Retour à Londres, le temps d’un week-end !

London here I am again, finally ! Après deux longues années de COVID et trois voyages outre-manche annulés, j’ai enfin pu retrouver ma ville préférée : l’exubérante, innovante, cosmopolite et colorée Londres.

Cette capitale aura toujours une place particulière dans mon cœur puisqu’elle est synonyme de mes souvenirs d’étudiante et de mes premiers vrais moments d’indépendance. J’y ai donc, naturellement, expérimenté toute une palette d’émotions.

Ayant pris l’habitude de m’y rendre tous les six mois, j’étais donc terriblement en manque et ce week-end express sous un magnifique soleil m’a permis de recharger un peu les batteries.

Bien sûr, un week-end c’est très court et la ville est immense (près de 15 fois la taille de Paris intra-muros !), il n’est donc pas facile de choisir son programme tant il y a de choses à découvrir. J’avais toutefois envie d’un retour aux classiques (outre quelques nouveautés).

Let’s go, je vous partage notre itinéraire en espérant qu’il vous donnera des idées pour un court week-end British

*** Jour 1 ***

Après être arrivées par l’un des premiers trains du matin et avoir déposé nos valises du côté de Paddington, nous profitons du soleil pour entreprendre une belle balade qui nous fait longer quelques-uns des lieux phares du centre de la capitale en passant par la majestueuse place de Trafalgar Square connue pour accueillir les grands rassemblements de la ville.

Sublimée par le ciel azur je redécouvre son architecture avec ces grandes fontaines encadrant la National Gallery qui vaut également le détour si vous n’y êtes jamais allés, d’autant plus que l’entrée des expositions permanentes est gratuite (comme la majorité des musées londoniens, ce qui est un gros plus pour tous les amoureux de culture).

Sur la place, vous pourrez également découvrir la sculpture temporaire de l’article Heather Phillipson intitulée « The end ». Cette coulée de chantilly, de 9,40 mètres de hauteur, surmontée d’une cerise, d’une mouche et d’un drone se veut dystopique en représentant les dérives de la société actuelle. L’œuvre est, en tout cas, interactive puisqu’avec votre téléphone vous pouvez voir en direct les images vidéos captées par la caméra dont est équipé le drone posé sur la cerise. Une mise en abime du « CCTV » ? (Londres est, pour rappel, l’une des villes avec le plus de caméras de surveillance).

On continue la balade en passant Charing Cross et on remonte vers les rues commerçantes animées par de nombreux spectacles de rue de Covent Garden. A quelques minutes à pied de la place bouillonnante , se trouve le quartier branché de Seven Dials avec des pop-up de mode, beauté et d’art. Toutes les petites devantures colorées donnent envie de pousser les portes.

A Monmouth street, se trouve l’entrée de Neal’s Yard Court, une ruelle qui donne sur une placette aux couleurs vives. La mignonerie du lieu est inversement proportionnelle à sa taille. Sur la place vous pourrez trouver un café, quelques restaurants (qui ont très bonne réputation mais sont vite pris d’assaut) et la fameuse enseigne Neal’s Yard qui a donné son nom à la place et où vous pourrez vous procurer des soins et cosmétiques naturels.

Nous allons, ensuite, bruncher chez Violas, à une dizaine de minutes à pied. Ce n’est pas très grand et j’avoue avoir préféré la petite terrasse ensoleillée à l’intérieur mais, en revanche, j’ai trouvé les plats délicieux en plus d’être visuellement très travaillés (ce n’est donc pas seulement une adresse instagramable).

Après quelques flâneries supplémentaires dans le quartier, on prend la direction de Shoreditch et plus précisément de Spitafield (un autre de mes quartiers préférés) où modernité et tradition se mélangent harmonieusement.

C’est d’ailleurs dans ce quartier que nous allons remonter le temps en visitant la maison de Dennis Severs qui était un artiste américain. Ce dernier est tombé amoureux du quartier de Spitafield et y a acheté une ancienne maison au sein de laquelle il a, à la façon d’un conteur, reconstitué l’intérieur (sur différentes époques) d’une famille de tisserands de soie.

