Mes déceptions lectures #3

Les lectures s’accompagnent nécessairement de leur lot de déceptions. Mon mois de juillet n’a pas dérogé à la règle. J’évoque donc avec vous mes dernières déceptions (pour retrouver les précédentes éditions de « Mes déceptions lectures » c’est ici.)

Si vous avez lu certains de ces livres, n’hésitez surtout pas à me dire ce que vous en avez pensé, que vous partagiez mon avis ou non!

Le livre : « Chanson douce »

L’auteure : Leïla Slimani est une journaliste et écrivaine franco-marocaine. Après avoir tenté le métier de comédienne, elle est engagée au magazine Jeune Afrique  et y traite des sujets touchant à l’Afrique du Nord. En 2014, elle publie son premier roman « Dans le jardin de l’ogre ». Le sujet (l’addiction sexuelle féminine) et l’écriture sont remarqués par la critique et l’ouvrage est proposé pour le Prix de Flore 2014. Son deuxième roman, « Chanson douce », obtient le prix Goncourt 2016, ainsi que le Grand Prix des lectrices Elle 2017. En 2016, elle publie le recueil de textes « Le diable est dans les détails ». En parallèle, elle cosigne l’ouvrage collectif théâtral « Scandale ». Leïla Slimani se consacre aujourd’hui principalement à l’écriture. En 2017,  elle publie trois ouvrages : « Sexe et mensonges : La vie sexuelle au Maroc » qui a eu un fort retentissement médiatique, le roman graphique « Paroles d’honneur » et « Simone Veil, mon héroïne ».

Le résumé : « Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame. »

Mon avis : Comment passer à côté de ce titre qui a fait tant de bruit ?! Prestigieux prix Goncourt, grand prix des lectrices Elles et prix des lycéennes Elles, il a été récompensé à de multiples reprises. J’étais donc très impatiente de le découvrir, d’autant plus que la quatrième de couverture est intrigante et qu’une des protagonistes principales est avocate, forcément ça m’appelait.

Pourtant je suis ressortie déçue de cette lecture. J’ai lu ce livre en trois jours car l’intrigue reste prenante et la personnalité des personnages est bien développée. Surtout celle de Louise cette nounou qui semble parfaite sous tous égards et qui pourtant est constamment sur le fil du rasoir, au bord du précipice et dont on attend, tout au long du livre et avec une tension palpable, le moment où elle va basculer.

C’est là qu’arrive la déception, car ce moment n’arrive jamais vraiment mais reste simplement sous-entendu. Toute cette montée en pression se dégonfle comme une baudruche. Certes la première page est saisissante, mais j’en attendais réellement plus d’un livre qui a reçu une distinction telle que le Goncourt (même la plume de l’auteure m’a semblée un peu banale).

Je pense que j’aurais davantage apprécié cette lecture sans tout l’abattage médiatique qu’il y a eu autour. J’ai appris qu’une adaptation cinématographique allait être réalisée, à voir ce que ça donne…

📖📖📖

Le livre : « La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane »

L’auteure : Abby Clements est une romancière anglaise. Elle a travaillé dans l’édition avant de se lancer dans l’écriture. Elle est l’auteur de « La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane« , « Le charmant cottage d’Amelia » et « Les divines glaces à l’italienne d’Anna » (la suite de « La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane »). Pour la suivre c’est ici.

Le résumé : « Quand Imogen et Anna héritent de façon totalement inattendue de la petite boutique de crèmes glacées de leur grand-mère, leur vie va se trouver chamboulée. 
Le glacier qui se trouve à Brighton en bord de mer possède énormément de charme mais n’attire plus les clients. L’été approchant à grand pas, les deux sœurs vont devoir trouver des solutions ! Leur meilleure volonté pourra-t-elle surmonter les tensions dans leurs familles leurs vies sentimentales agitées et le très réputé climat anglais ? Une chose est sûre, cet été ne sera pas comme les autres… »

Mon avis : Je me suis lancée dans cette lecture après avoir lu de bons avis sur la blogosphère. Je ne m’attendais pas à grand chose je dois bien l’avouer, mais tout de même à un bon feel-good qui me donnerait envie de sourire à la vie, de retourner à Brighton et de m’empiffrer de crèmes glacées dégoulinantes.

