Eté après été – Elin Hilderbrand

le

Après trois semaines de vacances bien méritées, me voici de retour pour une petite séance de rattrapage concernant mes dernières lectures…

J’ai reçu « Eté après été », nouvelle parution de la maison d’éditions Les Escales que j’adore (vous commencez à le savoir), juste avant de partir en vacances et quelle meilleure occasion pour se plonger dans un roman avec titre si évocateur ?!

J’avais déjà lu un précédent ouvrage d’Elin Hilderbrand, approximativement à la même période l’année dernière : « Un été à Nantucket » (dont je vous parlais ici), et j’avais passé un agréable moment de lecture, j’avais donc hâte de réitérer l’expérience.

Le livre : « Eté après été » (ici)

Crédit photo : L&T

L’autrice : Elin Hilderbrand est une romancière américaine. Elle vit à Nantucket avec son mari et ses trois enfants. Elle a grandi a Collegeville, en Pennsylvanie, et a beaucoup voyagé avant de s’installer à Nantucket – toile de fond de ses cinq derniers romans.

Le résumé : « Printemps 2020. Quand Mallory Blessing meurt, c’est à son fils Link de s’occuper de ses dernières volontés. Il apprend qu’il doit convier Jake McCloud aux obsèques de sa mère. Link, qui avait une relation fusionnelle avec sa mère, n’a jamais entendu parler de cet homme. Il ne comprend pas pourquoi sa présence lui tenait tant à cœur.
Été 1993. Mallory vient d’hériter d’une petite maison sur l’île de Nantucket, à une centaine de kilomètres au sud-est de Boston. Elle y reçoit les amis de son frère pour son enterrement de vie de garçon, dont un certain Jake McCloud. Entre eux, le coup de foudre est immédiat. Ils passent un week-end inoubliable, coupés du monde, cachant leur idylle aux autres invités.
Mais Jake et Mallory savent que leur histoire d’amour est impossible. Ils se font alors une promesse : quoi qu’il arrive, et peu importe leurs vies de famille respectives, ils se retrouveront chaque été en secret à Nantucket le temps d’un week-end ».

Mon avis : Malgré le titre et la quatrième de couverture, on se rend compte dès le premier chapitre que ce livre est un peu plus profond qu’il en a l’air. En effet, la protagoniste principale, Mallory Blessing, est gravement malade et semble avoir été privée de son grand amour.

Flashback des années auparavant : on découvre la jeune et pétillante Mallory. Pleine de vie, l’étudiante, qui rêve de devenir professeur de littérature, décide de quitter le nid familial où elle ne sent plus à son aise pour la belle île de Nantucket où elle a hérité de la maison en bord de mer de sa tante.

Dès son installation, tout fait rêver : l’air iodé, les magnifiques couchers de soleil sur des paysages marins de cartes postales, cette vie simple au grand air où Mallory peut enfin s’épanouir pleinement.

C’est précisément à ce moment de sa vie que Mallory croise le chemin de Jake McCloud, un ami de son frère rencontré dans le cadre de sa fraternité étudiante. Le coup de foudre est brutal et immédiat. Deux âmes qui se trouvent pour un moment de passion inoubliable. Sauf que la réalité les rattrape bien vite. Jake vit, en effet, à des centaines de kilomètres de Mallory et, surtout, est en couple depuis des années avec son amour d’enfance, une femme avec laquelle il se sent connecté par des liens forts appartenant, toutefois, au passé.

Jake et Mallory sont également conscients du fait que leur flamme pourrait se consumer bien vite si leur idylle était confrontée à la vie quotidienne, en dehors de cette parenthèse enchanteresse et loin de la maison en bois de Nantucket, des balades en kayak, des pique-niques à base de homards…

Alors les deux amants prennent une décision qui va changer leur vie : se retrouver une fois par an pour quelques jours seulement dans cette maison de Nantucket qui a vu naître leur amour, et ce quoiqu’il arrive. Entre temps, chacun vivra sa vie et ils ne se contacteront pas, sauf en cas d’urgence.

Et si étrange que soit cet arrangement secret, ils s’y tiennent… On les accompagne ainsi dans cette histoire d’amour particulière pendant des années. Chacun suit son chemin mais leurs voies se recoupent toujours, une fois par an, et chaque fois la magie opère plus fort encore que l’année précédente.

Mais est-ce vraiment une histoire d’amour quand on ne partage rien que quelques jours hors du temps et de la vie réelle ? On s’interroge sur cette relation plus fantasmée qu’autre chose et sur cette façon de faire durer la passion des premiers jours, à la façon d’un amour de vacances sans fin.

Au fur et à mesure des années, ce secret pèse sur leurs relations avec les autres, en plus de les rendre – chacun de leur côté – malheureux et terriblement seuls. Alors, pourquoi ce choix ? Est-ce plus important de vivre quelques jours d’une intensité folle ou de construire dans la durée une relation dans laquelle il est, certes, plus risqué de s’oublier ?

J’ai trouvé ces thèmes intéressants et, comme dans son précédent livre, Elin Hilderbrand, sait parfaitement invoquer la magie de Nantucket. On a qu’une envie en lisant ce livre : se téléporter là-bas pour marcher pieds nus dans le sable chaud, le long de la mer.

J’ai également beaucoup apprécié les repères historiques qui marquent le début de chaque chapitre correspondant à une nouvelle année de la relation de Mallory et Jake, des années 1993 à 2020. Toutes ces dates nous parlent et sont autant de clins d’œil aux lecteurs.

En revanche, j’ai trouvé que ce roman présentait quelques longueurs et aurait mérité des chapitres en moins, d’autant plus que Mallory et Jake ont développé leurs habitudes et suivent un programme similaire chaque année (ce qui crée quelques passages ennuyeux chez le lecteur).

Je déplore aussi le côté un peu trop caricatural d’Ursula, la fiancée de Jake. Son côté ultra carriériste et froid la rend bien facile à détester alors qu’il aurait pu être intéressant de nuancer le romantisme de l’histoire de Mallory et Jake qui n’es, après tout, pas si parfaite.

Mis à part ces deux points, « Eté après été » m’a amené à me questionner sur ma propre conception des relations amoureuses et je me suis évadée le temps de quelques jours avec Elin Hilderbrand à Nantucket.

En bref : Une jolie lecture pour les derniers jours d’été ou, au contraire, pour le convoquer une fois que l’automne sera bien installé.

Vous connaissez Elin Hilderbrand ? Vous êtes tentés par cette histoire d’amour atypique ?

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Crisanam dit :

    Après avoir lu ton article, je suis curieuse de découvrir cette histoire d’amour.

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      C’est une jolie histoire malgré les petites longueurs. Je pense que tu pourrais te prendre au jeu! Tu me diras si cette lecture te tente 😉

      J’aime

  2. flyingelectra dit :

    j’adore cette région mais je ne suis pas fan des histoires d’amour même si je trouve l’intrigue intéressante et les questions soulevées

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      En effet si les histoires d’amour ne sont pas ce que tu préfères, ce livre risque de ne pas te plaire. En revanche tu devrais t’y retrouver pour les superbes descriptions de la région qui donnent vraiment envie ! Je ne connais pas tous les ouvrages de cette autrice mais j’ai bien l’impression que la majorité de ses intrigues se déroulent à Nantucket, il y a peut-être certains de ses ouvrages dont le thème t’intéresserait davantage tout en alliant le cadre…

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.