La visite se veut interactive. C’est même une véritable expérience sensorielle. Le visiteur se transforme en voyeur en pénétrant dans cette maison où il n’était pas attendu. Ainsi, chaque pièce est comme laissée en l’état par son occupant qui viendrait de la quitter en entendant le visiteur entrer : la cheminée crépite, le thé vient d’être servi et fume dans la tasse, le repas est à peine entamé, les bougies sont allumées. Chaque pièce nous donne l’impression de pénétrer au cœur d’une nature morte peinte par un maître hollandais du 17ème siècle. La visite se fait en silence pour apprécier les bruits du Londres d’antan, l’horloge qui sonne, les habitants qui échangent entre eux. Une découverte étonnante qui peut même se faire à la lueur de la bougie à la période d’Halloween et de Noël. S’il fallait faire un petit reproche c’est que j’aurais souhaité un peu plus d’explications historiques. Il est, toutefois, possible de poser des questions à un guide à la sortie de la visite. Veillez à réserver à l’avance si vous souhaitez profiter de l’expérience (toutes les informations pratiques sont à retrouver ici).

En sortant de Dennis Sever’s house, un détour s’impose par la boutique Anthropologie (que j’adore pour la décoration) et au Spitafield Market où vous attendent de nombreux stands de créateurs, des food trucks et, tout atour, de belles boutiques dans l’air du temps.

Pour prolonger le shopping, il est bien sûr incontournable de se rendre à Picadilly et Oxford Circus et plus particulièrement sur Regent Street où se trouvent toutes les boutiques en enfilade. Mais avant ça, je vous invite à prendre un cocktail chez Maison Assouline, l’éditeur des superbes livres de photographies de voyage qu’on aperçoit sur les tables basses des intérieurs chics sur Pinterest. Vous trouverez, plus largement, une sélection fournie de livre d’art à la « Taschen » pour les connaisseurs. Attention, à partir de 16 heures, la maison ne sert plus de thé et café (mais il y a des cocktails sans alcool).

Pour le thé et le café, rendez vous chez Fortum and Mason juste à côté : le temple de la gourmandise. On se croirait revenus à l’époque de la route des Indes. Leurs packagings sont toujours magnifiques et leurs produits sont également très bons. Impossible, pour ma part, de ne pas craquer. Je pars toujours avec des souvenirs gourmands pour moi et mes proches. Si vous n’avez pas le temps de vous y rendre, il y a une petite boutique à la gare de Saint Pancrass International dans le hall des départs et arrivées Eurostar.

Pour le dîner, nous optons pour une valeur sûre avec « Gloria » du groupe Big Mamma, histoire de déguster un bon italien avant de rentrer s’écrouler à l’hôtel après ce samedi chargé.

*** Jour 2 ***

Côté hébergement, nous avons opté pour « The Pilgrm » (ici), dont je vous parlais dans cet article pour son restaurant qui propose de très bons brunchs. Nous avons donc eu droit à un petit déjeuner de compétition avant de repartir pour notre seconde et dernière journée d’excursion (sous le soleil encore une fois).

Direction le quartier de Greenwich qui se trouve au sud de la Tamise. Ce quartier est connu pour ses monuments historiques qui sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco, notamment le Old Royal Naval College et l’observatoire royal de Greenwich qui a donné son nom au méridien puisque c’est, initialement, de cet endroit que se calculaient les fuseaux horaires.

Au 17ème siècle, le quartier est devenu une villégiature pour les londoniens fortunés et vous pourrez donc admirer de belles bâtisses.

C’est vers le Old Royal Naval College que nous nous dirigeons. Initialement résidence du roi Henry VIII et sa fille Elizabeth I, le bâtiment a ensuite accueilli un hôpital militaire pour les officiers de la Marine Britannique avant de devenir, entre 1873 et 1998, le College de la Marine. Le bâtiment est désormais, en partie, occupé par le conservatoire de musique et par l’Université de Greenwich. Il est toutefois possible de visiter le Painted Hall et la Chapelle de St Peter and St Paul qui sont de véritables merveilles (Retrouvez toutes les informations pratiques ici).