En réalité j’ai été un peu déçue car j’ai trouvé l’histoire très attendue (vous me direz c’est un peu normal avec ce style de livre), ceci dit j’ai nettement préféré « La pâtissière de Long Island » (ici), « Un goût de cannelle et d’espoir » (ici) ou même « La petite boulangerie du bout du monde » (ici) qui ressemble pas mal à ce livre en ce sens qu’il est beaucoup plus léger que les précédents qui ont une dimension historique.

Les personnages sont pourtant assez attachants et on trouve des intrigues familiales et amoureuses en plus du challenge que représente la reprise de la boutique familiale qui tombe clairement en décrépitude, mais je pense que ce genre de livre commence à me lasser un peu. Si vous aimez les feel-good gourmands, la lecture reste agréable sur la plage et rassurez vous j’avais quand même envie de manger des glaces. Cependant, je ne recommande pas tout particulièrement ce livre mais reste sur mes précédentes recommandations (« La pâtissière de Long Island », « Un goût de cannelle et d’espoir », « La petite boulangerie du bout du monde »). Personnellement, je ne lirai pas « Les divines glaces à l’italienne d’Anna », la suite des aventures d’Anna et Imogen.

📖📖📖

Le livre : « Le scarabée bleu »

L’auteure : Emmanuelle Jappert est écrivaine, formatrice, enseignante, entrepreneure, conférencière et consultante. Spécialiste de la communication, du marketing et de l’édition, elle conseille les professionnels qui ont besoin d’un regard extérieur. Aujourd’hui ses thèmes de prédilection sont tournés vers le développement personnel et durable, la philosophie, la psychologie. Animée par l’envie d’apporter un nouveau regard sur les femmes à travers le prisme de l’activité physique, Emmanuelle Jappert a publié « Wonder Sport Women » et le « Cahier Running pour les nuls« .  « Le scarabée bleu » est son premier roman. Pour la suivre, c’est ici.

Le résumé : « Anicha vit dans une oasis reculée du Maroc. Elle passe le plus clair de son temps à dévorer des livres. Seulement, en se coupant ainsi des autres et du monde, elle oublie les joies simples de l’existence. Jusqu’au jour où elle rencontre un scarabée bleu, posé sur une pivoine. L’insecte devine en elle un potentiel hors du commun. Il va alors l’entraîner dans une quête initiatique à travers Marrakech, puis Tanger, avant d’arriver en Égypte. Après bien des épreuves, Anicha va y découvrir son destin ! Ce roman onirique et resplendissant est un voyage à la rencontre de notre enfant intérieur, cette partie en chacun de nous si vulnérable, belle et forte à la fois. »

Mon avis : Je remercie Babelio et les Editions Eyrolles pour l’envoi de ce livre à la couverture si jolie (il faut bien le dire, elle m’a tapé dans l’œil).

J’étais intriguée par cette histoire de développement personnel à la façon d’un conte initiatique des « mille et une nuits », malheureusement, j’ai du mal à accrocher. Les romans de développement personnel (qui ne sont donc pas des essais) ne me parlent pas vraiment (d’ailleurs je vous en parlais déjà avec ma déception pour « Et j’ai marché pieds nus dans ma tête » ici) à l’exception des livres de Laurent Gounelle (« Les dieux voyagent toujours incognito » ici et « Le jour où j’ai appris à vivre »).

Une fois encore ça n’a pas pris avec moi car j’ai trouvé l’histoire très naïve et enfantine. Ainsi, les enseignements philosophiques ont sonné un peu creux à mes oreilles et j’ai fini par abandonner la lecture. En revanche, j’imagine tout à fait ce livre destiné à un public beaucoup plus jeune et joliment illustré en couleur. Si vous êtes plus friands que moi des romans de développement personnel, vous aimerez peut être.

Est-ce que vous avez lu ces livres? Si oui, partagez vous mon avis? Avez-vous également eu des déceptions lectures ces derniers temps? 

