Bookstore

Parce que j’ai trop de livres dans ma bibliothèque, je consacre cette partie du blog à la vente ou au troc de certains d’entre eux (2 euros pour les poches et 4 euros pour les gros pavés hors frais d’envoi. Si vous habitez à Paris, une remise en mains propres est envisageable).

Si vous êtes intéressés, contactez-moi par message sur la page Facebook du blog ou directement par mail en précisant en objet « Achat / Troc livres – Bookstore« .


Et j’ai dansé pieds nus dans ma tête – Olivia Zeitline

« Un soir, une phrase étrange au ton mélodique, comme un air de musique, résonne dans la tête de Charlotte. Peur ou prémonition ? Après un burn-out, Charlotte, une jeune trentenaire, quitte son job dans le marketing et tire un trait sur son ancienne vie. Elle retourne à ce qui la fait vibrer depuis toujours, la danse. Mais rien ne se passe comme elle le voudrait : les factures s’accumulent, sa relation amoureuse s’étiole, son rêve s’éloigne. Stella, une amie musicienne, lui conseille alors d’écouter sa voix intérieure et lui ouvre le chemin de l’intuition. De rencontre en rencontre, pas à pas, Charlotte apprendra à apprivoiser cette voix mystérieuse, à se fier aux signes du hasard et à suivre les mouvements de son corps. Cette belle histoire vous entraîne dans son sillage magique et vous donne envie de suivre votre intuition. »

***

Jeune et innocent – Josephine Tey 

« Au milieu des vagues, un tissu vert, des orteils laques de rouge… Voilà ce qu’on gagne à se baigner à jeun dans l’eau froide, se dit le sergent Potticary en tirant le corps sur la grève. Une syncope. Un accident stupide. Quelle pitié! Une aussi jolie jeune femme…
Mais comment est-elle venue là? Il n’y a pas de maison dans les environs. Pas de voiture. Pas de vêtements…Tiens! Voici que quelqu’un arrive, justement. L n jeune homme. S’il connaît la morte? Pardi, il habie chez elle! Son nom? Ah ça, il l’ignore…
Est-ce Dieu possible? Il habite chez elle et il ignore son nom… Répétez-nous ça, jeune homme… Le chef-d’oeuvre de l’une des reines du crime les plus originales de la littérature anglosaxonne, superbement porté à l’écran par Alfred Hitchcock. »

***

2 heures du matin à Richmond Street – Marie-Helene Bertino

« Au cours d’une soirée, des destins se croisent au cœur d’un quartier de Philadelphie. Madeleine Altimari, 9 ans, n’a qu’une chose en tête : chanter ! Surtout depuis le décès de sa mère, elle passe son temps à faire ses gammes et à perfectionner son répertoire. Un jour elle sera sur scène… peu importe si ni son père est en proie au désespoir, ni ses professeurs ne l’encouragent dans cette voie. Et quand Madeleine découvre l’existence d’un club de jazz, le Cat’s Pajamas, dans sa ville natale, elle décide que ce sera l’endroit idéal pour faire ses débuts. Elle ne sait pas encore qu’elle s’apprête à vivre la nuit la plus extraordinaire de sa vie… Le même jour, son professeur, Sarina Greene, de retour à Philadelphie après un divorce douloureux, attend avec une certaine angoisse le dîner où elle doit retrouver celui qui aurait pu – dû ! – être l’homme de sa vie. Et s’il n’était pas trop tard pour saisir une seconde chance ? De l’autre côté de la ville, Lorca, le propriétaire bourru et désabusé du Cat’s Pajama, se retrouve au pied du mur. A moins de trouver 30 000 $ pour rembourser sa dette, ce club légendaire fermera ses portes pour toujours. Ces trois âmes perdues, cherchant l’amour, la musique et l’espoir dans les rues de Philadelphie, vont découvrir les possibilités infinies que peut offrir la vie au cours d’une nuit magique. »

***

Annihilation – Jeff Vandermeer

« Toute cette région était désertée depuis des décennies, pour des raisons qui ne sont pas faciles à raconter. Notre expédition était la première à entrer dans la Zone X depuis plus de deux ans et la majeure partie de l’équipement de nos prédécesseurs avait rouillé, leurs tentes et abris ne protégeant plus de grand-chose. En regardant ce paysage paisible, je ne pense pas qu’aucune d’entre nous n’en voyait encore la menace. »
La zone X est coupée du monde depuis des décennies. La nature y a repris ses droits. Quelques vestiges de civilisation subsistent dans une faune et une flore luxuriantes.
La première expédition décrit une contrée idyllique. La deuxième s’achève sur un suicide de masse. Les membres de la troisième expédition s’entretuent, ceux de la onzième reviennent amorphes et succombent à un cancer foudroyant. Nous suivons la douzième, composée de femmes. Leur mission : cartographier le terrain et ne pas se laisser contaminer par la zone X. »

