Une étincelle de vie – Jodi Picoult

C’est grâce à un article de la blogueuse « Little pretty books » que j’ai décidé de lire « Une étincelle de vie » de Jodi Picoult.

Il faut dire que j’apprécie beaucoup cette romancière dont j’avais déjà lu trois ouvrages : « A fleur de peau » sur les troubles autistiques (dont je vous parlais ici), « La tristesse des éléphants » qui aborde les thématiques de l’abandon et du deuil (pour lequel vous pouvez retrouver mon avis ici) et bien sûr « Mille petits rien » qui traite notamment du racisme aux Etats-Unis et qui fut un énorme coup de cœur (ici).

La plupart des titres de Jodi Picoult traitent de sujets de société d’une façon particulièrement fouillée et « Une étincelle de vie » ne déroge pas à la règle en abordant le sujet très controversé de l’avortement.

J’avais hâte de découvrir cette nouvelle histoire. Je vous dis ce que j’en ai pensé…

Le livre : « Une étincelle de vie » (ici)

Crédit photo : L&T

L’autrice : Jodi Lynn Picoult est une romancière américaine. Elle a étudié la création littéraire à l’Université de Princeton et a vu deux de ses nouvelles publiées dans un magazine pour adolescents, « Seventeen », alors qu’elle était encore étudiante. Elle a pratiqué divers métiers avant d’écrire son premier roman, « Songs of the Humpback Whales », en 1992. Ses romans, qui abordent des sujets de société brûlants, sont des best-sellers. Pour la suivre c’est ici!

Le résumé : « Quand une prise d’otages a lieu dans la dernière clinique du Mississipi à pratiquer l’avortement, c’est à Hugh McElroy, un négociateur de crise expérimenté, que l’on fait appel. Avec plusieurs blessés nécessitant des soins et un forcené dont les revendications restent floues, la situation s’avère délicate à gérer. Elle le devient encore davantage quand Hugh apprend que sa fille adolescente se trouve à l’intérieur du bâtiment. »

Mon avis : « Une étincelle de vie » se présente sous une trame un peu particulière puisque l’histoire nous est racontée à rebours : on commence par la fin avant de remonter le fil quasi heure par heure. On y découvre qu’une prise d’otage meurtrière a lieu dans le dernier centre de gynécologie pratiquant encore des IVG dans le Mississippi, un état du sud particulièrement conservateur et religieux.

Un homme, George, dont les raisons relèvent d’un registre plus personnel qu’idéologique retient de force plusieurs femmes et un médecin, prêt à tout pour se faire entendre.

Parmi ces femmes retenues en otage, se trouvent notamment Wren et Bex, respectivement la fille et la sœur du négociateur dépêché sur place par les forces de l’ordre pour tenter d’apaiser la situation. Bien évidemment, ce dernier (Hugh) cache son implication dans le tragique évènement en cours afin que ce conflit d’intérêt ne l’oblige pas à se dessaisir de l’affaire.

On découvre, tour à tour, chacune des personnes retenues dans le centre et les raisons (multiples) de leur présence. Il y a :

  • Bex et son âme d’artiste, la sœur adorée de Hugh, mère de substitution pour Wren qui n’a, elle-même, presque plus de contact avec sa mère ;
  • Wren, adolescente de 15 ans, bien mature pour son âge, passionnée par les secrets de l’univers et amoureuse pour la première fois ;
  • Joy, une jeune femme un peu malmenée par l’existence qui fait le choix d’une IVG après une liaison sans lendemain ;
  • Izzy, une infirmière courageuse avec le cœur sur la main qui est, depuis quelques temps, confrontée à un passé qu’elle a du mal à assumer ;
  • Olive, l’aînée de ce groupe de femmes, qui vient tout juste d’apprendre une très mauvaise nouvelle ;
  • Janice, une « anti » (avortement) convaincue, en mission d’infiltration dans le centre. La prise d’otage va l’ébranler dans ses convictions et la forcer à se confronter à sa propre histoire ;
  • Et bien-sûr Louie, le gynécologue. Un afro-américain chrétien qui se donne le devoir de mettre ses propres convictions de côté pour protéger la vie des femmes et leur permettre de rester maîtresses de leurs choix (et de leurs corps).

Ces personnages ont quelque chose d’intéressant à raconter et je les ai tous trouvés émouvants à leur manière.

La prise d’otage va naturellement exacerber les points de vue et nous interroger sur ce que nous sommes prêts à faire pour défendre (ou imposer) nos opinions.

« Une étincelle de vie » questionne naturellement sur ce débat sans fin et sans vainqueur du droit à l’avortement et/ou à la vie en exposant chacune des thèses en présence car, comme il est dit dans le roman, « n’est-il pas d’abord nécessaire de cerner les choses auxquelles on s’oppose avant de savoir avec certitude ce que l’on défend ? »

Ce roman met également la lumière sur les relations filiales sous leurs différentes acceptions et les notions de « parents biologiques » et « sociologiques ».

J’ai, en revanche, été un peu dérangée par la timeline antéchronologique. Non seulement car elle prive le lecteur de tout effet de surprise (le roman commençant par la fin) mais aussi parce qu’elle est génératrice d’un certain nombre de répétitions, au fur et à mesure de la narration, ce qui crée des longueurs. De ce fait, l’intérêt du lecteur décroît en avançant dans l’histoire.

Ceci étant dit, Jodi Picoult a, comme à son habitude, fourni un grand travail de recherche et on sent qu’elle s’est adressée au corps médical, ainsi qu’à des femmes ayant eu recours à des IVG et à des militants anti avortement.

Il ne s’agit pas de mon livre préféré de l’auteure (pour le moment « Mille petits rien » n’a pas été détrôné) mais j’ai apprécié cette lecture instructive qui m’a, personnellement, confirmé dans mes opinions et m’a poussé à me renseigner sur le fonctionnement des IVG, notamment, en France. Dans un monde où les droits des femmes ne tiennent qu’à un fil et où les retours en arrière sont si facilement arrivés, il est toujours important de se pencher sur ces sujets qui nous paraissent parfois, à tort, acquis.

En bref : Pas un coup de cœur en raison de quelques longueurs qui ajoutent de la lourdeur (du fait du fil narratif), mais j’ai passé un bon moment et vous recommande cette histoire si le sujet vous intéresse.

Vous avez déjà lu des ouvrages de Jodi Picoult ? Celui-ci vous tente pour la thématique abordée ?

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Crisanam dit :

    C’est un bon sujet de société car comme tu dis, rien n’est acquis tout se défait si rapidement si l’on y prend pas garde.
    Cette auteur fait un travail de recherche
    Particulièrement riche ce qui rend son roman d’autant plus intéressant.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.