Mes podcasts favoris #3

Troisième volet de mes podcasts favoris (les deux précédents sont à retrouver ici). A défaut d’avancer sur « THUG », mon propre podcast (en raison d’une grosse période de travail qui ne m’a pas laissé le temps de m’y pencher), j’écoute ceux des autres. Ce fut le cas, ces derniers mois, de trois émissions dont j’ai écouté de très nombreux épisodes.

Cela tombe bien, l’été est là. Il s’agit, je trouve, de la période parfaite pour de telles découvertes : casque sur les oreilles, allongé sur le transat au bord de la piscine, une boisson rafraichissante à porter de main et on se laisse bercer par les histoires qu’on nous raconte.

Je vous présente donc mes dernières recommandations :

« Affaires sensibles » (ici)

C’est l’une de mes amies qui m’a conseillé ce podcast, notamment pour la façon dont Fabrice Drouelle narre aux auditeurs des affaires qui ont marqué les esprits. Qu’il s’agisse de faits divers, de cinéma, de politique ou de sport, ce podcast revient sur des événements marquants et les décrypte. C’est la première partie consacrée à la narration des histoires qui me plaît le plus (il faut dire que Fabrice Drouelle est particulièrement doué pour le faire).

J’avoue avoir un faible pour les épisodes consacrés à des affaires criminelles et judiciaires. Je vous partage la liste de quelques uns de mes épisodes préférés :

  • « L’affaire Yves Dandonneau, l’arnaque meurtrière aux assurances » ;
  • « L’affaire Mary Bell ou la fabrication d’un monstre » ;
  • « Un corps sans vie nommé Ginka » ;
  • « Fabienne Kabou, l’ensorcelée » ;
  • « Scandales pédophiles en série au Royaume-Uni » ;
  • « Tuerie de chevaline, une énigme judiciaire sans fin » ;
  • « Les disparus de la Deûle » ;
  • « L’affaire Mila ou la fatwa numérique » ;
  • « Triple meurtre au Vatican » ;
  • « The Golden State killer, le plus froid des cold case » ;
  • « Syndrome K : la maladie imaginaire qui a trompé les Nazis » ;
  • « La sanglante tuerie de Cuers » ;
  • « De sang froid : l’écrivain et les deux assassins » ;
  • « Le vampire de Highgate ».

« Peak TV » (ici)

Un podcast dédié au décryptage des séries qui, il faut bien le reconnaître, prennent de plus en plus de place dans nos vies. Véritable phénomène de société depuis des shows au succès mondial et au budget pharaonique comme « Games of throne », les séries prennent de l’importance et empiètent même sur l’industrie du cinéma avec les plateformes comme Netflix, Amazon Prime, HBO, etc. La crise sanitaire planétaire et les confinements ont encore renforcé ce phénomène. Il est donc intéressant d’en connaître un peu plus sur cet univers.

Si les sujets sont intéressants, je trouve que ce podcast les aborde de façon un peu superficielle. « Peak TV » reste tout de même un bon moyen d’obtenir des recommandations et/ou des actualités séries. Par ailleurs, les épisodes ne durent, généralement, qu’une vingtaine de minutes.

Les épisodes que je recommande sont :

  • « La fantasy, nouvel horizon pour les séries » ;
  • « Paris dans les séries, la ville des clichés » ;
  • « Les costumes des séries télé sont bien plus importants que vous ne le pensez » ;
  • « Trauma porn : quand les séries vont trop loin dans la représentation de la violence » ;
  • « Newport beach a réinventé les ados à la télé (et sauvé les geeks) » ;
  • « Sexe et séries : après le puritanisme, du cul par tous et partout » ;
  • « Un bon livre fait-il forcément une bonne série télé » ;
  • « Séries ados, la grande déprime ».

« Cerno » (ici)

Un podcast hybride sur lequel je suis tombée complètement par hasard. Un journaliste découvre, via ses voisins, qu’un tueur en série a vécut dans son immeuble : Jean-Thierry Maturin, compagnon et complice de Thierry Paulin. Les faits se sont déroulés dans les années 80, à Paris dans le 18ème arrondissement. Tous deux suivaient des vieilles dames jusqu’à chez elles et les tuaient afin de leur voler leurs économies.

Julien, le journaliste, souhaite savoir ce qui reste de cette histoire 35 ans plus tard et, surtout, désire dresser un portrait plus humain des victimes. Il se lance seul dans cette contre-enquête en se rendant, dans un premier temps, sur les lieux des crimes et en interrogeant les habitants et tout ceux ayant pu connaître les victimes. Plus qu’une enquête policière, il nous offre des tranches de vie en tombant sur des personnages souvent hauts en couleur (des gens que l’on croise tous les jours sans forcément prendre le temps de leur parler : gardien, concierge, coiffeur, marginaux… et la plupart d’entre eux se révèlent avoir beaucoup de belles choses à dire. Ils racontent leur propre histoire, leur vision de la vie, critiquent ce qui cloche dans notre société notamment en ce qui concerne le traitement de nos seniors). Ces interviews sont de petites tranches de vie poétiques qui m’ont fait penser à un film de Jean-Pierre Jeunet.

Je n’ai aucune idée d’où cette contre-enquête va nous mener, ce qui est également le cas du journaliste qui s’est lancé dans ce podcast et qui se laisse porter au gré de ses rencontres.

Les épisodes durent environ 15 minutes. Pas de liste d’épisodes favoris donc puisqu’il faut tous les écouter, dans l’ordre, pour pouvoir suivre l’enquête.

Je m’arrête là pour cette troisième édition spéciale podcasts car je sens que « Cerno » va m’occuper un petit moment.

Vous connaissiez ces podcasts ? Certains vous tentent-ils ? N’hésitez pas à partager, en commentaires, vos dernières recommandations, je suis toujours preneuse de nouvelles découvertes.

Photo de couverture : L&T

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. cora85 dit :

    Je n’écoute que « Peak TV » et « Cerno ».
    Bonne semaine !

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Ils sont tops tous les deux !! Si tu fais d’autres découvertes pendant les vacances n’hésites pas 😉

      Aimé par 1 personne

  2. flyingelectra dit :

    je note Cerno du coup, car pour le premier, je connais déjà les trois-quart des affaires – merci !

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Je suis vraiment à fond dans Cerno en ce moment !! J’aime beaucoup l’atmosphère et les interviews des locataires des lieux de crime. Ce n’est pas du tout sensationnaliste mais, au contraire, assez humain.
      En ce qui concerne affaires sensibles je connaissais certaines histoires aussi mais la façon dont les raconte Drouelle est vraiment prenante !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.