Le Painted Hall, aussi surnommé « La chapelle Sixtine du Royaume-Uni » est un chef-d’œuvre d’art baroque. Le peintre James Thornhill a mis près de deux décennies à peindre entièrement ce hall de 4.000 mètres carré à la gloire de l’Angleterre et de sa Marine. Un gigantisme à couper le souffle. Si cette salle était initialement le réfectoire des officiers de la Marine, elle est ensuite devenue une salle de cérémonie officielle.

La chapelle St Peter and St Paul est tout aussi somptueuse avec son architecture néoclassique. Ses couleurs bleu et crème ainsi qu’une multitude de détails marins rappellent qu’elle a été construite pour les officiers de la Marine qui étaient hospitalisés au sein de l’hôpital militaire, puis pour les recrues en formation qui devaient se rendre à l’office tous les jours. La chapelle accueille toujours des services, ainsi que la chorale sur le temps du déjeuner. Je vous conseille donc de vous y rendre tôt le matin ou à partir de 13h30 puisqu’elle se visite jusqu’à 17h. Il semblerait également que la chapelle soit parfois le lieu de concerts et de mariages.

Greenwich est un très joli quartier qui, à l’instar de nombreux quartier londoniens, accueille son marché et food court. Nous avons donc profité de la météo particulièrement clémente pour un late lunch en face de l’ancien navire Cutty Sark, un bateau de commerce qui se rendait en Chine et en Australie, pour l’importation, respectivement, du thé et de la laine.

L’après-midi est déjà bien avancé, nous reprenons donc les transports pour un dernier tour dans le quartier chic de Mayfair, puis c’est déjà l’heure de récupérer les valises et de reprendre la route de Paris…

Ce fut court, mais intense. Maintenant que les restrictions de voyage ne sont plus en vigueur, je vais pouvoir rattraper le temps perdu puisque je serai de retour à Londres dans deux semaine avec, pour changer, une escale par Cambridge, cette célèbre ville universitaire que je rêve de découvrir depuis que je suis en âge de lire « Harry Potter » (tous les « Colleges » traditionnels anglais me faisant penser à Poudlard…)

See you very soon London !

Si vous voulez retrouver tous mes précédents articles sur Londres avec mes adresses préférées et mes idées d’itinéraires c’est ici !

Cette parenthèse londonienne vous a-t-elle plu ? Vous planifiez un voyage prochainement ?

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Crisanam dit :

    Merci pour ce voyage virtuel qui donnent envie de s’organiser un week-end londonien et de tester les adresses de ton article.

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Merci pour ton retour, je suis contente que ce reportage photo te donne envie d’aller à Londres, cette ville que j’aime tant 🙂

      J’aime

  2. Chardon dit :

    Merci pour ce partage, ça donne très envie de repartir en voyage, et à Londres en particulier ! J’y suis allée deux fois en séjour entre frangins et à chaque fois nous nous sommes créés de super souvenirs, entre musées, promenades, boutiques iconiques et street food / english breakfasts ! L’ambiance à Londres est vraiment agréable (en tout cas quand on y est en tant que touriste), on y sent comme un art de vivre qui n’appartient qu’à cette capitale !

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Avec grand plaisir ! Je suis ravie que cet article ait pu raviver de chouettes souvenirs ! Je suis bien d’accord, Londres dégage une atmosphère très particulière : un certain mode de vie et des ambiances différentes par quartier. C’est vraiment une capitale que j’adore et dans laquelle je me verrai bien vivre !

      Aimé par 1 personne

  3. argone dit :

    Super article, j’adore Greenwich également … et c’est top de s’y rendre en bateau depuis Embankment par exemple … c’est une chouette croisière. Je note les adresses partagées, j’y retourne fin août et même si ce sera bref, j’ai hâte !

    Aimé par 1 personne

    1. L&T dit :

      Merci beaucoup ! J’espère que tu pourras tester certaines de ces adresses. J’ai hâte de découvrir ton article suite à ton séjour. Personnellement, je découvrais complètement Greenwich et j’ai adoré l’atmosphère de ce quartier. J’ai eu l’occasion de faire une balade en bateau très récemment depuis Westminster mais la navette s’est arrêtée avant Greenwich. J’y testerai bien le téléphérique la prochaine fois…

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.