Changer l’eau des fleurs – Valérie Perrin

« Changer l’eau des fleurs » est paru il y a un petit moment déjà. C’est après en avoir entendu énormément de bien que je me suis laissée convaincre par sa lecture.

Quelle belle surprise ! Comme je vous le disais ici, j’ai, depuis quelque temps, plus de mal à lire et ce roman lumineux et émouvant m’a permis de retrouver l’envie. J’espère continuer sur cette belle lancée…

Le livre : « Changer l’eau des fleurs »

IMG_1078

Crédit photo : L&T

L’autrice : Valérie Perrin est une photographe, scénariste et écrivaine française qui travaille aux côtés de son mari, le réalisateur Claude Lelouch. Son premier roman, « Les oubliés du dimanche » a reçu de nombreux prix. Son deuxième roman « Changer l’eau des fleurs » a également reçu le prix Maison de la Presse en 2018.
Pour la suivre c’est ici !

Le résumé : « Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses. »

Mon avis : « Changer l’eau des fleurs » est un livre plein de poésie, de mots tendres et de belles phrases. Un éloge à la vie malgré la mort, à la lumière dans les moments les plus sombres et aux plaisirs simples de l’existence.

On y suit la vie mouvementée de Violette Toussaint. Une femme à la résilience impressionnante. Orpheline depuis son plus jeune âge, Violette est passée de foyer en foyer. C’est parce qu’elle n’a jamais connu l’amour et la sécurité d’une famille qu’elle va, dès ses 17 ans, se jeter dans les bras d’un bellâtre qui va vite s’avérer être un homme égocentrique, quasi abusif.

Malgré les drames que le destin lui réserve, Violette avance cahin caha et trouve de la beauté dans les petites choses : le parfum des roses, les premiers rayons du soleil, le thé au jasmin, caresser un chat. Elle s’invente des règles de vie fantaisistes comme porter des vêtements d’été colorés sous ses gros manteaux d’hiver plus austères.

Ironie du sort, Violette Toussaint va se retrouver garde-cimetière, mais pas n’importe laquelle. Elle prend autant soin des morts que des vivants, réchauffe les coeurs, accueille les pleurs des autres, sans jamais se livrer sur les propres épreuves qu’elle endure.

C’est au fur et à mesure de la lecture qu’on en apprend davantage sur cette femme hors du commun. On détricote ses lourds vêtements d’hiver qui la protègent à la façon d’une armure. On voyage avec elle dans ses souvenirs, comme une parenthèse hors du temps.

La force de caractère de Violette nous permet d’apprécier la beauté des gens simples, leurs petits défauts qui font d’eux des êtres uniques et aimables. Je pense notamment à Sasha bien sûr (le guérisseur au coeur d’or rejeté par les siens à cause de son homosexualité), à Celia (l’amie rencontrée par hasard au détour d’un chemin de fer et qui sera un véritable rayon de soleil dans les pires moments), et plus généralement à toute la petite clique loufoque du cimetière qui exhale la tendresse.

C’est également d’histoires d’amour puissantes dont il est question dans ce roman : destructrices, impossibles, fusionnelles ou tout simplement réparatrices.

C’est donc toute une palette d’émotions que nous offre Valérie Perrin avec ce livre parfois dur, mais jamais pathétique.

Le seul hic : les petites longueurs qui se sont glissées par ci par là dans l’histoire. Avec ses 600 pages c’est tout de même un pavé qui aurait, je trouve, mérité d’être un peu plus court sans que cela ne le départisse de son charme.

En dépit de ce petit défaut, il s’agit d’un livre émouvant que je vais prêter avec plaisir à mon entourage.

En bref : Un joli coup de coeur. J’ai pris beaucoup de plaisir à connaître Violette, mais également à découvrir Valérie Perrin et sa plume sensible et réaliste. J’ai d’ailleurs relevé une série de belles citations que vous pouvez retrouver ici.

Cette lecture m’a donné envie de lire « Les oubliés du dimanche« , le premier roman de Valérie Perrin. Vous l’avez lu ? Vous connaissez cette autrice ? 

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Crisanasam dit :

    Je ne connaissais pas et justement je découvrirai avec plaisir ce roman pour suivre le trajet de vie de Violette. Merci pour cette découverte

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Avec plaisir ! ça peut être une bonne idée lecture pendant le confinement 😉

      J'aime

  2. Itinera Magica dit :

    Je me l’étais noté grâce à ton dernier article sur tes citations préférées, plusieurs phrases m’avaient interpellée ! tu renforces mon envie, c’est décider je le commande 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Itinera Magica dit :

    Pardon : c’est décidé, évidemment 😉 Bon après midi !

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      J’espère qu’il te plaira ! Hâte d’avoir ton avis 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.