Les arts graphiques d’Harry Potter à la galerie Arludik…

Si vous aimez l’univers d’Harry Potter et des Animaux Fantastiques⚡️, vous connaissez sûrement le travail extraordinaire des graphistes ayant travaillé sur les films. Derrière chaque Gazette du sorcier, chaque affiche animée, chaque étiquette de potion ou emballage de bonbons farceurs, se cache une équipe : MinaLima (Mina pour Miraphora et Lima pour Eduardo) 🎨.

La galerie parisienne Arludik vous propose de découvrir une partie de leur travail grâce à une exposition qui prendra fin le 4 mars prochain.

Alors enfourchez vos Nimbus 2000 et filez à la vitesse de l’éclair direction l’île Saint-Louis! 💨

img_6454

Exposition gratuite, ouverte du mardi au samedi de 14 à 19h. 

Galerie Arludik 12 rue Saint-Louis en l’île 75004 Paris 

img_6440

Il est vraiment impressionnant de se rendre compte de la minutie de ces graphistes qui déploient tant d’imagination et de talent pour réaliser des couvertures de livres ou de simples enveloppes qui n’apparaissent que quelques fractions de secondes à l’écran. 🎬

Ce sont tous ces détails qui rendent l’univers magique d’Harry Potter si crédible et complet!

Ma visite aux studios Warner (ici) m’avait déjà fait prendre conscience de l’ampleur de la tâche de ces pro du dessin numérique, mais je trouve vraiment chouette de pouvoir aller contempler leur travail comme de véritables pièces d’art.

img_6442

img_6443-1

Toutes les affiches sont à vendre! 💸 Comptez tout de même une bonne centaine d’euros pour une version standard et plusieurs centaines pour une version premium signée et, pour certaines, agrémentées de feuilles d’or. (Pour le souvenir, vous pourrez tout de même vous offrir l’affiche de l’expo pour 5€ uniquement!)

img_6456

img_6464

img_20170107_190806

img_6445

img_6457

img_6460

En bref : une jolie parenthèse enchantée dans cet univers pour les fans ET les moins fans!

img_6435

Avez-vous envie de vous y rendre? Comptez-vous devenir l’heureux acquéreur d’une des ces magnifiques affiches? 

Crédit photos : Samsha Tavernier

La fille du train – Paula Hawkins

Me revoilà avec une chronique livresque! J’ai enfin lu « La fille du train », le roman noir phénomène de l’année dernière! Je vous dis ce que j’en ai pensé…

Le livre : La fille du train 

img_6341

Crédit photo : Samsha Tavernier

L’auteure : Paula Hawkins est une écrivaine britannique. Elle a étudié la philosophie, la politique et l’économie à l’université d’Oxford. Elle fut d’abord journaliste pour The Times avant de se lancer dans l’écriture, dans un premier temps sous le pseudonyme d’Amy Silver.
« La Fille du train » a été un phénomène en librairie et s’est vendu à 11 millions d’exemplaires à travers le monde!

Pour la suivre, c’est ici

Le résumé : « Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu… »

Mon avis : Après avoir entendu bien des éloges sur ce livre j’ai enfin succombé à la tentation.

L’histoire nous est, dans un premier temps, contée en fonction des trajets en train de Rachel (un le matin et un le soir), puis d’autres personnages prennent le relais par alternance. Le ton est résolument féminin et aborde les problèmes que peuvent rencontrer des femmes en apparence « bien » sous tous rapports.

Il faut quelques chapitres avant d’être complètement immergé dans l’histoire, après quoi le livre se lit très rapidement.

« La fille du train » est davantage un thriller psychologique qu’une intrigue policière à proprement parler. Au fur et à mesure des chapitres on se retrouve entraîné dans une spirale (de mensonges, trahisons et autres secrets lourds à porter) dont on se demande si l’on ressortira indemne, cependant le roman ne regorge pas d’actions et de revirements de situation (excepté la chute très inattendue).