***

Testament à l’anglaise – Jonathan Coe

« Tabitha Winshaw a 81 ans et elle est folle. 
Démence sénile ? Pas du tout. Elle a perdu l’esprit un soir de l’hiver 1942 quand son frère préféré, Godfrey, a été abattu par la DCA allemande au-dessus de Berlin. Le chagrin alors? Ce n’est pas cela non plus. Elle est persuadée que la mort de Godfrey a été commanditée par son frère aîné, Lawrence, qu’elle déteste.
Une folle dans la famille, l’aristocratie britannique en a vu d’autres. Mais voilà que Tabitha se mêle de commander à Michael Owen, un jeune homme dépressif, une histoire de la dynastie des Winshaw qui occupe tous les postes-clés dans l’Angleterre des années quatre-vingt.
Il y a du jeu de massacre dans l’air d’autant que Tabitha n’est peut-être pas aussi folle qu’il y paraît. »

***

La petite couturière du Titanic – Kate Alcott 

« Avril 1912. Tess Collins, une jeune servante anglaise, est venue à Cherbourg vivre de sa passion, la couture. Hélas, la maison qui l’emploie la traite comme une domestique.
Lorsqu’elle apprend qu’un paquebot se dirigeant vers les Etats-Unis va faire escale à Cherbourg, elle décide d’embarquer pour tenter l’aventure.
À bord du Titanic, elle fait connaissance de Lucy Duff Gordon, célébrité de la haute couture anglaise, qui s’apprête à présenter sa nouvelle collection à New York. Sa femme de chambre lui ayant fait faux bond, elle décide d’employer Tess.
En première classe du navire, Tess découvre un monde fastueux. Elle fait la rencontre de deux hommes, Jim, un marin, et Jack, un self-made-man américain. Mais, tandis qu’un triangle amoureux s’installe, le paquebot, sans que ses occupants s’en doutent, fonce vers un iceberg…
Réchappant à la catastrophe, Tess découvre que sa maîtresse a embarqué à bord d’un autre canot de sauvetage. Mais celle-ci a-t-elle survécu aux dépens d’autres passagers ? Elle se trouve bientôt face à un dilemme : rester fidèle à sa maîtresse ou dire ce qu’elle a découvert des circonstances du drame ? »

***

Miss Peregrine et les enfants particuliers – Ransom Riggs

« Miss Peregrine et les enfants particuliers, roman initiatique par excellence, se présente comme l’une des plus belles et des plus sombres allégories sur la différence et l’enfermement. Ransom Riggs, qui pose les fondations d’une saga où les enfants sont malgré eux les héros d’un monde en proie à la folie des adultes, ne ferme jamais la porte à ces jeunes lecteurs. Au contraire, il les invite dans un univers singulier où transpirent l’amour et la tolérance. Devant les ténèbres, Miss Peregrine et les enfants particuliers nous comblent de bonheur. »

***

Le cercle secret – Suzanne Forster

« En 1982, dans une école privée de Californie, quatre adolescentes martyrisées et contraintes par leur directrice de se soumettre aux caprices sexuels d’hommes influents ont formé un club secret, en jurant de toujours se soutenir. Jusqu’à ce que l’une d’elles se suicide et que la directrice soit retrouvée assassinée… Vingt ans plus tard, les trois lycéennes ont surmonté le drame et sont parvenues au sommet de l’échelle sociale : Mattie est devenue juge fédérale, Breeze, femme d’affaires et Jane, première dame des Etats-Unis. Jamais elles n’ont dévoilé ce qui s’était réellement passé ce jour-là. Mais lorsqu’un journaliste trop curieux entreprend de faire la lumière sur cette affaire, toute leur vie menace de s’écrouler. Pressées par l’urgence, elles reforment alors le cercle d’autrefois. Pour étouffer la vérité. Pour empêcher que ne se ravivent les blessures secrètes du passé. Et surtout pour prévenir un scandale retentissant, dont les conséquences se feraient sentir au plus haut niveau de l’état… »

***

Chroniques d’Edimbourg – Alexander McCall Smith

chroniques

« 44 Scotland Street : Au 44 Scotland Street, dans le quartier Bohème d’Edimbourg, la vie frémit à tous les étages. Entre Bruce, jeune Apollon aussi narcissique que séduisant, la vieille Macdonald, une excentrique en mal de ragots et le petit Bertie, enfant prodige, Pat, découvre sa nouvelle famille. Des chroniques inoubliables empreintes de tendresse et d’humour so british ! 

