N’oublie rien en chemin – Anne Sophie Moszkowicz # Promenade littéraire

J’ai découvert ce livre et son auteure : Anne-Sophie Moszkowicz dans des circonstances particulières puisque grâce à un concours organisé par la maison d’éditions « Les Escales« , j’ai eu la belle opportunité de participer à une promenade littéraire parisienne sur les traces des lieux phares du roman.

C’est donc dans ce contexte fort propice à l’imagination, et accompagnée de personnes bienveillantes et passionnées que j’ai plongé dans l’univers de ce livre.

Je vous y emmène à mon tour…

Le livre : « N’oublie rien en chemin »

IMG_1100

Crédit photo : Samsha Tavernier

L’auteure : Anne-Sophie Moszkowicz est une jeune auteure française qui travaille également dans le monde de l’édition. « N’oublie rien en chemin » est son premier roman.

Le résumé : « À la mort de sa grand-mère qu’elle adorait, Sandra, quarante ans, se voit remettre des lettres et des carnets de son aïeule. Rivka y livre un témoignage poignant sur sa jeunesse dans le Paris de l’Occupation, les rafles, la terreur, le chaos. Mais il y a plus. Par-delà la mort, la vieille femme demande à sa petite-fille d’accomplir une mission. Une mission qui obligera Sandra à retourner à Paris, ville maudite, sur les traces de son amour de jeunesse, Alexandre. Un homme étrange, hypnotique et manipulateur dont Sandra ne pensait plus jamais croiser la route… Pour elle, l’heure est venue d’affronter ses démons. »

Mon avis : Ce roman traite de deux histoires de femmes pas comme les autres à travers les époques avec comme dénominateurs communs : le lien du sang et la ville de Paris. D’une part, nous avons Rivka, la grand-mère polonaise juive qui a connu les affres de la seconde Guerre Mondiale, la haine des autres et la douloureuse fuite vers une vie meilleure. De l’autre, nous avons Sandra, une quadragénaire installée dans la vie, mais avec un jardin secret bien rempli qui revient la tourmenter.

C’est la mort de Rivka et le legs de ses souvenirs à travers ses écrits qui vont venir remuer les non-dits familiaux. En effet, Sandra va prendre part, un peu malgré elle, au passé de ses grands-parents alors même qu’il s’agissait d’un tabou infranchissable au sein du foyer.

Par ce chassé-croisé des souvenirs de Rivka et Sandra (qui finiront par s’entrechoquer), on voit surgir le thème du devoir de mémoire et les questions qui l’entourent. Doit-on oublier pour survivre? Comment honorer les absents si l’on en parle jamais? Peut-on se construire sans passé? Et est-ce souhaitable?

La citation (qui donnera le titre du roman) « n’oublie rien en chemin, ni remords, ni regrets » apparaît comme le leitmotiv de cette histoire qui traite de façon intelligente et poétique d’un vaste sujet.

Le livre est assez court et peut se lire d’une traite. Les mots d’Anne-Sophie Moszkowicz sont toujours bien choisis, les phrases très douces et la narration est bien rythmée entre flashbacks et présent. La plume d’Anne-Sophie fait vivre l’histoire et on a aucun mal à se figurer les scènes, les personnages, la bande-son de ce livre.

La chute de l’histoire ne m’a pas vraiment surprise car je m’attendais à ce genre de révélation, mais cela ne m’a pas dérangé pour autant car j’ai trouvé le cheminement pour en arriver à ce point du roman plus intéressant que LE secret en lui-même.

En revanche, j’aurais apprécié entendre un peu plus la voix de Rivka qui, quoique toujours présente en arrière-plan, manque d’un peu d’espace. En effet, elle parle souvent à travers le personnage de Sandra, mais j’aurais bien aimé en savoir plus sur sa fuite, ses conditions de vie durant la guerre et son ressenti. Au final, c’est comme si ces sujets étaient encore une fois un peu tus.

