Zem Zem, mon enfant d’Ethiopie – Monique Brossard-Le Grand

Sur des conseils bien avisés, je me suis plongée dans ce livre en décidant de sortir un peu de mes habitudes de lecture. Résultat, j’ai découvert un très beau récit plein d’humanisme et de courage.

Je vous fais les présentations :

Le livre : « Zem Zem, mon enfant d’Ethiopie »

img_6469

Crédit photo : Samsha Tavernier

L’auteure : Monique Brossard- Le Grand est chirurgien, ancien médecin des hôpitaux et psychiatre. Suite à une maladie contractée pendant une mission humanitaire au Cambodge en 1980, elle perd en partie l’usage de sa main gauche, ce qui lui interdit toute chance de réopérer. Elle se lance alors dans l’écriture et est l’auteur de nombreux livres parmi lesquels « Chienne de vie je t’aime ! » et « Vive l’hôpital ! » qui lui apportèrent la notoriété.

Le résumé : « Lorsqu’elle arrive en Ethiopie pour une mission médicale et humanitaire, Monique Brossard-Le-Grand découvre d’abord l’enfer. Celui de la violence et de la misère, de la fatalité et de la mort. Au jour le jour, pourtant, elle lutte, elle soigne, elle regarde et elle se laisse éblouir – par la finesse et le courage de son peuple d’accueil, la beauté des paysages, l’amitié des capucins et des franciscaines, et surtout, par les pressions des mains échangées et les sourires reçus. Un matin, à la « clinique », on lui amène une petite fille qui pèse 2 kg et qui ne bouge même plus la tête. A la seconde où elle le voit, Monique se prend d’un amour fou pour ce bébé qui va mourir. C’est Zem-Zem, et la véritable aventure qui commence… »

41a8294cc6c1bb76ac217ceaa3c59f44

Mon avis : « Zem Zem, mon enfant d’Ethiopie » est le carnet de voyage d’une femme médecin aventurière et courageuse qui s’engage avec le secours catholique dans le cadre d’une mission humanitaire en Ethiopie.

On la suit jour après jour dans son voyage et on vit avec elle son histoire d’amour passionnelle pour les terres africaines: entre amour profond et souffrance, entre félicité et larmes. On partage avec elle ses petits plaisirs de la vie quotidienne tels que les repas chaleureux et conviviaux avec les sœurs et frères de la mission, la redécouverte du goût d’un nougat noyé sous le coca-cola, la fierté de sauver les plus démunis.

D’un autre côté, on est également témoin de tous les instants de doutes et d’impuissance face à la misère et à l’immensité des efforts à réaliser.

Les descriptions des paysages tantôt urbains, tantôt désertiques, tantôt oasis de verdure, sont criantes de vérité, si bien qu’on a l’impression de regarder des photographies.

Et puis, au beau milieu de ce carnet de bord, on est frappés par un coup de foudre presque irrationnel entre cette femme médecin et une jeune enfant dont elle s’acharne à sauver la vie.

L’histoire d’amour, dont on fût, dans un premier temps, témoins envers l’Afrique est transférée vers cet enfant, Zem Zem : véritable allégorie du continent africain dans son ensemble.

En bref : une histoire brève, qui se lit très rapidement et qui plaira à tout ceux qui ont, un jour, envisagé l’aventure de l’humanitaire ou qui aiment les films comme « Les chevaliers blancs » :

Crédit photo : Samsha Tavernier

7 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Merci pour la découverte, je ne connaissais pas du tout !

    Aimé par 1 personne

  2. Crisanasam dit :

    Merci pour cette sélection. Cette histoire prenante de cette femme qui consacre sa vie ,son courage,son amour aux autres doit être une sacrée leçon de vie pour nous. Ce livre sera mon prochain achat. Tes photos de présentation des livres sont toujours aussi sympa.

    Aimé par 1 personne

  3. rp1989 dit :

    Ce livre a l’air génial. Le côté voyage humanitaire me plaît bien.
    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

    Aimé par 1 personne

    1. Oui il est vraiment poignant!

      Aimé par 1 personne

  4. tbrunette dit :

    Bon mon commentaire correspond à un autre livre mais c’est pas grave, je voulais quand même te faire un retour. Je viens de finir les brumes de Riverton et merci du conseil : j’ai passé 2 nuits à me coucher à une heure du mat car je ne pouvais pas décrocher à la fin, je ne te raconte pas ma tête au travail le lendemain 🙂
    Même si j’ai été déstabilisée par le fait que la 4ème de couv est un peu trompeuse car le livre finit par l’intrigue alors que je m’attendais à ce qu’il commence par là. Et c’est bien là tout le talent de Kate Morton : un sens de la narration très original, un style d’écriture fluide, élégant qui sied parfaitement à l’époque qu’elle décrit. J’ai adoré aussi le contexte historique, la description des modes de vie, le rapport maitre/serviteur. J’ai d’autant apprécié que j’ai visité cette année les manoirs et la région des Cotswolds donc je me voyais complètement dedans. En tout cas MERCI car tu m’a redonné envie de lire, si si , je bloquais sur Canada et un autre bouquin, j’avais interrompu la Reine du Sud rien que pour Les Brumes !

    Aimé par 1 personne

    1. Alors là ton commentaire entre dans mon palmarès des meilleurs commentaires de tous les temps!!! Je suis tellement contente de t’avoir d’une part donner envie d’acheter et de découvrir ce livre et d’autre part qu’il t’ait autant plu!! D’autant plus s’il est intervenu à un moment un peu pénible pour toi niveau lecture! C’est la raison d’être de ce blog : le partage, donner envie et se donner des retours! C’est super!! MERCI A TOI!!! J’espère que mes autres chroniques te permettront d’avoir d’autres beaux coups de coeur 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s