Mes citations de livre préférées #3

Me revoici pour une troisième édition de mes « citations préférées » glanées au cours de mes dernières lectures (pour retrouver les deux précédentes c’est ici).

J’ai remarqué que vous aimez particulièrement ces articles et j’en suis ravie car s’il y a une chose que j’aime faire, c’est noter ces phrases qui me marquent et me font interrompre ma lecture quelques secondes pour les faire rouler sur la langue, les faire durer un peu plus longtemps, comme un bonbon.

N’hésitez pas à partager en commentaire quelques citations que vous avez, vous aussi, gardées en tête après avoir terminé un chapitre ou fermé un livre…

077B5408-4D26-420B-9278-CCD4C27042C5Crédit GIF : Emma Darvick

« Le moment viendra où ton âme devra être solide et pleine de conviction, et quelle que soit ton envergure, ta rapidité, tu gagneras seulement si tu sais te battte comme un putain d’ange tombé sur terre, avec un cœur absolu et une putain de conviction totale, sans la moindre hésitation, le moindre doute ni la moindre peur, aucune division qui risque de monter une partie de toi-même contre l’autre. Au final, c’est ce que la vie exige de toi. Pas d’avoir une maîtrise technique mais un côté impitoyable, du courage et une singularité dans tes objectifs. »

Gabriel Tallent – « My absolute darling » (mon avis sur le livre ici)

« Elle pense, Tu es vouée à commettre des erreurs, et si tu n’es pas prête à en commettre, tu seras à jamais retenue en otage au commencement des choses, il faut que tu arrêtes d’avoir peur, Turtle. Tu dois t’entraîner à être rapide et réfléchie, ou un jour, l’hésitation te foutra en l’air. »

Gabriel Tallent – « My absolute darling »

« Il faut que tu t’abandonnes à la mort avant même de commencer, que tu acceptes ta vie comme un état de grâce, et seulement alors seras-tu à la hauteur. »

Gabriel Tallent – « My absolute darling »

« Ici, le ruisseau jaillit d’une niche moussue à flanc de colline, et il a sculpté un bassin de pierre à l’endroit de son impact, une eau froide et limpide au goût métallique, un bassin grand comme une chambre à coucher où trempent des troncs d’arbres usés, rendus duveteux par le temps. Turtle s’assied sur un tronc, ôte tous ses vêtements, pose le fusil dessus avant de glisser dans la piscine de pierre, les pieds d’abord – car elle vient chercher ici son réconfort, étrange et personnel, et elle a le sentiment qu’ici règne le réconfort des lieux froids, d’une entité limpide et glacée et vivante. Elle retient son souffle et s’enfonce jusqu’au fond du bassin, elle remonte les genoux à ses épaules, ses cheveux flottent autour d’elle comme des algues, elle ouvre les yeux, lève la tête et aperçoit les images grossies sur la surface piquetée de gouttes de pluie, et les silhouettes des tritons aux doigts écartés, leurs ventres rouge et or exposés au-dessus d’elle, leurs queues oscillant paresseusement. »

Gabriel Tallent – « My absolute darling »

CF4EA6D9-67E8-4F46-9D64-AD4A6FC21A4C.gifCrédit GIF : Ben Marriott

« Quand tu vois des choses hideuses, imagine-les belles, Avale du poison, mais goûte la douceur du miel« .

Nadia Hashimi – « Si la lune éclaire nos pas » (mon avis sur le livre ici)

« Sur une terre hostile, l’amour pousse comme une herbe folle. »

Nadia Hashimi – « Si la lune éclaire nos pas » 

« C’était un véritable réfugié désormais, mais un réfugié qui avait vu l’océan. Il avait entendu le bruit des vagues et humé l’air salé de la mer. Chaque étape de son voyage l’avait changé, avait modifié sa propre vision du monde de façon irréversible. Il avait traversé les eaux une fois et les traverserait encore – sans sa famille, mais riche de minuscules mutations de son être qui lui donnaient la force d’accomplir tout seul cette épreuve. »