Malgré le suspense prégnant et l’envie de découvrir le fin mot de cette histoire de mystérieuse disparition, j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages torturés de ce livre :

  • Rachel ravagée par son divorce et son alcoolisme,
  • Megan par ses secrets et sa recherche perpétuelle d’un amour qui n’existe pas,
  • Anna par sa paranoïa et son nouveau statut de mère au foyer (après avoir connu celui de « l’irrésistible » maîtresse).

Ces tourments, rendent néanmoins l’exploration de ces personnages très interessante.

En bref : J’ai apprécié cette lecture à suspense et en fermant ce livre je me sentais encore un peu perturbée par le machiavélisme déployé par l’esprit humain. Pas un vrai coup de coeur, mais je le recommande tout de même!

Et le film?  Le livre a été adapté au cinéma avec un casting XXL : Emily Blunt, Justin Theroux, Luke Evans, Lisa Kudrow…

J’ai visionné le film après avoir lu le livre et j’ai été déçue! J’ai eu la sensation de bribes d’histoires sans grand intérêt. L’aspect réellement intéressant de « La fille du train » est la dimension psychologique, ce qui est bien sûr bien plus difficile à faire ressortir à l’écran. Je ne conseille pas ce film, cependant mon avis est à nuancer car la personne avec qui je l’ai regardé n’avait pas lu le livre auparavant et a su apprécier cette adaptation.

Avez-vous lu ce livre? Vu le film? Qu’en avez-vous pensé? 

Perdez vous dans la jungle du Aloha Café

Ce mois de janvier est tellement froid que je me sens obligée de venir à la rescousse pour réchauffer un peu vos minimes autour d’un bon café dans une ambiance tropicale! ☕️🌴

Au coeur de Pigalle, laissez vous tenter par le très joli « Aloha Café » tout de vert vêtu et de grandes feuilles de palmes. (Attention le lieu est hautement photogénique!)

 

Aloha Café 32 Rue Pierre Fontaine, 75009 Paris

img_6393

Au regard de son slogan « Good coffee and food for nice people« , le personnel de ce petit paradis rétro est très chaleureux et vous donnera envie de rester des heures à rêvasser.

img_6412

img_6391

img_6414

img_6394-1

Vous pourrez y venir pour bruncher (formule copieuse à 20euros), luncher (avec un menu différent chaque semaine), pour juste pour le goûter! 🍪🍩

img_6422

img_6420

Tout est fait maison avec de bons produits et présenté dans une adorable vaisselle aux couleurs pastels qui fait penser à une chouette dinette! 💕

img_6400img_6406

Il y a également plein de livres à disposition que vous pouvez emprunter le temps de quelques heures pour vous tenir compagnie (et pour avoir une excuse pour reprendre de ce délicieux gâteau choco-noisette, gluten free)! 📚

En moyenne, comptez 7€ pour le goûter! Tout à fait raisonnable pour passer un bon moment entre copines à faire plein de photos. 📷

img_6432

Connaissez-vous ce spot Parisien? Avez-vu envie de vous y perdre pour quelques heures? 

Crédit photos : Samsha Tavernier

Les brumes de Riverton – Kate Morton

J’ai enfin décidé de sortir ce livre de ma pile à lire et grand bien m’en a pris! Véritable coup de coeur pour ce roman. Je vous en parle plus en détails et espère vous convaincre de le dévorer à votre tour!

Le livre : Les brumes de Riverton

img_6232

Crédit photo : Samsha Tavernier

L’auteure : Kate Morton est une écrivaine australienne, connue pour ses romans de style gothique. Elle possède une maîtrise sur la littérature victorienne ainsi qu’un doctorat sur le gothique dans la littérature contemporaine. »Les brumes de Riverton » est le premier roman que l’auteure a écrit et pour lequel elle a remportée un succès mondial. Depuis, elle a publié 5 livres dont le dernier est « L’enfant du lac« .

