Le frisson dans la littérature

En ce mois d’octobre et à l’approche d’Halloween il était grand temps d’aborder avec vous cet attrait inexplicable que nous ressentons pour les histoires de monstres, meurtres sanglants et autres épouvantes.

Si inexplicable que ça ?

Cet article est écrit en collaboration avec le blogueur Lucas de « Citation – Proverbe-Halloween » qui va vous faire frissonner grâce à ses citations bien choisies. Allez découvrir son blog en cliquant sur le lien ci-dessus!

« Dis-moi qui tu hantes, et je te dirai qui tu es. » 

Miguel de Cervantès – Don Quichotte

La peur est une émotion envahissante limitant la perception de la réalité. Elle se répand inexorablement dans toutes nos fibres : notre respiration est rapide, saccadée ; notre coeur s’emballe ; notre corps se couvre de transpiration.

De la crainte à la véritable frayeur, la peur couvre tout un spectre de sensations et il est indéniable que nous aimons frissonner surtout quand il est question de lecture.

En effet, le roman noir est un genre majeur et environ un livre acheté sur quatre est un thriller ou un polar.

Ce phénomène est loin d’être récent. Il remonte à des siècles et a connu son apogée au 19ème siècle en Europe : en France avec des auteurs tels que Maupassant, Balzac, Baudelaire ou encore Hugo ; et en Angleterre grâce à la tradition gothique (avec ses manoirs médiévaux hantés, ses crises d’hystérie collective, son célèbre « fog » et les meurtres abominables dont Sir Conan Doyle était passé maître).

Ce courant littéraire s’est alors propagé outre-Atlantique avec des auteurs comme Edgar Allan Poe avant de s’étendre au monde entier.

Comment expliquer un tel engouement pour le frisson dans la littérature ?

« L’émotion la plus ancienne et la plus forte de l’humanité est la peur. Et le genre le plus ancien et le plus fort de la peur est la peur de l’inconnu. »

Howard Phillips Lovecraft

Le premier élément de réponse est que le frisson, le fantastique, le surnaturel, rencontrent des préoccupations théologiques éprouvées par chaque être humain depuis des temps immémoriaux.

« Au lieu de conclure par ces simples mots : « Je ne comprends pas parce que la cause m’échappe », nous imaginons aussitôt des mystères effrayants et des puissances surnaturelles. »

Guy de Maupassant – Le Horla (1886)

Dans le même sens, ces « romans à frissons » évoquent les trois termes interdits « mal », « violence », et « mort » : pulsions animales ou événements impensables contre lesquels nous ne pouvons rien.

Ces romans abordent la férocité ainsi que des expériences extrêmes qui existent dans nos sociétés mais qui restent, la plupart du temps, abstraites et inconnues. Se crée alors, malgré nous, une sorte de fascination pour cette littérature où toutes les pulsions sont exprimées, libérées. D’ailleurs, à titre d’exemple, les auteurs de romans les plus macabres viennent bien souvent des pays nordiques, soit les pays les plus pacifiques et réputés comme les plus heureux au monde.

« Ce fut pendant une triste nuit de novembre que je contemplais le résultat de mon labeur. Avec une anxiété qui devint une agonie, je réunis les instruments de vie pour en communiquer une étincelle à la chose inanimée couchée à mes pieds. Il était déjà une heure du matin. La pluie fouettait lugubrement les carreaux quand, à la lumière à moitié éteinte de ma bougie, je vis s’ouvrir les yeux jaunes et mornes de la créature. »

« Il était laid, sans doute; mais quand ses muscles et ses articulations purent se mouvoir, cela devint une chose telle que Dante lui-même n’aurait pu la concevoir. »

Mary W. Shelley – Frankenstein ou le Prométhée moderne (1818)

Le second élément de réponse se trouve dans le fait que la peur fait partie des passions fondamentales de tous les êtres vivants.

La sensation de peur est, en réalité, un mécanisme qui permet de sentir le danger et contribuant ainsi à la survie de l’espèce. Nous sommes donc biologiquement programmés pour éprouver de la peur naturellement. Or, dans nos sociétés contemporaines, les occasions de frissonner sont plus rares et cela nous manque.

« Est-ce que je crois aux fantômes ? Non, mais j’en ai peur. »

Marie du Deffand

Cela nous manque parce que, contre toutes attentes, avoir peur fait du bien!

D’un point de vue physiologique parce que face à une menace, qu’elle soit réelle ou non, les pulsations cardiaques et la respiration sont plus rapides, du glucose est propagé dans le sang accompagné d’une diffusion d’adrénaline, d’endorphine et de dopamine, si bien qu’à la fin d’une expérience de peur, c’est plutôt l’excitation engendrée dont l’on se souvient.