Nadia Hashimi – « Si la lune éclaire nos pas » 

9357CFF7-26BF-4909-8B15-A7DA4B74F8D7.gif

Crédit GIF : Emma Darvick

« Marcher le long de ce fleuve, c’est comme marcher sur un chemin chargé d’histoire, dit-il. C’est comme feuilleter un recueil sans fin d’histoires oubliées. Mais il y a d’autres évènements qui attendent d’être racontés et qui seront oubliés un jour, eux aussi. »

Brian Selznick – « Les Marvels » (mon avis sur le livre ici)

« Parfois ils étaient envahis par un étrange sentiment tandis qu’ils dévoraient les pages : les mots semblaient soudain se dissoudre, et ils se retrouvaient au cœur d’Oz, de Narnia, des Andes, de l’Afrique, où tout était réel, pénétrant, vivant. »

Brian Selznick – « Les Marvels »

« Après la nuit vient le jour.
Après la mort vient la vie. »

Anna McPartlin – « Mon midi, mon minuit » (mon avis sur le livre ici)

Crédit GIF : Laurène Boglio

« A l’âge adulte, l’amitié se construit sur une forme de reconnaissance, de connivence: un territoire commun. Mais il me semble que nous recherchons chez l’autre quelque chose qui n’existe en nous-même que sous une forme mineure , embryonnaire ou contrariée. Ainsi, avons-nous tendance à nous lier avec ceux qui ont su développer une manière d’être vers laquelle nous tendons sans y parvenir.« 

Delphine De Vigan – « D’après une histoire vraie » (mon avis sur le livre ici)

« L’écriture est une arme de défense, de tir, d’alarme, l’écriture est une grenade, un missile, un lance-flammes, une arme de guerre. Elle peut tout dévaster, mais elle peut aussi tout reconstruire. »

Delphine De Vigan – « D’après une histoire vraie »

« Si à travers l’écriture tu ne cherches pas à te connaître, à fouiller ce qui t’habite, ce qui te constitue, à rouvrir tes blessures, à gratter, creuser avec les mains, si tu ne mets pas en question ta personne, ton origine, ton milieu, cela n’a pas de sens. Il n’y a d’écriture que l’écriture de soi. Le reste ne compte pas. »

Delphine De Vigan – « D’après une histoire vraie »

« Si tu ne saisis pas le petit grain de folie chez quelqu’un, tu ne peux pas l’aimer. Si tu ne saisis pas son point de démence, tu passes à côté. Le point de démence de quelqu’un, c’est la source de son charme. […] Peut-être est-ce d’ailleurs cela, une rencontre, qu’elle soit amoureuse ou amicale, deux démences qui se reconnaissent et se captivent. »

Delphine De Vigan – « D’après une histoire vraie »

« Si tu as faim, chante ; et si tu as mal, ris. Profite du temps, tant qu’il est présent. »

Diane Ducret – « Les indésirables » (mon avis sur le livre ici)

« On fait, la nuit, des promesses dictées par un intrépide espoir, que le jour a tôt fait de nous enlever. »

Diane Ducret – « Les indésirables »

E500F03D-325B-4414-8E4E-DC6CF3938FE7.gifCrédit GIF :  Laura Salaberry

J’espère que ces extraits choisis vous plaisent!

Avez-vous des citations que vous aimez particulièrement? 

Crédit photo de couverture : Cosmic Sam

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Que de belles citations inspirantes. J’aime bien aussi marquer les pages des livres pour retenir celles qui m’inspirent.

    Aimé par 1 personne

    1. Cosmic Sam dit :

      Merci! Je m’y mets de plus en plus. Avant j’avais un peu du mal à corner les pages de mes livres donc désormais je les post-it haha

      J'aime

  2. Crisanasam dit :

    Jolies citations, sources d’inspiration et si bien choisies.

    Aimé par 1 personne

  3. One more tea, please dit :

    Très jolies citations, c’est très inspirant 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Cosmic Sam dit :

      Merci, ça me fait très plaisir!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.