Le résumé : « Été 1924, dans la propriété de Riverton. L’étoile montante de la poésie anglaise, lord Robert Hunter, se donne la mort au bord d’un lac, au cours d’une soirée. Dès lors, les sœurs Emmeline et Hannah Hartford, seuls témoins de ce drame, ne se sont plus adressé la parole. Selon la rumeur, l’une était sa fiancée et l’autre son amante…
1999. Une jeune réalisatrice décide de faire un film autour de ce scandale et s’adresse au dernier témoin vivant, Grace Bradley, à l’époque domestique au château. Grace s’est toujours efforcée d’oublier cette nuit-là. Mais les fantômes du passé ne demandent qu’à se réveiller… »

dfd460f670222cc6cd5b07a9a086282c

(source)

Mon avis : Véritable coup de coeur pour ce livre déniché en brocante il y a plus de 6mois. J’ai mis du temps à me décider à l’ouvrir mais une fois que je l’ai fait, impossible de m’arrêter!

On suit les pensées de Grâce une vieille dame qui voit les bribes de son passé bien enfoui resurgirent pour venir la hanter. Tout au long du roman on est tenus en haleine par ce secret et cette boîte de Pandore qui ne demande qu’à s’ouvrir. Ce sont bien les deux derniers chapitres qui lèveront le voile, mais en attendant on ne s’ennuie pas du tout.

Kate Morton nous dresse une peinture de la vie de l’aristocratie britannique au début du XXème siècle. Fresque de la première guerre mondiale aux années folles sur des airs de jazz en passant par l’émancipation des femmes et le farouche combat des suffragettes.

Tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce livre un succès : une romance passionnée, un triangle amoureux, des intrigues et un secret inavouable.

Avec cette oeuvre, on est à la fois plongé dans la vie quotidienne des grandes familles anglaises de l’époque, mais également dans celles des personnes de l’ombre qui se rendent pourtant indispensables : les valets, majordomes, femmes de chambre, cuisinières. Deux mondes parallèles se côtoient tous les jours sans pour autant se mélanger complètement et chacun possède ses propres intrigues.

La plume de Kate Morton est entrainante et imagère. On passe sans mal des moeurs victoriennes à l’époque contemporaine, des pensées d’une femme de chambre à celle d’une « honorable » lady. Les différents chapitres sont ponctués de faux articles de presse, promotions de films et autres encarts qui rendent l’histoire d’autant plus réaliste.

33c28e8e6ba2f37c6bb00455af3f46f8

(source)

En bref : J’ai passé un super moment de lecture et je recommande absolument ce livre! Les fans de la série Dontown Abbey ne pourront que l’apprécier car ce roman se place exactement dans la même lignée!

Last descendants – Matthew J. Kirby

Me voici de retour avec une nouvelle chronique lecture! 📖

Je remercie chaleureusement Babelio et les éditions Bayard de m’avoir sélectionnée pour découvrir ce premier tome et pour m’avoir permis de rencontrer l’auteur Matthew J. Kirby! 🎈

Le livre : Last descendants – Tome 1

img_4355

L’auteur : Matthew J. Kirby est un auteur américain. Fils d’un marine et passionné par l’histoire. Son envie d’écrire lui vient de l’auteure Ursula K. Le Guin’s. Il a écrit plusieurs livres young adult et fut récompensé notamment par le prix Edgar-Allan-Poe du meilleur roman pour la jeunesse.

Pour le suivre : c’est ici.

Le résumé : « Rien ne va plus dans la vie d’Owen depuis que son père est mort en prison, accusé d’un crime qu’il n’aurait pas commis. Au lycée, le garçon fait la connaissance de Monroe, un informaticien qui lui propose d’utiliser l’Animus, une machine qui permet, grâce à l’ADN, d’explorer le passé de ses ancêtres. Owen accepte. Au cours de l’expérience, il remonte à l’époque des Conquistadors, au Mexique, et découvre l’existence de la dague d’Hernan Cortès, un fragment d’Eden aux pouvoirs mystérieux. Monroe lui explique que, depuis la nuit des temps, deux organisations secrètes – la Confrérie des Assassins et l’Ordre des Templiers – sont prêtes à tout pour s’emparer de cette relique. Pour empêcher que celle-ci ne tombe entre leurs mains, Monroe fait appel à six adolescents, – Owen et son ami Javier, Sean, Grace, David et Natalya – car leur ADN comporte une mémoire commune : leurs ancêtres ont tous été à une certaine époque en contact avec la relique. Grâce à l’animus, Monroe les envoie dans le passé avec un objectif : récupérer la dague d’Hernan Cortès. C’est ainsi que le petit groupe se retrouve en plein coeur de New York, en 1863 à la veille des violentes émeutes qui ont secoué la ville. Chacun se retrouve projeté dans le corps de l’un de ses ancêtres, templier ou assassin… Mais attention : influer sur le passé peut avoir de terribles conséquences sur le présent… »

