu un immense succès et a même été adapté au cinéma. Depuis, elle a publiée « La dernière réunion des filles de la station-service », un livre qui fait pas mal de bruit sur la blogosphère.
Pour la suivre.

Le synopsis : « Birmingham, États-Unis. Ex-Miss Alabama, Maggie Fortenberry a pris une grande décision : elle va mettre fin à ses jours. Elle n’est ni malade ni déprimée, son travail dans une petite agence immobilière est plutôt agréable, mais elle a trouvé malgré tout seize bonnes raisons d’en finir, la principale étant peut-être que, à 60 ans, elle pense avoir connu le meilleur de la vie. Maggie a donc arrêté la date de sa mort et se consacre désormais en toute discrétion à en régler les détails. Or, peu de temps avant de passer à l’acte, Maggie est invitée par une collègue, Brenda, à un spectacle de derviches tourneurs. La représentation étant dans moins d’une semaine, elle décide, pour faire plaisir à Brenda, de retarder l’ultime échéance. Elle est alors loin de se douter combien les jours à venir vont être riches en secrets dévoilés et en événements imprévus, lesquels vont lui montrer que l’existence a encore beaucoup plus à lui offrir qu’elle ne le croyait. »

Mon avis : Ce livre m’a été envoyé par « Le haut de la pile » (le service de box littéraire donc je vous parlais ici). Je souhaitais le lire depuis un certain temps déjà, toutefois j’ai été très très déçue par ce roman (ce qui ne remet aucunement en cause mon avis positif sur cette box)!
La quatrième de couverture m’avait donné l’illusion d’un livre émouvant et plein de péripéties afin de détourner Maggie (notre ex miss Alabama) de son funeste souhait d’en finir avec la vie. Toutefois, rien de tout ça ! Je n’ai ni ri, ni été ému ou même interpellée par les événements présentés.
L’histoire est découpée en une multitude de chapitres de 5 / 6 pages, ce qui interrompt sans cesse la lecture. Sensation davantage accentuée par les nombreux « sauts » entre les personnages, sans intérêt narratif.
Autre point négatif : Il ne se passe pas grand chose, voire rien. Il y a pourtant de bons éléments qui n’ont pas été creusés alors qu’ils auraient pu rendre l’histoire beaucoup plus prenante : une intrigue datant du XIXème siècle, la lutte pour les droits civiques en Alabama, le renouveau…
J’ai eu, pour finir, beaucoup de mal à m’attacher aux personnages ou à les comprendre (à l’exception de Brenda qui est, selon moi, la seule à être un tant soit peu attachante). En effet, on ne comprend pas du tout les intentions de Maggie et « ses petits secrets » ne sont jamais révélés. L’auteure s’est beaucoup trop concentrée sur la psychorigidité de l’ex miss de beauté, ce qui provoque une impression de répétition gênante en plus de rendre les personnages un peu arriérés.
En bref : une énorme déception. Je ne recommanderai pas ce livre et pense attendre un peu avant de me replonger dans un livre de cette auteure (pourtant talentueuse).

 

IMG_20160124_115016

Le livre : « L’empreinte à Crusoé« 

L’auteur : Patrick Chamoiseau est un écrivain d’origine martiniquaise et un grand théoricien de la créolité. Il a reçut de nombreuses distinction pour son oeuvre et notamment le fameux Goncourt pour son livre « Texaco » qui décrit la vie en Martinique à travers plusieurs générations. Pour le suivre.

Le synopsis : «Robinson Crusoé vient de passer vingt ans de solitude dans son île déserte. Il a dû reconstruire son équilibre. C’est avec fierté, celle d’avoir soumis l’île à sa domination, qu’il entame ce matin-là une promenade rituelle sur la plage où il avait mystérieusement échoué il y a tant d’années. C’est alors qu’il découvre l’inconcevable : dans le sable, une empreinte. Celle d’un homme. Passé l’affolement, puis la posture agressive et guerrière, le solitaire s’élance à la recherche de cet Autre qui lui amène ce dont il avait oublié l’existence : l’idée même de l’humain. Commence alors une étrange aventure qui le précipite en présence de lui-même et d’une île inconnue jusqu’alors. Celui qui avait réussi à survivre sans civilisation, sans culture, sans autrui, doit maintenant affronter ce qu’il n’aurait pu imaginer ailleurs qu’ici : la relation à l’impensable.»