Crédit photos : Cosmic Sam

11 commentaires Ajouter un commentaire

  1. J’ai beaucoup aimé « Chanson douce » mais il faut dire que j’avais réussi à faire abstraction de tout l’abattage médiatique qu’il y a eu autour. Et justement, j’ai aimé cette montée en tension et subitement : plus rien !
    « Le scarabée bleu » me faisait assez envie, notamment grâce à sa couverture, mais les livres de développement personnel, c’est pas trop mon truc :/

    Aimé par 1 personne

    1. Cosmic Sam dit :

      C’est vrai que sans tous les avis autour de ce livre j’aurais peut-être plus accroché. J’ai bien aimé mais j’ai vraiment eu du mal à comprendre l’engouement autour de ce livre qui reste assez « classique » (surtout pour un Goncourt. Ceci dit c’est bien que le prix se « démocratise » un peu). J’en attendais plus sur la personnalité de Louise et son « burn out », ce qui aurait pu être une vraie claque pour le lecteur. Concernant le « Scarabée bleu » c’est vrai que la couverture est magnifique et en fait un beau livre-objet dans une bibliothèque mais si tu n’aimes pas trop le développement personnel je ne suis pas sûre que tu accroches…

      J'aime

      1. J’avoue avoir rarement lu des Goncourt, du coup je ne pourrai pas comparer avec d’autres livres. Ca reste assez classique et, en même temps, pas mal de monde pensait avoir les réponses au pourquoi du comment, ce qui est généralement le cas dans les romans, or on n’a que quelques éléments ici. Comme dans la vraie vie, en fait. C’est ça que j’ai aimé. Et plus qu’une réussite, c’est un livre sur une histoire très choquante – à mon sens.
        Un jour, je tomberai certainement sur un livre de développement personnel qui me fera changer d’avis sur le genre, mais probablement pas un livre jeunesse 😉

        Aimé par 1 personne

      2. Cosmic Sam dit :

        C’est vrai que l’histoire est très choquante. les premières pages du livre sont glaçantes…

        Aimé par 1 personne

  2. J’ai aussi beaucoup aimé « Chanson douce », mais je l’ai lu avant le Prix Goncourt, et j’avais forcément beaucoup moins d’attentes. Ce roman m’a surprise, et c’est sans doute pour ça que je l’ai apprécié. Je comprends qu’il puisse décevoir ceux qui le découvrent aujourd’hui après le bruit qu’il y a eu autour !

    Quant à La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane, je l’ai bien aimé, sans plus. J’ai été totalement victime de la couverture bien marketée. C’est frais et pas bien transcendant !

    Aimé par 1 personne

    1. Cosmic Sam dit :

      Concernant « Chanson douce » je comprends que le livre plaise mais je trouve qu’il s’oublie assez rapidement une fois refermé, il ne marque pas le lecteur comme d’autres romans savent si bien le faire (selon moi). C’est pour ça que j’ai bien aimé le découvrir pendant les vacances, mais il m’a laissé sur un goût d’inachevé.
      Pour « La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane » je partage complètement ton avis! Comme quoi la couverture est importante dans le choix d’un livre. C’est une lecture de plage qui répond à ce qu’on lui demande, mais il y a des feel-good « gourmands » plus travaillés. Est-ce que tu as lu la suite?

      J'aime

      1. Non, je ne sais pas encore si ce sera le cas… Mais je risque d’encore me laisser tenter !

        Aimé par 1 personne

      2. Cosmic Sam dit :

        Haha moi aussi je sais que je vais me laisser tenter prochainement par un livre du même style (il faut dire que les couvertures nous attirent l’oeil… Tu as vu celle de « L’irrésistible histoire du café myrtille? » 🙂

        J'aime

      3. Les nouvelles couvertures chez Nil sont toutes magnifiques. Et oui, là encore je serais susceptible de craquer juste pour ça !

        J'aime

  3. Couturier christine dit :

    J’ai lu chanson douce et comme toi j’ai été déçue. Le style d’écriture ne m’a pas séduite et la façon dont l’histoire se déroule non plus. Je n’ai pas compris pourquoi ce roman avait obtenu le prix Goncourt.

    Aimé par 1 personne

    1. Cosmic Sam dit :

      J’ai l’impression que nous sommes plusieurs à partager cet avis (peut-être que nous avons trop été influencés dans la lecture par le prix Goncourt et le phénomène de médiatisation autour du livre…)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.