Edimbourg express : La vie poursuit son cours au 44 Scotland Street. Si Pat Macgregor partage toujours son appartement avec l’insupportable Bruce, les sentiments qu’elle avait pour lui appartiennent bel et bien au passé ! Un étage plus bas, Bertie, six ans et toujours aussi intelligent, tente par tous les moyens de s’affranchir de l’implacable programme établi par sa mère qui, outre le yoga et le saxophone, comprend désormais une thérapie avec le terrifiant Dr Fairbairn. Étonnamment, c’est peut-être en la personne de son père qu’il trouvera un allié de taille…

L’amour en kilt : Le 44 Scotland Street semble désormais bien vide après les départs de Bruce pour Londres et de Domenica pour le détroit de Malacca et ses pirates. Heureusement, les solos de saxophone continuent de résonner à travers les étages de l’immeuble, d’autant plus régulièrement qu’Irene a réussi à faire entrer Bertie (au grand dam de celui-ci) dans l’Orchestre d’Adolescents d’Édimbourg… »

***

Un long dimanche de fiançailles – Sébastien Jarisot

(La photo de couverture ne correspond pas à l’édition que je possède)

« Janvier 1917. Cinq soldats français condamnés à mort en conseil de guerre, aux bras liés dans le dos. Toute une nuit et tout un jour, ils ont tenté de survivre. Le plus jeune était un Bleuet, il n’avait pas vingt ans. A l’autre bout de la France, Mathilde, vingt ans elle aussi, plus désarmée que quiconque, aimait le Bleuet d’un amour à l’épreuve de tout. La paix venue, elle va se battre pour connaître la vérité et le retrouver, mort ou vivant, dans le labyrinthe où elle l’a perdu.
Tout au long de ce qu’on appellera plus tard les années folles, quand le jazz aura couvert le roulement des tambours, ses recherches seront ses fiançailles. Mathilde y sacrifiera ses jours, et malgré le temps, malgré les mensonges, elle ira jusqu’au bout de l’espoir insensé qui la porte. On découvre dans ce livre, obstinée et fragile à la fois, attachante, bouleversante, une Mathilde qui prendra place parmi les héroïnes les plus mémorables de l’univers romanesque. » 

***

Les années secrètes de la vie d’un homme – Robert Sabatier


« Rencontres incessantes, péripéties, passions et blessures sont le lot du narrateur. Et, au cœur de ce récit foisonnant, l’éclair d’une tragédie contemporaine, vision réaliste dont la passion sera sans cesse vécue, page d’histoire tracée en lettres de feu comme jamais elle ne fut ainsi écrite. Enfin, l’intrusion du plus effroyable mystère : le dédoublement de l’être et son propre rejet.
Unissant à la magnificence des paysages terrestres ou marins le merveilleux intérieur, le nouveau Sabatier est une grande œuvre où les interrogations humaines sont cernées : recherche d’une voie salvatrice, miroir du siècle, cri d’indignation devant les misères du monde, louange de ses beautés, appel à l’union. 
C’est le roman longuement mûri de l’errance, de l’histoire, de l’amour et du destin, au fil d’une écriture conduite à la hauteur du sujet, de l’aquarelle à la fresque, du chant solitaire à l’instrumentation symphonique. C’est le livre de l’homme de notre temps, un grand et vrai chef-d’œuvre. »

***

Jeeves – PG Wodehouse 

jeeves 1

« Dans une Angleterre éternelle peuplée de jeunes filles énergiques et épuisantes, de tantes redoutables, d’oncles débonnaires et passifs, de toute une galerie de personnages excentriques, domine la figure de Jeeves, le génial et flegmatique majordome du narrateur Bertie Wooster, jeune célibataire oisif et écervelé qui a l’art de se fourrer dans des situations inextricables. 
Ce sommet de l’humour anglais a enthousiasmé des générations de lecteurs, et a inspiré à un critique ce commentaire définitif :  » Il n’y a que deux sortes de lecteurs de Wodehouse, ceux qui l’adorent et ceux qui ne l’ont pas lu.  » 

***

Horrorstör – Gary Hendrix 

MRhorrorstor.indd

Retrouvez ma chronique ici

« Il se passe quelque chose d’étrange au magasin de meubles d’Orsk à Cleveland, en Ohio. Ces derniers temps, les employés découvrent, en arrivant le matin, des étagères Kjërring démontées, des piles de gobelets Glans renversées, des armoires Liripip fracassées…
Les ventes sont en berne, les responsables de rayon en panique : les caméras de surveillance ne montrent rien d’anormal.
Pour lever le mystère, une équipe de trois employés se retrouve engagée pour rester sur place toute une nuit. Au cœur de l’obscurité, ils arpentent les allées du showroom désert, courent après d’inquiétants bruits et finiront par se confronter aux pires horreurs… »

