My absolute darling – Gabriel Tallent

« My absolute darling » a été élu meilleur roman US de l’année par le magazine America alors même qu’il s’agit du premier roman de Gabriel Tallent. Intriguée par ce succès, je n’ai pas pu résister à l’envie le découvrir et grand bien m’en a pris car ce livre fut une véritable révélation pour moi!

Le livre : « My absolute darling »

Crédit photo : Cosmic Sam

L’auteur : Gabriel Tallent est un jeune auteur américain de 31 ans. Il a mis huit ans à rédiger « My Absolute Darling », son premier roman qui a aussitôt été encensé par la critique et fait partie des meilleures ventes aux États-Unis. Pour le suivre, c’est ici.

Le résumé : « À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie. »

Mon avis : Ce roman est poignant de bout en bout. Il traite de l’histoire de Turtle, une jeune fille d’environ 14 ans qui a perdu sa mère très jeune et a été élevée dans un environnement exclusivement masculin : entre son grand-père vétéran alcoolique finissant ses vieux jours dans un mobil home décrépi et son père un colosse survivaliste qui prépare Turtle à la fin du monde. Cette atmosphère familiale déteint inévitablement sur la jeune fille qui est sauvage, isolée et qui développe une passion pour les armes à feu, d’ailleurs ardemment entretenue par son paternel.

Le père de Turtle va se révéler être un prédateur de la pire espèce. En effet, il abuse de Turtle de toutes les manières possibles. Malheureusement, la frontière entre l’amour et la haine, la passion et la violence est si fine que Turtle se laisse submergée par des sentiments antagonistes. Elle adule son père dont elle confond trop souvent les caresses mal placées pour des marques de tendresse et la torture psychologique pour de l’apprentissage. De toutes les manières, elle ne se sent pas digne d’autre chose.

C’est toute cette ambiguité que Gabriel Tallent sait si bien raconter. En vrai virtuose, il parvient à nous faire saisir l’indicible et l’abjecte. Il met en lumière différentes nuances et ne se contente pas de dresser un portrait naïf de la situation.

L’atmosphère oppressante de la maison de Turtle est contrastée avec la beauté sauvage des grands paysages américains. Une fois encore, Gabriel Tallent trouve les mots pour convoquer la magie, et ce même dans l’horreur.

Certaines scènes sont assez choquantes car criantes de vérité et il faut un peu s’accrocher, mais cela ne tombe, cependant, jamais dans l’excès.

Finalement, c’est en rencontrant Jacob, un jeune homme un peu plus âgé qu’elle que Turtle se met progressivement à remettre en question son mode de vie et à tenter , laborieusement, de se libérer non seulement de l’emprise de son père, mais également de la prison psychologique dans laquelle elle s’est elle-même enfermée.

En bref : Difficile de trouver les mots pour décrire un livre que l’on a tant aimé. Après avoir voulu garder ce titre un peu pour moi, j’ai désormais envie de le crier sur tous les toits : lisez « My absolute darling » et laissez vous submerger!

Gabriel Tallent sera le 1er octobre à la Maison de la Poésie à Paris pour une rencontre avec ses lecteurs. J’en ferai partie, je vous glisse le lien ici si vous êtes intéressés.

Vous aviez entendu parler de ce livre? J’espère vous avoir donné envie de le découvrir. 

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Charlotte dit :

    Non je ne le connaissais pas, merci pour ta chronique ! Ça a l’air assez dur mais beau et profond.

    Aimé par 1 personne

    1. Cosmic Sam dit :

      C’est exactement ça : dur mais tout de même beau. Je suis très contente de t’avoir permis de découvrir ce livre et peut-être donné envie de le lire 😉

      J'aime

  2. J’avoue que j’en ai tant entendu parler que j’ai du mal à me lancer. Mais j’imagine que j’ai tort !

    Aimé par 1 personne

    1. Cosmic Sam dit :

      J’ai peur de trop le vendre et que tu sois déçue suite à l’engouement autour de ce livre, mais il est vraiment très beau et fort! Lis le et tu me diras ce que tu en as pensé 😉

      Aimé par 1 personne

  3. Kimysmile dit :

    Ta chronique donne super envie!

    Aimé par 1 personne

    1. Cosmic Sam dit :

      Merci je suis ravie de t’avoir donné envie, c’est vraiment un livre puissant que j’ai adoré…

      J'aime

  4. Marine dit :

    Ce livre m’a retourné les tripes et certains passages m’ont laissée assez mal à l’aise (les scènes de viol notamment). Pourtant je l’ai trouvé très beau !
    Dans la même veine je te conseille Dans la forêt de Jean Hegland, qui est magnifique également mais bien moins « dur »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.