Les chemins de la liberté – Lisa Wingate

Je pense que vous commencez à savoir que j’aime particulièrement le catalogue des « Escales » grâce auquel j’ai très régulièrement de bonnes surprises (vous pouvez d’ailleurs retrouver mes avis sur les précédentes parutions ici). Aujourd’hui, je vous présente donc l’une des denrières nouveautés parues chez cette maison d’édition.

« Les chemins de la liberté » avait la lourde tâche de passer après « Betty » de Tiffany McDaniel qui est, pour le moment, mon coup de coeur de 2021 (je vous en parlais ici).

La mission a toutefois été relevée avec succès car j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette histoire.

Le livre : « Les chemins de la liberté » (ici)

Crédit photo : L&T

L’autrice : Lisa Wingate est une autrice américaine. Elle a écrit une trentaine de romans dont de nombreux se trouvent dans la liste des best-sellers du New York Times. Lisa Wingate chérit particulièrement le Prix national de civisme, décerné par l’organisme américain American For More Civility, qui récompense les personnalités qui travaillent pour promouvoir la gentillesse et la civilité. Elle croit que les histoires peuvent changer le monde…

Le résumé : « Louisiane, 1875 : Hannie, ancienne esclave, se retrouve malgré elle à faire la route avec Lavinia, son ancienne maîtresse, héritière ruinée d’une plantation, et Juneau Jane, la demi-sœur de Lavinia, fille d’une célèbre courtisane de La Nouvelle-Orléans. Chacune cherche le même homme, mais pour des raisons différentes. C’est au péril de leur vie qu’elles se lancent dans une épopée dangereuse à travers les États du Sud. Au bout du chemin, Hannie nourrit le secret espoir de retrouver les membres de sa famille dont elle a été séparée avant la fin de l’esclavage.

Louisiane, 1987 : Pour Benedetta Silva, devenir professeure dans un collège rural semble la meilleure idée pour rembourser ses prêts étudiants. Mais les habitants de la ville d’Augustine se méfient des intrus et Benny peine à trouver sa place ».

Mon avis : Dans « Les chemins de la liberté » nous suivons le destin de deux personnages que rien ne semble, a priori, relier.

Hannie, d’une part, dont l’histoire se déroule en 1875. Ancienne esclave, elle a malheureusement été séparée de tous les membres de sa famille (vendus sur d’autres plantations) alors qu’elle n’était encore qu’une enfant.

Alors que l’esclavage a officiellement pris fin, elle réside toujours sur la plantation de son ancien maître (« Old Mister ») mais sous un contrat de métayage qui lui permettra après 10 ans d’exploitation de la terre d’en devenir la propriétaire. Elle apprend toutefois qu’Old Mister s’est embourbé dans de sombres histoires. Ce dernier semble ainsi avoir disparu sans qu’il ait pu lui remettre son contrat, sésame qui pourrait enfin lui offrir une liberté financière.

Les deux filles d’Old Mister, Lavinia (sa fille légitime) et Juneau Jane (une métisse qu’il a eu avec sa maîtresse mais qu’il a élevée comme son enfant) sont également désemparées car elles craignent, en son absence, d’être déshéritées, leur destin laissé entre les mains des hommes.

Alors que tout les sépare et que chacune a ses raisons de détester les deux autres, elles se lancent ensemble dans une quête dangereuse à la recherche d’Old Mister pour le meilleur et pour le pire !

En parallèle (un chapitre sur deux), c’est une toute autre histoire que l’on découvre : celle de Benedetta (Benny) Silva qui se déroule en 1987. Jeune institutrice pleine de bonne volonté et d’idéaux, elle est fraîchement débarquée dans l’une des écoles les plus pauvres d’Augustine (en Louisiane). Entre décrochage scolaire et insolence de la part de ses élèves, elle va vite perdre ses illusions. C’est pourtant une triste réalité sociale qui se cache derrière cette façade de désintérêt et de rébellion. Si la ville est marquée par une forte mixité, les inégalités sociales semblent, en effet, se perpétuer. La vie des habitants est fortement marquée par les séquelles de l’esclavage. Le sang et la sueur imbibent encore ces terres de Louisiane, laissant les plaies à vif.

Cette atmosphère oppressante semble raviver de douloureux souvenirs chez Benny, dont le lecteur cherche, tout au long du roman, à percer le secret.