En bref : une histoire touchante et poétique qui donne à réfléchir sur la place du passé et le devoir des nouvelles générations. C’est une histoire qui m’a donné envie de poser des questions à mes grands-parents pour en découvrir davantage sur leurs vies.

Pour la petite histoire, le personnage de Rivka est un personnage « puzzle » inspiré du destin des grands-parents d’Anne-Sophie Moszkowicz et de ceux de son conjoint. Certains faits sont donc directement inspirés d’événements réels.

📖 La promenade littéraire 📖

IMG_1044

Anne-Sophie Moszkowicz qui nous lit un extrait de son livre. 

La matinée ensoleillée a très bien commencé avec une traversée du pont des arts, toujours aussi joli même privé de ses cadenas romantiques.

Puis, on traverse une petite porte dérobée qui nous conduit à la rue Mazarine, celle qui héberge la galerie d’art du personnage ténébreux Alexandre.

IMG_1091

IMG_1047

IMG_1070

IMG_1085

Au coin de la rue, un petit bistrot café : on imagine Sandra s’y réfugier derrière les vitres pour boire secrètement son café du matin.

IMG_1076

On poursuit vers Odéon. Le passé a laissé ses marques sur les façades, les vitrines des boutiques, les mythiques pavés parisiens : idéal pour se plonger dans le Paris de Rivka.

IMG_1089
IMG_1065

IMG_1082

IMG_1081

IMG_1067

IMG_1073

IMG_1072

IMG_1061

IMG_1075

IMG_1074

IMG_1086

IMG_1077

IMG_4447

On finit la ballade par le jardin du Luxembourg où on retrouve les joggeurs du roman et cette ambiance délicieusement rétro.

La promenade littéraire se finit en beauté sur un pique-nique convivial et une séance de dédicace de l’auteure.

IMG_1053

Je remercie une nouvelle fois Les Escales et son équipe (Caroline Laurent, Camille Vitton, Joanna Blin) ainsi qu’Anne-Sophie Moszkowicz qui ont tous été d’une gentillesse incroyable!

Avez-vous entendu parler de ce roman? Avez-vous envie de le lire? 

Crédit photos : Samsha Tavernier

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. teabeestrips dit :

    Je ne connais pas ce roman mais ta description me donne envie de le lire.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis ravie de t’avoir donné envie de le découvrir. Il est très bien 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. rp1989 dit :

    J’aime beaucoup l’idée de la promenade littéraire :).

    Aimé par 1 personne

    1. Oui c’est vraiment appréciable! La maison d’édition va essayer d’en faire davantage, je trouve ça top! 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Crisanasam dit :

    Super idée cette promenade littéraire. cela permet d’être davantage en relation avec le roman. Tes photos sont très belles et du coup donnent envie de lire ce livre.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci! J’espère que tu liras ce livre à ton tour 🙂

      J'aime

  4. jJosette dit :

    Bonjour Samshâ
    Beaucoup d’ouvrages ont été écrits sur cette triste période, j’en ai lu quelques uns, mais celui-là je ne le connais pas. J’ai vécu cette période bien qu’étant encore enfant et il nous en reste des souvenirs pas très agréables. Ce que tu nous dit de ce livre est intéressant et je le lirai volontiers. Merci pour tes rubriques littéraires éclairées. Bises.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui j’imagine que ça devait être extrêmement dur et qu’il peut être assez douloureux de se replonger dans cette période de l’Histoire, même par le biais de lectures. Ce livre est intéressant car il traite de cette période d’une façon différente des autres livres que j’ai pu lire sur la Seconde Guerre Mondiale. Celui-ci pose des questions éthiques sur le rôle de mémoire et nous fait nous demander s’il est, justement, bon de se remémorer toutes ces choses (même les plus affreuses) pour les transmettre aux générations futures. Cette façon d’aborder les choses est intéressante en ce qu’il n’y a pas de bonnes réponses je pense…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s