Le mec de la tombe d’à côté – Katarina Mazetti

Cela faisait déjà un moment que j’avais ce titre dans ma wishlist. Lorsque je l’ai repéré en seconde main je n’ai donc pas hésité avant de me lancer. Je ne savais, pour autant, pas trop à quoi m’attendre et je redoutais une histoire d’amour un peu trop fleur bleue. C’était sans compter sur le réalisme, parfois un peu cynique de Katarina Mazetti.

Le livre : « Le mec de la tombe d’à côté » (ici)

Crédit photo : L&T

L’autrice : Katarina Mazetti est une journaliste et romancière suédoise. Elle est l’autrice de plusieurs ouvrages dont le best-seller international « Le mec de la tombe d’à côté ».

Le résumé : « Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari, qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire et citadine, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance, rempli de livres. Au cimetière, elle croise souvent le mec de la tombe d’à côté, dont l’apparence l’agace autant que le tape-à-l’oeil de la stèle qu’il fleurit assidûment. Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s’en sort comme il peut, avec son bon sens paysan et une sacrée dose d’autodérision. Chaque fois qu’il la rencontre, il est exaspéré par sa voisine de cimetière, son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie. Un jour pourtant, un sourire éclate simultanément sur leurs lèvres et ils en restent tous deux éblouis… C’est le début d’une passion dévorante ».

Mon avis : « Le mec de la tombe d’à côté » met en scène deux personnages que tout semble opposer.

D’un côté, Désirée, une trentenaire qui vient de perdre son mari dans un accident. Rationnelle, minimaliste, cultivée, éprise des livres et des couleurs neutres. Elle ne croit pas à l’Amour avec un A majuscule et n’a jamais connu la passion.

De l’autre côté, Benny est un agriculteur qui vient de perdre sa mère. Il doit donc assumer seul l’exploitation de la ferme familiale, héritage auquel il tient comme à la prunelle de ses yeux. En dépit de quelques conquêtes, Benny est célibataire et souffre de sa situation. Il désire, en effet, fonder une famille et avoir une compagne robuste qui l’aiderait à tenir la maison, à traire les vaches laitières et à s’occuper de ses hypothétiques marmots pendant ses heures de labeur à la ferme.

Tous deux souffrent de la solitude, de leur déconfiture amoureuse et s’interrogent sur le sens de la vie.

La « femme beige » et le « forestier » comme ils se surnomment mutuellement se rencontrent sur un banc de cimetière et s’exècrent au premier regard. Lui, la trouve fade avec son ridicule bonnet en feutre arborant des motifs de champignons et ses vêtements beiges. Elle, trouve ses goûts ostentatoires et regarde avec dédain ses mains (auxquelles il manque des doigts) couvertes de terre séchée.

Pourtant, ils échangent (sur un quiproquo) un sourire d’été et leurs certitudes respectives s’écroulent.

Désirée et Benny vont alors apprendre à se connaître malgré toutes leurs différences, expérimenter ce qui ressemble à l’amour et réparer leurs cœurs brisés. Leurs différences ne vont pourtant pas se faire oublier, menaçant cette idylle qui rappelle les vacances.

C’est avec un réalisme poétique que les personnages de cette histoire d’amour vont s’interroger sur leurs envies, sur leur avenir commun et sur le sens qu’ils souhaitent donner à leur existence.

Si ces deux protagonistes ont leurs défauts, je me suis rapidement attachée à eux et à leur relation. Le scénario est plutôt simple, mais on est pris par ce livre et on se demande si les sentiments l’emporteront sur la raison ou si le pragmatisme aura raison du cœur.

La plume de Katarina Mazetti est agréable à lire et ponctue la lecture de traits d’humour et de douceur. J’ai d’ailleurs, comme à mon habitude, relevé plusieurs citations que vous retrouverez prochainement dans un article de mes citations littéraires préférées (ici).

En bref : Une bonne surprise avec ce roman suédois. Je comprends l’engouement critique des lecteurs pour ce livre qui se lit très rapidement et qui interroge sur notre conception de l’amour et les sacrifices que nous serions prêts à faire pour le vivre ou le sauver.

Vous aviez entendu parler de ce roman ? Vous l’avez déjà lu ?

12 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Petite Plume dit :

    Il est aussi dans ma WL depuis longtemps !

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Je te le recommande. En espérant qu’il te plaira également 🙂

      J'aime

  2. Je l’avais apprécié ainsi que sa suite 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Je ne savais même pas qu’il y avait une suite ! (J’ai visiblement bâclé mes recherches). J’imaginais bien cette histoire en « one shot » et trouvais cette fin relativement ouverte assez innovante. La suite ne gâche pas cette jolie histoire et son réalisme ?

      Aimé par 1 personne

      1. On va dire que la suite m’a parfois agacée, mais elle reste quand même sympathique 🙂

        Aimé par 1 personne

      2. L&T dit :

        Haha je note alors ! Je ne sais pas encore si je lirai la suite car j’ai peur que cela gâche mon avis sur le premier tome dont j’aimais bien la fin ambigüe, mais pourquoi pas…

        Aimé par 1 personne

  3. Crisanasam dit :

    Non je ne connais pas mais ça a l’air très sympa. Je note dans ma liste. Merci à toi.

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Il s’agit vraiment d’une agréable surprise et d’une bonne lecture de vacances ! Je suis contente de t’avoir fait découvrir ce titre. N’hésite pas à me dire s’il t’a plu dans le cas où tu te lancerais dans sa lecture.

      J'aime

  4. flyingelectra dit :

    je l’ai beaucoup vu passer sur la blogosphère – ton billet m’a fait penser à l’émission l’amour est dans le pré, je ne sais pas pourquoi 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Haha c’est vrai que j’y ai pensé également pendant ma lecture car on suit deux amoureux qui proviennent de milieux complètement différents : un citadine et un agriculteur un peu dépassé. Ils ont des centres d’intérêts diamétralement opposés, mais sont irrésistiblement attirés l’un par l’autre. Ils s’interrogent sur les sacrifices qu’ils sont prêts à faire pour l’autre (quitter la ferme et vivre une vie à la ville ou renoncer aux livres et aux théâtres pour une activité plus rurale et la rénovation d’une exploitation). Et ce n’est pas si simple… Donc un peu le même concept mais abordé de façon bien plus sérieuse 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.