Mon avis : Je ne suis pas du tout familière de l’univers des jeux vidéos, pourtant quand j’ai lu la quatrième de couverture de Last Descendants, j’ai été immédiatement séduite : de l’aventure, des sauts dans le temps, une quête… Bref tous les éléments d’un bon young adult.

On rentre très facilement dans l’histoire et on s’attache au personnage d’Owen, un jeune homme en quête d’identité et de vérité, cherchant à défendre la mémoire et l’honneur de son père envers et contre tous.

Son univers de lycéen va très vite basculer lorsqu’il se voit embarqué, avec son meilleur ami Javier, dans une simulation génétique sur la trace de ses ancêtres. ⏳

Les sauts dans le temps sont très bien développés et intéressants. On en apprend pas mal sur les grands événements historiques ayant secoué l’Histoire américaine et notamment les Draft Riots durant la guerre de Sécession américaine. Les descriptions sont vivantes et on s’imagine bien en train de jouer une partie de jeu vidéo, tout en ayant accès aux pensées des personnages, qui se démultiplient dès lors qu’ils rentrent dans la tête de leurs ancêtres.

L’ambiance m’a également fait penser, à de nombreuses reprises, à celle du film Gangs of New York ! 🔪

L’histoire s’inscrit clairement dans l’univers Fantasy, mais n’en perd pas pour autant sa crédibilité. Rien ne m’a semblé tiré par les cheveux, contrairement à certains livres du même genre.

Ce tome est dans la même lignée que le livre « Le jeu du maître » de James Dashner, dont je vous parlais ici, avec le côté informaticien de l’extrême en moins (par conséquent, pas de problème de compréhension). 🙌🏽

Le plus : une réelle mixité culturelle non seulement au regard des sauts dans les différents épisodes historiques, mais également au regard des personnages : garçons et filles, de toutes les classes sociales, origines, condition physique et orientation sexuelle, ce qui permet aux lecteurs de s’identifier relativement facilement à ces héros des temps modernes.

En revanche, je ne peux me prononcer sur la fidélité de l’histoire à l’univers du célébrissime jeu vidéo dont il est inspiré : Assassin’s Creed, n’y ayant, moi-même, jamais joué.

Voici un petit extrait du premier jeu :

En bref : Une plume fluide et facile à lire, une histoire prenante très riche en rebondissements. Je vous le conseille tout spécialement si vous êtes un fan de la série et/ou que vous aimez les romans d’aventures. Je suis très pressée de découvrir la suite des aventures des Last Descendants en Chine (il faudra cependant attendre décembre 2017)! 😱

En attendant, vous pouvez retrouver l’ambiance Assassin’s Creed sur grand écran avec la sortie cinéma du film inspiré de l’univers et comptant au casting Michael Fassbender et Marion Cotillard (oui oui rien que ça)!

✨ La rencontre ✨

img_20161203_191721

Concernant son intérêt pour les jeux vidéos :

Matthew joue, lui-même, aux jeux vidéo depuis qu’il est jeune garçon et a découvert l’intérêt qu’il y portait avec les premiers jeux sur CDroms comme « Game Quest ». Avec Assassins’ Creed, cela a pris une autre dimension puisque ce jeu est venu toucher une autre corde sensible : l’Histoire.

Toutefois, ce n’est pas Assassins’Creed qu’il lui a donné envie d’écrire, car Matthew savait depuis l’âge de ses 12 ans qu’il serait écrivain. En revanche, l’univers du jeu inspire fortement ses descriptions historiques dans ses histoires.

