Un cri sous la glace – Camilla Grebe

Le mois d’octobre rime, pour moi, avec polars et thrillers (sans parler des cosy mystery sur un registre plus cocooning). Je me suis donc lancée dans la lecture de « Un cri sous la glace » qui était dans ma PAL depuis un moment.

Je vous dis ce que j’ai pensé de ce thriller venu du nord…

Le livre : « Un cri sous la glace » (ici)

Crédit photo L&T

L’autrice : Camilla Grebe est une romancière suédoise. Elle a fondé la maison d’éditions Storyside, spécialisée dans le livre audio. En 2009, elle écrit, en collaboration avec sa sœur Åsa Träff, psychiatre spécialisée dans les troubles neuropsychiatriques et de l’anxiété, « Ça aurait pu être le paradis » un roman policier qui se déroule dans le milieu des cliniques psychiatriques. Avec ce roman elles sont saluées comme les nouvelles voix du polar scandinave. En 2015, elle publie « Un cri sous la glace », son premier roman en solo. Elle enchaîne avec « Le Journal de ma disparition », « L’Ombre de la baleine », puis « L’Archipel des larmes ». Elle a obtenu le Prix du meilleur roman policier suédois pour « Le Journal de ma disparition » et « L’Archipel des larmes ».

Le résumé : « Emma, jeune Suédoise, a un secret : son patron Jesper, qui dirige un empire de mode, lui a demandé sa main, mais il ne veut surtout pas qu’elle ébruite la nouvelle. Deux mois plus tard, son fiancé disparaît sans laisser de traces et l’on retrouve dans sa superbe maison le cadavre d’une femme, la tête tranchée. Personne ne parvient à l’identifier. Peter, policier émérite, et Hanne, profileuse de talent, font équipe pour enquêter. Or ils ne se sont pas reparlé depuis leur rupture amoureuse dix ans auparavant. Et Hanne dissimule aussi un secret : elle vient d’apprendre qu’elle est malade. Dans un Stockholm envahi par la neige, un étourdissant récit à trois voix prend forme. Chaque personnage cache ses propres zones d’ombre. À qui donc se fier ? »

Mon avis : « Un cri sous la glace » est un roman polyphonique qui se partage entre les voix d’Emma, Hanne et Peter. Aucun de ces trois personnages n’a été épargné par la vie et leurs épreuves passées les impactent encore, quoique de manière différente.

Emma est une jeune trentenaire, a priori, tout ce qu’il a de plus banale : elle travaille comme vendeuse au sein d’une marque de prêt-à-porter bien connue, passe le temps en bavardages un peu futiles avec ses collègues et se plaint de son manager tyrannique. Ces petites misères ne viennent pourtant pas entacher son bonheur car elle vient de recevoir une demande en mariage de son mystérieux fiancé. Mystérieux car son statut social empêche Emma de révéler son identité à ses collègues et « copines » de travail. Tout va, pourtant, aller de mal en pis quand ce dernier disparait, sans raison, de sa vie.

Emma, dont l’histoire se déroule deux mois avant l’évènement central du roman (la découverte d’un cadavre décapité dans une villa de la banlieue cossue de Stockholm) se raconte, au fur et à mesure : son enfance marquée par la solitude, ses parents portés sur la boisson, ses années adolescentes et, enfin, cette relation amoureuse qui ne s’avère pas si parfaite que ça…

On s’attache de plus en plus à son personnage et on souhaite, notamment, qu’elle remonte la pente et découvre les raisons de la défection de son fiancé.

Le second des personnages principaux de ce roman est Hanne. Fine psychologue, il lui arrive d’assister la brigade criminelle en tant que profileuse. C’est lors d’une de ces missions, 10 ans auparavant, qu’elle a rencontré Peter (notre troisième personnage). Malheureusement, cette histoire, qu’elle espérait suffisamment solide pour lui permettre de fuir un mariage sans amour, a tourné court sans qu’Hanne ne comprenne pourquoi.

La voilà 10 ans plus tard, toujours hantée par les souvenirs de cette relation. Ces souvenirs semblent d’ailleurs prendre toute la place au détriment du reste de sa mémoire qui lui échappe inexorablement. Condition qu’elle cache à ses proches et plus encore à la police qui a fait recours à elle pour établir le profil psychologique du meurtrier activement recherché.

Enfin, Peter vient clore ce trio. Flic désabusé par ces enquêtes et ces crimes qui n’en finissent pas. Plongé dans une dépression à laquelle il ne croit pas. Peter est un personnage complexe à cerner et, il faut bien l’avouer, dur à apprécier. Père absent, incapable de nouer des liens ou simplement un peu trop lâche pour oser…

En tant que lecteur on prend l’histoire de ces personnages en cours de route, juste avant l’onde de choc : les retrouvailles – après 10 ans d’absence et de manque – entre Peter et Hanne ; cette scène de crime sordide tout droit sortie du passé, le tout dans cet hiver épais qui plonge Stockholm dans un univers cotonneux.

« Un cri sous la glace » est essentiellement un roman psychologique et on sent bien que la focale est mise sur la vie de ces trois personnages dont les chemins se croisent d’une façon ou d’une autre.

Au fil des pages on établi des liens, on rallie les points. Une fois suffisamment d’éléments en main, on devine relativement facilement la chute de l’histoire. Pas de grosse surprise de ce côté là donc. Reste à savoir comment les noeuds vont se dénouer.

J’ai été déçue par l’aspect enquête policière et profilage qui est, je trouve, quasi inexistant. Mis à part quelques auditions et deux ou trois interventions d’Hanne. Les membres de la brigade criminelle semblent même, parfois, passer à côté d’indices importants. Il faut donc savoir que « Un cri sous la glace » est un roman psychologique et non un polar.

En bref : Difficile de parler de livre « distrayant » car les thèmes abordés sont durs et les personnages ont des passés lourds à porter, mais il s’agit d’une lecture facile à lire dans laquelle je me suis plongée agréablement mais que, je pense, rapidement oublier.

« Un cri sous la glace » est le premier tome d’une série d’enquêtes mettant en scène Hanne (et j’imagine Peter). Même si je suis curieuse de savoir comment vont évoluer les personnages, je ne pense pas lire les suivants car j’ai été un peu déçue par l’aspect purement enquête.

Vous aviez entendu parler de cette série de romans ? Vous êtes tentés ?

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. cora85 dit :

    J’ai entendu parler en bien de cette autrice, et comme j’aime le genre…
    En ce moment, je lis l’un de mes auteurs favoris : Mireille Calmel.
    Bon vendredi !

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Si tu te laisses tenter, je serais ravie d’avoir ton avis 😉 Je ne connaissais pas cette écrivaine (mais je ne lis pas beaucoup de romans historiques, il faudrait que je m’y mette).

      Aimé par 1 personne

  2. Je le note pour la dimension psychologique…

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Tu me diras s’il t’a plu ! 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Crisanam dit :

    Un roman psychologique plutôt qu’un véritable thriller, cela me plaît 🙂.je te dirai ce que j’en pense.

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Avec grand plaisir ! 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.