L’ombre du vent – Carlos Ruiz Zafón

« L’ombre du vent » est le second roman que je lis de Carlos Ruiz Zafón. Si je suis restée un peu partagée sur ce premier livre « Le prince de la brume » (mon avis ici), j’ai tout de même eu envie de réitérer l’expérience avec ce roman plébiscité du grand public qui a fait de Carlos Ruiz Zafón l’auteur espagnol vivant le plus lu au monde !

Le livre : « L’ombre du vent »

Crédit photo : L&T

L’auteur : Carlos Ruiz Zafón est un auteur espagnol. Durant son enfance, il a passé onze ans chez les jésuites. C’est à l’âge de quatorze ans qu’il écrit son premier roman. Il choisit pourtant de débuter sa carrière dans la publicité. En 1992, il quitte la publicité pour se consacrer à son roman jeunesse « Le prince de la brume », le premier tome du « Cycle de la brume » qui gagne le prix de la jeunesse d’Edebé en 1993. Son quatrième roman, « L’Ombre du vent » a été couronné de nombreux prix, traduit dans plus de trente langues et vendu à 14 millions d’exemplaires. Depuis la parution de ce roman, Carlos Ruiz Zafón est l’auteur espagnol vivant le plus lu au monde. Pour le suivre, c’est ici et ici !

Le résumé : « Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, « ville des prodiges » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets enterrés dans l’âme de la ville : L’Ombre du Vent.
Avec ce tableau historique, roman d’apprentissage évoquant les émois de l’adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l’Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s’emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafón mêle inextricablement la littérature et la vie ».

Mon avis : Après un début mitigé, je me suis finalement laissée emporter par le tourbillon narratif de « L’ombre du vent » et je n’ai pas vu passer ses 600 pages riches en pérégrinations.

C’est dans une Barcelone Franciste et encore traumatisée par la guerre civile de 36-39 que se déroule l’histoire de Daniel Sempere. Tout commence lorsque le garçon oublie le visage et la voix de sa défunte mère. Son paternel, un libraire passionné, discret et aimant, va alors l’inciter à se changer les idées grâce la littérature. Pour ce faire, il l’emmène au sein du sanctuaire sacré des livres oubliés. C’est là que Daniel va s’enticher de Julian Carax, un auteur méconnu dont les intrigues vont le remuer au point de se lancer à la recherche de la véritable histoire de l’auteur.

C’était sans se douter des nombreux obstacles qui se dresseraient sur son chemin : non seulement un homme mystérieux empruntant l’identité d’un personnage du livre de Julian Carax tente de récupérer l’ouvrage pour le détruire, mais Daniel va également s’attirer les foudres du sadique inspecteur Fumero, raclure de la pire espèce (incarnation du régime fasciste de l’époque).

On suit Daniel tout au long de cette quête rocambolesque, laquelle le mènera jusqu’à l’aube de sa vie d’homme. On assiste ainsi à son évolution personnelle et on s’attache inévitablement à ce garçon un peu trop curieux et au grand coeur.

Je dois toutefois avouer que ce n’est pas le personnage de Daniel que j’ai préféré, mais celui de Fermin Romero de Torres. Sous ce nom emprunté de toréador, c’est un homme malin, drôle, fougueux et généreux que nous offre Carlos Ruiz Zafón. Aucun doute que ce livre n’aurait pas la même saveur sans ses bons mots, ses goujateries et son appétit mordant pour la vie.

Ce roman est un éloge à la littérature, celle qui fait rêver, qui permet de s’évader des angoisses quotidiennes, de la guerre, des chagrins d’amour, et qui perpétue la mémoire des chers disparus. L’amitié et l’amour sont également mis à l’honneur grâce à une galerie de personnages romantiques et pittoresques.

Bref, vous l’aurez compris, s’il m’aura fallu quelques chapitres avant d’entrer dans l’histoire, je ne l’ai, ensuite, plus lâchée. Belle mise en abîme des bienfaits de la littérature, ce roman m’a permis d’évacuer mes propres angoisses pendant la période de confinement.

Si je devais néanmoins relever deux petits bémols :

  • j’aurais souhaité en apprendre davantage sur le contexte historique qui, s’il est bien présent, est clairement relayé au second plan ;
  • par ailleurs, si j’ai aimé « L’ombre du vent« , j’ai tout de même l’impression que les thèmes de prédilection de Carlos Ruiz Zafón sont relativement proches de roman en roman : grandes maisons victoriennes, esprits perturbés et monstres dans les placards.

Ceci étant dit, je vous recommande sans hésitation « L’ombre du vent« . J’ai d’ailleurs appris que le roman avait une suite : « Le prisonnier du ciel » mettant en lumière le passé de Fermin Romero de Torres. J’ai hâte de la découvrir !

Vous avez-lu « L’ombre du vent » et sa suite ? Avez-vous envie de découvrir cet univers ? 

11 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Crisanasam dit :

    Ce roman hâtise ma curiosité. Merci pour cette découverte.

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Avec plaisir ! C’est le moment de se lancer dans la lecture et de sortir de sa zone de confort en plus 😉

      J'aime

  2. Je garde un souvenir merveilleux de ce roman! Je l’ai vraiment adoré mais lu il y a un moment.
    Après, j’ai essayé d’en lire d’autres de cet auteur (dont le Prince de la Brume), et je n’y ai pas retrouvé autant de magie et d’élan que dans celui-là… Comme tu dis les thèmes semblent rester proches – mais le récit est moins fort à mon goût.
    ^^ J’ai aimé me replonger dans son ambiance en lisant ta chronique!

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Je comprends totalement ce que tu veux dire car j’ai adopté la démarche inverse. « Le Prince de la Brume » ne m’avait pas vraiment emballée, mais j’ai tout de même retenté l’expérience avec « L’ombre du vent » et j’ai eu cette belle surprise ! Tu as lu le second tome ? Je le commanderai une fois que ma PAL aura un peu diminué 🙂

      J'aime

  3. Itinera Magica dit :

    Je suis très très tentée, visiblement il y a tout ce que j’aime dans ce livre ! je viens de le commander! merci beaucoup pour le partage 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Avec plaisir! Je suis très contente de t’avoir donné envie de le commander. J’ai hâte d’avoir ton retour.

      J'aime

  4. lecornerdevangeline6 dit :

    J’adore ce livre. Je l’ai lu à la fin de mon adolescence et il faire partie de mes petits chouchous que j’aime lire de temps en temps. Il n’est jamais trop loin de ma table de chevet. (Merci pour ton passage et ton gentil commentaire sur mon blog ^^)

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Oui je comprends que ce roman soit un livre doudou il est vraiment prenant. Est-ce que tu as été tentée par la découverte de la suite (qui se concentre davantage sur le personnage de Fermin)?

      J'aime

      1. Il est sur ma liste de livres à lire. J’en ai beaucoup à lire avant mais je ne désespère pas d’arriver à celui là avant la fin de l’année ^^

        Aimé par 1 personne

      2. L&T dit :

        Haha je comprends, tu parles à une abonnée des piles à lire qui n’en finissent plus… J’espère avoir ton avis en tout cas si tu le lis bientôt 🙂

        J'aime

Répondre à L&T Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.