Sous le velours, l’épine – Alain Roquefort

C’est suite à la lecture de plusieurs avis très positifs sur ce roman que je me suis lancée à la découverte du pavé de plus de 600 pages d’Alain Roquefort, primo-romancier jusque-là inconnu.

Contre toutes attentes, j’ai terminé ce livre très rapidement, malgré la reprise du travail en présentiel et le déconfinement bien amorcé, gage d’une lecture de qualité.

L’auteur nous plonge sans ménagement au cœur des heures sombres d’une France sous occupation et collaborationniste grâce à une plume mature et une galerie de personnages hors du commun.

Le livre : « Sous le velours, l’épine »

Crédit photo : L&T

L’auteur : Alain Roquefort est un auteur français. Passionné par la littérature, il aura attendu la fin de sa carrière professionnelle pour s’atteler à l’écriture. « Sous le velours, l’épine » (2014) est son premier roman. Il a obtenu le Grand prix de Femme actuelle et le Prix spécial du jury Roman de l’Académie des Jeux floraux de Toulouse.

Le résumé : « Une rencontre inattendue entre une octogénaire et un inconnu va faire resurgir du passé des souvenirs amers. Ancienne résistante, Rose porte un lourd secret dont elle veut se libérer. Pourquoi un aveu si tardif ? Qui est cette jeune provinciale qui va connaître un incroyable destin ? Retour dans une époque insouciante qu’une jeune fille jeune et ambitieuse s’apprêtait à embrasser avidement, et qui va soudainement basculer dans la cruauté et la barbarie. Ses pérégrinations chaotiques, ses souffrances morales la pousseront vers une farouche et inexorable obsession de vengeance. Dans cette fresque émouvante, se côtoient sœurs de la Charité, frère chéri, prostituée noire, flic alcoolique, héros anonymes, et autres personnages hauts en couleur ».

Mon avis : Il m’aura fallu quelques chapitres pour vraiment rentrer dans l’histoire notamment en raison de quelques lenteurs et d’un style parfois un peu « documentaire ». En dépit du fait que je n’ai pas eu LE coup de foudre instantané, je suis tout de même tombée sous le charme de cette histoire et de ses héros.

Rose, la protagoniste, nous raconte son histoire, assez tragique, par le biais de flashbacks. De son insouciante jeunesse à Toulouse où elle suit des cours de droit pour devenir Juge d’instruction, à sa rencontre amoureuse avec le ténébreux Xavier, on tire lentement le fil de l’histoire de la jeune femme.

Le bonheur juvénile des premières années va malheureusement rapidement laisser place au désarroi le plus total dès l’entrée des Allemands sur le territoire français. Alors que le Sud résiste un peu plus longtemps, l’ensemble du territoire va bientôt se retrouver placé sous la coupe de l’occupation étrangère.

Révoltés par la propagation du fascisme et la haine au sein de toutes les strates de la population, Rose, Xavier et un groupe de proches se révoltent et fondent un réseau de résistance qui va mener à bien de nombreuses actions.

Les quatre années d’occupation sont abordées et autant dire qu’elles sont riches en événements. Rien ne sera épargné à nos personnages et on explore toute une palette d’émotions fortes avec eux.

Les traitements inhumains subis dans les camps de concentration, le travail forcé des hommes réquisitionnés dans le cadre du STO et le stress post traumatique sont également des thèmes évoqués.

L’ouvrage est très détaillé et documenté, Alain Roquefort nous permet de vivre de l’intérieur les actions de ce groupe de Résistants. C’est avant tout leur résilience et leur courage dans l’adversité qui m’a impressionné. Savoir que des femmes et des hommes ont lutté pour les valeurs et les libertés fondamentales de notre Pays tandis que tant d’autres se sont laissés aller à l’inimitié ou à la résignation…

En effet, Alain Rochefort ne cède pas à cet idéal en vertu duquel la majorité des français se serait révoltés contre l’occupant. Bien au contraire, on réalise à quel point la situation était éloignée de ce que l’on voudrait nous faire croire dans certains livres d’Histoire au nom de la Réhabilitation. L’auteur ne cède pas à la glorification de tous les résistants pour autant et le roman ne passe pas sous silence la vengeance sanglante de ces derniers durant les premiers mois suivant la libération. La violence engendre la violence dans un cercle infernal dont il est bien difficile de sortir et il est effrayant de réaliser que nous ne sommes jamais très loin des pires périodes de notre Histoire.

Malgré la noirceur de ces événements, l’espoir ne se déclare jamais vaincu : des femmes et des hommes vont prendre les armes au nom d’un bonheur perdu et en l’honneur de la devise nationale « liberté, égalité, fraternité ».

En bref : Cette lecture est une fresque poignante qu’il est bon de lire pour notre devoir de mémoire. En effet, fermer la porte sur ces souvenirs collectifs c’est prendre le risque de voir l’Histoire se répéter et d’oublier les actes de bonté de ceux qui se sont battus pour l’Humanité. Je vous recommande chaleureusement cette lecture.

Vous êtes intéressés par cette période de l’Histoire ? Vous avez envie de découvrir cet ouvrage ? 

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.