***

Madame Bovary – Flaubert 

flaubert

« C’est l’histoire d’une femme mal mariée, de son médiocre époux, de ses amants égoïstes et vains, de ses rêves, de ses chimères, de sa mort. C’est l’histoire d’une province étroite, dévote et bourgeoise. C’est, aussi, l’histoire du roman français. Rien, dans ce tableau, n’avait de quoi choquer la société du Second Empire. Mais, inexorable comme une tragédie, flamboyant comme un drame, mordant comme une comédie, le livre s’était donné une arme redoutable : le style. Pour ce vrai crime, Flaubert se retrouva en correctionnelle.Aucun roman n’est innocent : celui-là moins qu’un autre. Lire Madame Bovary, au XXIe siècle, c’est affronter le scandale que représente une œuvre aussi sincère qu’impérieuse. Dans chacune de ses phrases, Flaubert a versé une dose de cet arsenic dont Emma Bovary s’empoisonne : c’est un livre offensif, corrosif, dont l’ironie outrage toutes nos valeurs, et la littérature même, qui ne s’en est jamais vraiment remise. »

***

Hamlet. Le roi Lear – Shakespeare 

shakespeare

« Hamlet : J’ai depuis peu, pourquoi je n’en sais rien, perdu toute ma gaieté, abandonné mes habituels exercices ; et de fait mon humeur est si désolée que cet admirable édifice, la terre, me semble un promontoire stérile, et ce dais de l’air, si merveilleux n’est-ce pas, cette voûte superbe du firmament, ce toit auguste décoré de flammes d’or, oui, tout cela n’est plus pour moi qu’un affreux amas de vapeurs pestilentielles. Acte II, scène 2). »

***

Ceux qui vont mourir te saluent – Fred Vargas 

ceux qui vont mourir te saluent

Retrouvez ma chronique ici

« A priori, tous les dessins de Michel-Ange ont été répertoriés. Et lorsque l’un d’eux fait une apparition discrète sur le marché, il y a tout lieu de supposer qu’il a été volé. Le plus incroyable, c’est que celui qui est proposé à Henri Valhubert, célèbre expert parisien, provient probablement du Vatican ! Qui se risquerait à subtiliser les trésors des, archives papales ? L’affaire se complique lorsque Valhubert est assassiné, un soir de fête, devant le palais Farnèse. Instantanément, les soupçons se portent sur le fils de la victime. Ce dernier fait partie d’un curieux triumvirat d’étudiants, aux surnoms d’empereurs : Claude, Néron et Tibère. En résidence à Rome depuis plusieurs années, tous trois entretiennent des liens singuliers avec la veuve de Valhubert. Une femme au charme envoûtant… »

***

L’éducation d’une fée – Didier Van Cauwelaert

D V Cauwelaert

« Tout commence par un coup de foudre. Nicolas Rockel tombe amoureux de deux personnes : l’une, blonde, prénommée Ingrid, ornithologue et veuve d’un militaire tombée en Bosnie, l’autre brun à lunettes, Raoul, quatre ans et demi, et fils de la première. Ils vivent quatre ans de bonheur dans la ferme de Nicolas, inventeur de jouets, jusqu’à ce jour de juillet où Ingrid laisse entendre à Nicolas qu’elle veut se séparer de lui. Il trompe son angoisse en achetant au supermarché des produits inutiles depuis qu’il a repéré la jeune caissière du portique 13 qui porte sur son badge le prénom étrange de César. César, elle, vit une autre histoire, d’exil, d’immigration et de banlieue. Elle a écrit une thèse sur Gide, attend son inscription en Sorbonne et pour l’heure subit le harcèlement du petit chef du supermarché et des copains beurs de son fiancé en préventive. Et César va incarner la fée, la gardienne du foyer, celle qu’attend le petit Raoul pour l’aider à recoller les morceaux brisés de sa famille… »

***

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi – Katherine Pancol

Les_Ecureuils_de_Central_Park_sont_tristes_le_lundi
« Souvent la vie s’amuse. Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d’un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud. Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident.
Les gens brutaux, les gens pressés, ceux qui portent des gants de boxe ou font gicler le gravier, ignorent les détails. Ils veulent du lourd, de l’imposant, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d’un homme tremblant. Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue… Et la vie n’est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi… ».

