Les rêveurs – Isabelle Carré

« Les rêveurs », premier roman de la comédienne Isabelle Carré, me tapait dans l’œil depuis un moment. Son titre, sa couverture, son résumé me laissaient imaginer une parenthèse de douceur et de poésie.

Je n’ai pas été déçue par la plume d’Isabelle Carré qui est aussi gracieuse que ce à quoi je m’attendais. En revanche, j’ai été surprise par la teinte mélancolique voire un peu sombre de cette lecture.

Le livre : « Les rêveurs »

Crédit photo : L&T

L’autrice : Isabelle Carré est une actrice française. Elle a obtenu le César de la meilleure actrice en 2003 pour son rôle dans « Se souvenir des belles choses » ainsi que le Molière de la comédienne à deux reprises pour « Mademoiselle Else » et « L’Hiver sous la table« .
« Les rêveurs« , paru en 2018, est son premier livre.

Le résumé : « Quand l’enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l’époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d’une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d’écriture. »

Mon avis : Ce livre autobiographique s’est révélé assez déstabilisant pour plusieurs raisons.

D’une part, car tout y est un peu entremêlé. On passe d’une personne à une autre : grand-mère, mère et fille, si bien que ces figures féminines, leurs aspirations et leurs névroses, en viennent à se confondre. De la même façon, les chapitres des « rêveurs » ne sont pas chronologiques mais surgissent de manière aléatoire comme des bulles de souvenirs qui apparaissent, irisent quelques pages puis éclatent à la fin du chapitre. Isabelle Carré le reconnaît d’ailleurs elle-même, ce « désordre » reflète celui d’une vie qu’elle a parfois du mal à ordonner :

« Mon récit manque d’unité, ne respecte aucune chronologie, et ce désordre est peut-être à l’image de nos vies, en tout cas de la mienne, car il existe certainement des gens capables d’ordonner la leur. Toutes les époques subsistent en nous à la façon des matriochkas, c’est sans doute pourquoi, malgré l’expérience et les connaissances accumulées, nos propres réactions, parfois si infantiles, continuent de nous surprendre. » 

D’autre part, car j’ai été assez étonnée de découvrir l’enfance et la jeunesse d’Isabelle Carré au travers de ses mots. Elle a dû évoluer et faire ses preuves au sein d’une cellule familiale atypique et complexe. Famille recomposée qui réunit une mère dépressive, un père artiste brimé et des enfants parfois livrés à eux-mêmes, à la recherche de l’attention de leurs parents.

De sa tentative de suicide à sa découverte de la scène qu’elle perçoit comme un océan de possibilités, Isabelle Carré se dévoile sans tabous. D’une main tendue, elle invite ses lecteurs à passer de l’autre côté de la frontière et elle fait les présentations loin des caméras et des rôles qu’elle sait si bien interpréter.

Cette lecture m’a un peu fait penser à « En attendant Bojangles » d’Olivier Bourdeaut (un coup de cœur dont je vous parlais ici) avec ces hauts et ces bas narrés avec beaucoup de sensibilité, mais dans une version bien plus réaliste, moins romanesque.

« Les rêveurs » est un livre qui se lit rapidement et qui m’a beaucoup ému. J’ai relevé de nombreuses phrases et extraits qui m’ont interpellé et que je vous recenserai dans un prochain article sur mes « Citations littéraires préférées ». Sans être un coup de cœur, j’ai apprécié découvrir cette facette de la personnalité d’Isabelle Carré qui chérit l’écriture depuis son plus jeune âge.

Je suis très curieuse de savoir si elle va se lancer dans une carrière littéraire. Je lirai, en tout cas, son prochain livre avec beaucoup de plaisir.

En bref : des tranches de vie un peu décousues – qu’on découvre de la même façon dont on fouille dans une boîte à trésor : de manière parfois un peu hasardeuse et sans savoir ce qu’on va y trouver – mais qui sont racontées avec poésie et qui nous permettent de découvrir un peu plus la « vraie » Isabelle Carré.

Vous connaissiez ce livre ? Vous avez envie de le découvrir ? 

7 commentaires Ajouter un commentaire

  1. La Plume dit :

    Merci pour cette belle découverte !
    Je ne connaissais pas ce livre mais il me plait beaucoup ainsi que son auteur.
    Belle journée.

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Avec plaisir! Je suis contente de t’avoir fait partager cette découverte. Tu me diras si tu le lis et ce que tu en penses 😉

      J'aime

  2. Chriscouturier dit :

    Ton article me donne envie de découvrir cette auteure que je connais effectivement comme actrice et je ne savais pas qu’elle s’était mise à l’ecriture. Ce parti autobiographique sur les,années 70 me tente bien. Merci pour cette découverte.

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Ce livre permet, en effet, de découvrir une toute nouvelle facette de la personnalité d’Isabelle Carré! J’espère que cette lecture te plaira…

      J'aime

  3. Je l’ai en poche chez moi, je l’ai ouvert mais j’avais senti que ce n’était pas le bon moment pour me lancer dedans.
    Du coup je ne l’ai toujours pas lu ! 😦

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Il se lit rapidement… Peut-être que tu te relanceras pendant les vacances. Hâte d’avoir ton avis en tout cas!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.