Concernant la collaboration avec Ubisoft :

Tout à commencé lorsque la société Ubisoft (qui développe la série de jeu Assassins’ Creed) a fait savoir qu’elle cherchait un partenariat avec une maison d’édition américaine. C’est finalement Scholastic (la maison d’édition de Matthew) qui a décroché le contrat. Le choix s’est ensuite assez naturellement porté sur Matthew, étant spécialisé dans les récits historiques en plus d’être un gamer.

La première réunion a eu lieu à New York et Ubisoft a rapidement fait savoir à Matthew qu’il jouissait d’une grande liberté dans son histoire. Les seules contraintes étaient de réaliser une aventure épique, touchant les adolescents.

Seuls les aspects les plus techniques et notamment le fonctionnement de l’Animus (la machine qui permet de remonter dans les souvenirs de ses ancêtres) ont été laissés à Ubisoft.

Concernant l’aspect psychologique :

En plus d’avoir fait des études universitaires en Histoire, Matthew a également étudié la psychologie. L’aspect relatif à cette matière sur lequel il a souhaité se pencher dans le livre est « l’effet de transfert », à savoir comment une expérience passé peut déteindre sur le présent des personnages et donc est-ce que le passé nous définit ou peut-on s’en détacher?

Concernant le choix de l’époque historique, à savoir les Draft Riots :

Les Draft Riots ont eu lieu durant la guerre de Sécession. Le président Lincoln avait lancé une vague de conscription pour enrôler les jeunes hommes dans la guerre. Or, il était possible de racheter sa conscription. Ainsi, les hommes les plus riches pouvaient échapper à la guerre, tandis que les plus pauvres y étaient contraints, ce qui a déclenché d’énormes émeutes partout dans la ville.

A ce mouvement, est venu se rajouter une dimension raciale. En effet, les hommes partant au combat avaient peur de voir leur travail donné à des hommes noirs affranchis. Par conséquent, il y a eu d’affreuses scènes de violence contre les afro-américains à cette occasion.

Selon Matthew, les Draft Riots représentent un instant clé de l’Histoire américaine et pourtant ne sont pas assez connues. Selon lui, ces problèmes raciaux teintés de méfiance envers les classes politiques sont loin d’être dépassés comme en témoignent les dernières élections présidentielles américaines.

Crédit photos : Samsha Tavernier

Filez vite retrouver la chronique de Delphine du super blog « Le club des natifs du premier avril »: ici!! 

Un Noël à Londres

Aaah les fêtes de Noël sont passées bien trop vite à mon goût, mais cela n’empêche pas la féérie hivernale de persister encore un peu. 💫

J’ai eu la chance de pouvoir passer un week-end à Londres juste avant le réveillon. Malgré mon semestre d’études en Angleterre et mes nombreux séjours au sein de la capitale anglaise depuis, je n’avais pas eu l’occasion de vivre cette période de l’année si particulière.

C’est maintenant chose faite et je le conseille à tout le monde. Malgré le petit vent frisquet, c’est vraiment magique de se promener dans les rues londoniennes en décembre et de se laisser porter par l’agitation ambiante. 🎄

Je vous dévoile mon programme pour deux jours, en espérant que cela vous donne des idées pour un prochain petit séjour!

Le premier jour 

img_5847

Notre hôtel étant situé à Earl’s Court, nous en avons profité pour commencer la journée par une petite ballade matinale à South Kensington le quartier des musées, histoire de s’en mettre plein les yeux… 🇬🇧

img_5853

Ayant déjà visité le Natural History Museum, nous nous sommes orientées pour le Victoria and Albert Museum. Ce musée est vraiment immense (comme la plupart des musées de la ville d’ailleurs) et impressionnant!

img_5854

img_5863

img_5864

img_5869

img_5883

img_5897

img_5898

Je vous conseille également de faire un petit détour par le café du musée qui est vraiment superbe comme vous pouvez le voir! En plus, un petit chocolat chaud par ce temps de brouillard ça ne se refuse pas! ☕️

img_5915

img_5922

img_5919

img_5925

Puis direction Hyde park pour donner à manger aux cygnes. Nous avions en tête de faire un tour au fameux Winter Wonderland : grand parc d’attraction et immense marché de Noël, mais la file d’attente nous a rapidement dissuadé (évitez absolument le samedi) !

img_5840

img_5939

img_5973

img_5956

img_6158

img_5994

Après cette longue marche cheveux au vent (frisquet❄️), il était temps de se réchauffer et de se remplir le ventre. Sur de bons conseils, nous nous sommes rendues dans le quartier de Dalston Junction (pas loin de Shoreditch). Le quartier reste encore populaire mais se « hipsterise« vitesse grand V. Profitez en pour faire un petit tour des super fripes disséminées un peu partout dans le coin.