***

Uglies – Scott Westerfeld

Uglies_book

« Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s’apprête à subir l’Opération et à intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis, Tally n’aura plus qu’une préoccupation, s’amuser… Mais la veille de son anniversaire, Tally découvre le monde des rebelles. Là-bas, elle apprend que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu’un secret d’État : une manipulation.Que va-t-elle choisir ? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection ?  »

 

*** Pour les plus jeunes ***

Molly Moon et le livre magique de l’hypnose Tome 1 – Georgia Byng

molly-moon

« Molly Moon a grandi en Angleterre, dans le triste orphelinat de Hardwick House, que dirige l’abominable Miss Adderstone. Sa vie est un cauchemar jusqu’au jour où elle découvre ses dons exceptionnels d’hypnotiseuse, grâce à un mystérieux manuel. Après avoir envoûté la directrice de Hardwick House et obtenu d’être traitée comme une reine, Molly Moon s’embarque pour les États-Unis. Elle est bien décidée à réaliser son rêve : devenir star à Broadway. Mais ses pouvoirs magiques font des envieux… »

***

L’apprenti épouvanteur Tome 1 – Joseph Delaney

J Delaney
« Comment un jeune garçon apprend à devenir un chasseur d’ombres !
Tom est le « septième fils d’un septième fils ». Il possède donc les qualités requises pour devenir l’apprenti de l’Épouvanteur. C’est plutôt une aubaine : à 13 ans, il ne se sent guère attiré par la vie de fermier. Apprendre à chasser sorcières, gobelins, spectres et autres esprits malfaisants lui paraît autrement plus excitant – même si ce nouveau travail le terrifie quelque peu – que de soigner les cochons et épandre le fumier. Tom possède un don particulier pour voir et entendre ce que le commun des mortels ne voit ni n’entend. Il entame donc son apprentissage auprès de l’Épouvanteur, qui le teste dès la première nuit en l’enfermant, tout seul, dans une maison hantée. Mais le pire est à venir. Malgré l’injonction de son maître de se méfier des « filles qui portent des souliers pointus », Tom va se laisser berner par Alice, une sorcière de son âge. À cause de son imprudence, la Mère Malkin, la plus effroyable des sorcières, que l’Épouvanteur gardait enfermée depuis treize ans au fond d’un puits, s’évade ! Tom se retrouve seul pour affronter l’effroyable créature, son maître ayant été appelé pour chasser une autre sorcière. Heureusement, le garçon a déjà beaucoup appris. Il est malin et courageux : il réussit à neutraliser Mère Malkin, la laissant morte près d’une rivière, et sauve un enfant enlevé par la petite-fille de cette dernière. Reste à décider du sort d’Alice : si son destin est bien d’être sorcière, elle ne sera peut-être pas si mauvaise…Elle est finalement confiée à une de ses tantes bienveillantes. Quant au garçon, s’il n’est aujourd’hui qu’un apprenti, demain, il en est certain, il sera le prochain Épouvanteur ! »

***

Les royaumes du Nord – Tome 1 à la croisée des mondes – Philip Pullman

PP

« Ce n’était pas une vie ordinaire pour une jeune fille de onze ans: Lyra vivait, en compagnie de son dæmon Pantalaimon, parmi les Érudits du Jordan College, passant ses journées à courir dans les rues d’Oxford à la recherche éperdue d’aventures. Mais sa vie bascule le jour où elle entend parler d’une extraordinaire particule. D’une taille microscopique, la Poussière – que l’on trouve uniquement dans les vastes étendues glacées des Royaumes du Nord – est censée posséder le pouvoir de briser les frontières entre les mondes, un pouvoir qui suscite effroi et convoitises… Jetée au cœur d’un terrible conflit, Lyra sera forcée d’accorder sa confiance aux gitans et à de terribles ours en armure. Et, lors de son périlleux voyage vers le Nord, elle devra découvrir pourquoi son propre destin semble étroitement lié à cette bataille sans merci où s’opposent des forces que nul ne l’avait préparée à affronter. »

***

Journal d’une sorcière – Celia Rees

journal

« Mars 1659. Parce qu’Elisa Nuttall a été condamnée pour sorcellerie et exécutée, sa petite fille est contrainte de se faire passer pour une puritaine et de s’enfuir en Amérique.
De la traversée à la découverte du Nouveau Monde, l’adolescente livre ses péripéties à son journal… 
Pour décrire un siècle où s’entremêlent étroitement fièvre religieuse et barbarie, Celia Rees a trouvé les accents d’une émotion sobre. Un roman de bruit et de fureur, de sang et de boue, qui entraîne au cœur de l’humain«