C’est, en tout cas, grâce à cette grande Histoire et aux petites qui la composent que Benny va tenter de raccrocher ses élèves : en remontant leur généalogie pour leur rappeler d’où ils viennent et découvrir les témoignages du passé afin de pouvoir, enfin, aller de l’avant.

Cet exercice s’avérera salvateur pour de nombreux personnages et il permettra de relier les destins d’Hannie et de Benny.

Si j’ai, tout d’abord, particulièrement accrochée avec l’histoire contemporaine de Benny, je me suis finalement laissée rattraper par les aventures et le courage hors du commun d’Hannie. J’ai trouvé son histoire et sa quête à la recherche de sa famille – et de l’amour de sa mère qui lui a été si brutalement arrachée – très touchante.

C’est, en effet, une partie de l’Histoire qui nous est peu racontée : après l’abolition de l’esclavage, des milliers de personnes séparées des leurs ont tenté de retrouver leur famille. Beaucoup sont restés sans aucune nouvelle, horrible deuil que celui de ne pas savoir. Souvent illettrés, les anciens esclaves étaient privés de tous moyens de se renseigner et c’est, notamment, grâce à des annonces diffusées dans les paroisses méthodistes que certains ont pu retrouver un peu d’espoir. Il est appréciable que Lisa Wingate se concentre sur cet aspect et non sur les conditions de l’esclavage à proprement parler, lesquelles ont déjà été abordées dans de nombreux ouvrages.

Je me suis prise d’affection pour ces différents personnages féminins qui tentent de reprendre leur destin en main pour se sauver de l’emprise de la gente masculine et des attentes de la société.

De manière générale, j’ai trouvé « Les chemins de la liberté » bien écrit, rythmé, prenant et porté par une galerie de personnages attachants.

Vous l’aurez compris j’ai donc passé un très bon moment en leur compagnie.

En bref : Un livre historique porté par deux femmes au grand coeur et aux destins hors du commun. Une quête de liberté qui permettra aux personnages de se détacher de nombreuses entraves (qu’elles soient matérielles, sentimentales ou intellectuelles) et d’un passé douloureux dont il est toutefois essentiel de se souvenir pour avancer.

Vous avez déjà lu des ouvrages de Lisa Wingate ? Vous êtes tentés par « Les chemins de la liberté » ?

7 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Crisanasam dit :

    Après ton article, je suis effectivement bien tentée par la lecture de ce roman ou la quête semble mener sur des chemins aventureux ou l’espoir défit les obstacles.

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Merci pour ton retour ! Je suis ravie que mon avis te donne, à ton tour, envie de découvrir ce roman historique prenant. Je suis sûre que cette histoire pourra te plaire!

      J’aime

  2. flyingelectra dit :

    jamais lu même si l’histoire est effectivement intéressante

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Oui c’est un aspect de l’Histoire un peu différent dont on a moins « l’habitude ». Je me suis, en tout cas, attachée aux personnages et laissée porter par leurs aventures respectives. N’hésite pas à me dire si tu te laisses tenter à ton tour…

      Aimé par 1 personne

  3. J’aime beaucoup ce genre de roman qui nous montrent des facettes sombres de l’histoire…Mais j’avoue que ces temps l’actu me déprime pas mal et que je vais miser sur des lectures feelgood ou des romans policiers pour l’été plutôt 😛
    Mais il a l’air vraiment intéressant, merci pour ta chronique.

    En tout cas j’ai tiqué avec le titre du livre, car quand j’étais gamine j’avais un roman jeunesse que j’aimais beaucoup avec presque le même titre et une thématique sur l’esclavage: https://www.flammarion-jeunesse.fr/les-chemins-secrets-de-la-liberte/9782081263277 😉

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Je trouve que malgré le thème abordé ce livre est plein d’espoir. Le lecteur n’assiste pas directement aux horreurs de l’esclavage et le roman se focalise vraiment sur la quête d’Hannie et de ses deux compagnes de route pour retrouver « Old Mister ». Cette histoire ne m’a pas du tout déprimée (en comparaison de certains livres bien plus lourds sur le sujet ou même de quelques romans policiers bien glauque haha). En tout cas si tu te laisses tenter, je serais ravie d’avoir ton avis sur ce titre! « Les chemins de la liberté » était le nom donné aux chemins empruntés par les esclaves qui tentaient de fuir les plantations pour se rendre dans les états du nord, il y a donc beaucoup de livres qui ont repris ce nom dans leur titre (je ne pensais d’ailleurs pas qu’il y en avait autant!)

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.