Nous sommes tombées complètement par hasard sur ce restau/café : L’Atelier (à deux pas dans la gare de Dalston) et ce fut LA révélation du séjour haha. Plus sérieusement l’ambiance est super, le personnel (français) très chaleureux et tous les plats sont healthy et délicieux!! 🍆

img_5996

L’Atelier Dalston : 31 Stoke Newington Rd

Processed with VSCO with hb1 preset

Je recommande les avocado toasts et les red pepper toasts (un petit délice). En dessert succombez pour le croissant au Nutella! 🍫

img_5995

Un bus nous a ensuite menées tout droit au Broadway Market, une bonne adresse pour se laisser tenter par de super produits frais, des petites créations artisanales et de beaux livres d’art! 📚

img_6019

img_6004

Finalement, direction Oxford Street (vu l’heure tardive nous avons pu éviter la foule de l’après midi) pour faire un peu de shopping chez les incontournables Topshop, Urban Outfitters, Anthropologie et Fortnum and Mason!

img_6020

img_6040

img_6037

img_6043

img_6045

✨✨✨

Le second jour 

Le dimanche, nous nous sommes réservées une journée plus calme en commençant par une belle promenade dans les ruelles de la capitale à la recherche des plus beaux Mews de Londres (ces petits passages cachés à l’ambiance bucolique). A la période de Noël les maisons anglaises se parent de leurs plus beaux atours et on en prend plein les yeux! 🌲

img_6065

img_6060

img_6070

img_6101

img_6081

img_6078

img_6089

img_6086

Si vous ne devez faire qu’un seul de ces Mews, je vous recommande le « Kynance Mews »! 🍃

img_6112

img_6109

img_6129

img_6114

img_6143

img_6116img_6133img_6141

img_6136

img_6102

img_6147

img_6144

img_6153

A environ 15 minutes à pied, vous vous retrouverez sur la Fulham Road et vous pourrez passer devant le célèbre Conran Shop, un grand magasin de décoration qui a investi une ancienne usine Michelin à l’ambiance Art Déco.

img_6168

img_6162img_6171img_6180

Toujours à pied, nous avons rejoint Sloane Square pour nous enfoncer dans les rues abritant les fameuses maisons mitoyennes de couleur. 💜💕

A deux pas : la Saatchi Gallery, une adresse que je recommande toujours (même si cette fois l’exposition n’était pas au top).

img_6184img_6189

img_65911

Après toute cette marche, nous avions bien mérité un afternoon tea! C’est Peggy Porschen qui a retenu notre attention avec sa devanture rose pastel et son allure de maison en sucre!   🎀

img_6197img_6202

img_6201

Pour finir la journée en beauté et avant de reprendre le métro pour Saint Pancras, je voulais absolument faire un tour au Leadenhall Market, un magnifique marché couvert qui a inspiré le magique Chemin de Traverse dans Harry Potter. ⚡️

Une fois encore, à cette période de l’année, le marché est tout simplement féérique. (Attention toutefois le week-end les boutiques et restaurants sont fermés, vous pourrez simplement profiter de la beauté architecturale).

img_6207img_6209img_6219img_6222img_6227

Et voilà, cette parenthèse londonienne est vraiment passée très vite, mais nous en avons bien profité. Je continue de m’émerveiller de cette ville alors que je devrais commencer à la connaître par coeur, il y a toujours quelque chose pour m’étonner.