Mon avis : Avec ce livre j’ai souhaité ouvrir davantage mes horizons au propre comme au figuré. Mission réussie. La plume de l’auteur est saisissante, luxuriante et très poétique. C’est une nouvelle version de la fameuse histoire de Robinson Crusoé mais décrite sous un angle tout à fait différent de celle de Daniel Defoe ou de Michel Tournier. En effet, celle de Chamoiseau est plus philosophique et anti-colonialiste se focalisant sur «l’humanisation» de son personnage, délivrant un beau message au passage : c’est l’accomplissement de soi qui permet l’ouverture aux autres et les relations humaines. J’ai trouvé la démarche très intéressante quoique parfois un peu obtus.
Ce qui m’a le plus saisie c’est la façon dont l’auteur parvient à décrire l’île et les sensations de Crusoé. Il met des mots sur les impressions et émotions les plus profondes et sur lesquels je serai, pour ma part, bien incapable de m’exprimer. La chute de l’histoire m’a également beaucoup surprise. Je ne m’attendais pas du tout à ça (je n’en dis pas plus pour ne pas vous spoiler !)

Le hic : l’aventure est « intérieure » au personnage, mentale uniquement donc si vous être un fervent amateur d’action à tout va, vous risquez d’être déçu. J’admets qu’il y a quelques passages répétitifs et difficilement compréhensibles car comme le dit Chamoiseau lui-même « le récit fermente sur lui-même en saisie d’états de perception, le difficile c’est de le forcer à laisser éclater de petites bulles, qui font événement, comme de la lumière ».

En bref : un beau récit qui fait réfléchir et voyager. Malgré quelques passages difficiles, la plume de l’auteur est magnifique. Je vous le recommande vivement, ne serait ce que pour la découverte 😉

Si vous voulez en savoir un peu plus sur ce livre, je vous renvoie à une interview très intéressante de Chamoiseau qui parle, entre autre, de l’approche qu’il a adopté pour écrire ce livre!

Le saviez-vous ? Les aventures de Robinson Crusoé sont inspirées de l’histoire vraie d’Alexandre Selkrirk un marin écossais qui instigua plusieurs tentatives de mutinerie avant d’être abandonné sur l’île de Juan Fernandez sur laquelle il vécut pendant environ 4 ans avant d’être secouru par un navire en expédition.

Le bonus : En lisant les passages décrivant les grands moments de solitude de Robinson sur l’île, je me suis demandée à quoi, moi, j’aurai bien pu occuper mon temps en pareilles circonstances et allez savoir pourquoi je pense que je j’aurais fait une petite collection d’attrape-rêves made in home. D’ailleurs un des passages du livre m’a beaucoup inspiré :

J’avais apporté auprès de l’empreinte des centaines de coquillages merveilleux, des basaltes somptueux, des écorces noires polies, des silices d’un bleu profond; de petits assemblages de bambous et d’écailles que je disposais autour d’elle, pour que le vent les fasse bouger, les entrechoque, et qu’ils la couvrent de leurs sonorités; inspiré par ce premier ensemble, je rapportai de mes coffres abandonnés des peaux de mangoustes et de petites calebasses, que je pris la peine de nouer d’une sorte particulière afin de composer des ailes sensibles au vent, disposées sur une arche de bambou; j’y ajoutai une série d’éclats de nacre très fin, qui captaient la lumière d’une manière aussi vive que s’il s’était s’agit de miroirs, et qui au bout d’un fil tourbillonnaient sans fin

Je me suis donc attelée à la tâche et je vous présente mon attrape-rêve Robinson!

Qu’est-ce que vous en pensez? 

Crédit photos et réalisation : Samsha Tavernier