Cela nous fait également du bien psychologiquement, d’une part parce que la peur produit une sensation d’hypervigilance qui permet d’être dans l’instant et d’oublier les préoccupations de la vie quotidienne le temps de la lecture ; d’autre part parce qu’on est rassuré par le fait d’être confortablement installé dans son canapé et par la fin de l’histoire qui permet, dans la majorité des cas, un retour à l’ordre.

« Cette fois, je ne suis pas fou. J’ai vu… j’ai vu… j’ai vu !… Je ne puis plus douter… j’ai vu !… j’ai encore le froid jusque dans les ongles… j’ai encore peur jusque dans les moelles… j’ai vu !… »

Guy de Maupassant – Le Horla (1886)

Finalement, c’est tout simplement parce qu’il existe de très bons « romans à frissons » : rythmés, tenant en haleine dès les premières lignes avec une intrigue minutieusement pensée, à la suite desquels on apprécie partager les émotions provoquées avec les autres lecteurs…

« Il n’est pas de passion plus contagieuse comme celle de la peur. »

Michel de Montaigne – Essais (1580)

Et vous, vous aimez frissonner grâce à vos lectures? 

Crédit photo couverture : Samsha Tavernier

 

12 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Isa Poitou dit :

    Je ne suis pas très « frisson » en général mais j’aime bien de temps à autres des ambiances angoissantes :).

    Aimé par 2 people

    1. Octobre est vraiment la période parfaite pour ça, blottie dans un plaid avec une bonne tasse de thé pour se rassurer haha

      Aimé par 1 personne

  2. Autant dans les films je n’aime pas trop, autant dans les livres j’apprécie déjà plus (mais je n’en lis pas beaucoup). J’aime beaucoup tes choix de citations 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Je vois que nous sommes pas mal dans ce cas, ça me rassure un peu haha! Actuellement je frissonne avec « Rêver » de Franck Thilliez, je te le conseille vivement! Pour les citations, c’est Lucas qu’il faut féliciter (mais merci pour lui!) 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Je note, merci pour la suggestion 😉

        Aimé par 1 personne

  3. tbrunette dit :

    Ce n’est pas tant le frisson que je recherche mais le fait qu’un auteur me tourne en bourrique et ne ménage pas le suspens; car à part « American Psycho »(je pas pu le terminer mais c’était à bien y réfléchir plus de l’horreur/dégoût que du frisson ), aucun livre ne m’a fait vraiment peur, le pouvoir des images je trouve est plus fort pour créer cette émotion à mon sens !

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai que les images ont un impact différent. On peut se détacher plus facilement d’un livre, lever les yeux, regarder ce qu’il y a autour de nous et souffler quand on constate que tout va bien. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je prends plaisir à frissonner pendant une lecture, mais voir un film d’horreur est extrêmement angoissant pour moi, je n’y ai pas le moindre plaisir même en y repensant par la suite… Mais il faut dire que je suis un peu « flippette » sur les bords haha!

      J'aime

  4. Isa dit :

    J’adore ça!
    Autant je ne suis pas film d’horreur, autant avec les romans, je parviens à prendre de la distance, et à contrôler ma peur (enfin à peu près hihihi)
    Article très intéressant en tout cas!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci je suis contente que ça t’ai plu! C’est vrai que moi aussi je suis capable de m’absorber dans un roman noir limite épouvante alors qu’un film c’est vraiment impossible. Etre confrontée aux images et ne pas avoir le contrôle de tourner la page ou non rend la chose plus difficile… Haha

      Aimé par 1 personne

  5. Crisanasam dit :

    le pouvoir des images est incontestable mais le pouvoir des mots sur notre inconscient est subtil. Il fait appel à notre imagination et chacun interprète à sa façon. La littérature nous laisse plus de liberté que le cinéma. Je préfère donc plus frissonner avec un roman. Ton article est très intéressant et bien illustré autant par les images que par les citations

    J'aime

  6. Florence dit :

    J’aime beaucoup lire. Je n’ai pourtant que très rarement lu des livres « à frissons »… Je préfère une petite lecture moins traumatisante avant d’aller me coucher 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Haha c’est vrai qu’avant d’aller dormir un petit feel good c’est pas mal non plus. Mais de temps en temps se faire une frayeur avec un roman noir c’est sympa aussi. Si tu veux des recommandations sur des thrillers « soft » j’en ai pas mal ! 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s