Pour mon prochain séjour j’aimerais m’éloigner un peu du Central London et découvrir les richesses des zones plus éloignées et des grands parcs. Je pense réserver cela pour le retour des beaux jours au printemps… Affaire à suivre!

Crédit photos : Samsha Tavernier. 

Bienvenue au paradis des fashionnistas : le concept de la librairie Sézane

J’espère que vous avez passé de superbes fêtes de fin d’année! ⛄️ Je débarque avec une très belle découverte! Pour toutes celles qui aiment les livres autant que les sacs en cuir et autres accessoires méga tendance (il n’est jamais trop tard pour se faire un beau cadeau), cette librairie est faîte pour vous!

Je parle bien sûr de la librairie Sézane (de la désormais célèbre marque de vêtements et accessoires) dans le 2ème arrondissement de Paris.

img_20161211_164151

L’appartement et la librairie Sézane : 1 Rue Saint-Fiacre, 75002 Paris

img_20161211_163346

img_20161211_163948

img_20161211_170857

Le concept : entrez, servez vous un bon expresso ☕️ dans une des jolies tasses à disposition, piochez un des livres d’art qui vous intéresse et installez vous dans le confortable sofa pour le feuilleter. Vous pourrez même déguster une des mignardises à disposition 🍪.

img_20161211_163532

img_20161211_164857

img_20161211_164029

Et hop, dès que vous vous sentez prête à sortir votre porte-monnaie, vous pouvez aller essayer et craquer pour un des superbes sacs de la collection Sézane 👜. Honnêtement c’est difficile de ne pas craquer!

img_20161211_164433

img_20161211_165303

img_20161211_164940

Le plus : Vous pourrez faire graver votre sac à la feuille d’or (avec vos initiales ou un petit mot qui vous tient à coeur et que vous voulez toujours garder près de vous).

Parfait non? ❤️

img_20161211_163717

img_20161211_165155

img_20161211_164333

Profitez en, pendant que vous y êtes, pour faire un tour à « l’Appartement » juste à côté pour découvrir la collection mode et déco. En plus, pour les fanas de Londres comme moi, il y a tout un département Fortum & Mason et Biscuiteers où vous pourrez retrouver leur délicieux thés, biscuits et vaisselle typiquement British. 🇬🇧

img_20161211_171019

Que pensez-vous de ce concept? Vous connaissez cette marque? 

Crédit photos : Samsha Tavernier

Carnaval – Ray Célestin

Une petite chronique lecture ça vous tente? 📖

Je vous parle d’une « nouveauté » poche : un chouette roman policier tiré d’un fait divers se déroulant à la Nouvelle- Orléans, et dont la couverture est magnifique! ✨

C’est parti!

Le livre : Carnaval

img_5836

Crédit photo : Samsha Tavernier

L’auteur : Ray Célestin est un auteur anglais, également linguiste et scénariste pour la télévision. « Carnaval » est son premier roman. Il a été élu meilleur premier roman de l’année par l’Association des écrivains anglais de polar!

Le résumé : « Lorsqu’en 1919 un tueur en série s’attaque aux habitants de La Nouvelle-Orléans en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot, la panique gagne peu à peu. On évoque le vaudou. Les victimes étant siciliennes, les rivalités ethniques sont exacerbées. Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l’agence Pinkerton, Ida, et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca D’Andrea, vont tenter de résoudre l’affaire. Mais eux aussi ont leurs secrets… Alors qu’un ouragan s’approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à sévir. Le chaos est proche. »

tarot

(source)

Mon avis : Je devais lire Carnaval dans le cadre du Club de lecture du Pingouin Vert (dont je vous parlais déjà ici et ici). Pour tout vous dire c’était même la lecture du mois d’octobre (Halloween tout ça, tout ça 🎃), mais comme vous pouvez le constater, j’ai pris pas mal de retard !

Pas grave, je tenais tout de même à lire ce petit pavé (500 pages tout de même) pour frissonner (non pas de froid, quoique…) mais de peur. En effet, cette histoire a tout pour vous faire trembler : une ambiance un peu glauque, un tueur en série sadique laissant des messages sanglants sur ses scènes de crime, accompagnés de carte de tarot mystiques et surtout c’est une histoire tirée de faits réels ! 🔪

Je salue vivement les descriptions et la transcription de l’ambiance de la Nouvelle Orléans à l’époque de la prohibition : joyeux melting-pot de transgression, crimes mafieux et vaudou, le tout sur un rythme de jazz endiablé 🎷. Le « Gumbo yaya» comme on dit là-bas.

On est rapidement plongé dans les ruelles sombres et fiévreuses de cette ville entre ciel et terre, partagée entre l’animation perpétuelle de la capitale et le bayou mystérieux et spectral.

J’ai aimé suivre les différents protagonistes et leur chassé-croisé entre eux. Tous ont un passé tumultueux et une multitude de démons à leur trousse. Il n’y a pas de « bon » ou de « mauvais » chez les personnages de Ray Celestin, juste une succession de nuances de gris que l’on découvre tout au long du roman et qui les rend tous attachants à leur manière. On s’identifie nécessairement à leurs imperfections.

Tout le livre (divisé en plusieurs parties) tourne autour de l’identité mystérieuse du « tueur à la hâche » et les différents personnages mènent leur enquête chacun de leur côté, suivant des pistes différentes. La démarche est intéressante, car on appréhende une même affaire criminelle de façon totalement différente en fonction des personnages. Le hic, c’est que l’on s’y perd un peu. Il m’est, à de nombreuses reprises, arrivé de me sentir un peu déboussolée, car je ne me souvenais plus quelle piste avait été suivie par telle personne et comment on en était arrivé à cette conclusion.

Toute l’enquête se déroule sur fond de métaphore filée relative à la météo. Plus on se rapproche de la catharsis et de la vérité tant désirée, plus le temps vire à l’orage pour que finalement éclate un énorme ouragan qui fera table rase du passé⚡️.

La chute est inattendue (sauf si on connaît le fait divers) et provoque une bonne désillusion (je n’en dévoilerai pas plus).

tarot-1

(source)

En bref : J’ai passé un très bon moment avec ce livre, sans être un coup de cœur je le recommande aux amoureux de polars 👍🏽.

Alors ce livre vous tente? 

Rejoignez-nous vite sur le Club de lecture : ici 

A la découverte du café zen « Amami »

Aujourd’hui, je tenais à vous faire découvrir une nouvelle adresse parisienne coup de coeur💚. Il s’agit d’AMAMI un petit écrin de zenitude au coeur du 11ème arrondissement qui vous propose de délicieux bentos, thés verts et spécialités au Matcha et Sencha… 🎐

Rien qu’à sa jolie devanture pastel, difficile de ne pas être conquis et de résister à l’envie de se réchauffer agréablement à l’intérieur.

AMAMI Paris : 12 Rue Jean Macé, 75011 Paris

img_4455

img_4460

img_4459

A l’intérieur, l’ambiance est tout aussi chaleureuse avec toutes ces plantes, cette ambiance boisée et lumineuse. Lovez vous dans le beau canapé vert sapin et profitez en pour vous relaxer, surtout qu’il n’y a pas grand monde… Tant mieux, c’est d’autant plus calme avec juste ce qu’il faut de musique d’ambiance (super playlist d’ailleurs)! 🎶

img_4464

img_4495

img_4470-1

img_4473

img_4478

Tout à l’air délicieux, du coup difficile de se décider. J’ai opté pour le thé vert Sencha-Yuzu et le cookie chocolat blanc-matcha (Miammm) 🍪🍵

img_4480

img_4486-1

Le carrot cake est également un vrai délice avec de gros morceaux de noix et fruits confits et un glaçage super léger… 🍰

img_4484

Et tout ça pour des prix très raisonnables (en moyenne 6,5euros)…  👏🏽

img_4496

img_4498

En bref, une super adresse à tester de toute urgence (avant qu’elle ne soit prise d’assaut) pour un déjeuner ou un goûter gourmand en toute tranquillité avec les copines ou un bon bouquin…

Connaissez-vous ce café? Avez-vous envie de vous y rendre? 

Crédit photos : Samsha Tavernier

A la découverte de WHSmith et du salon de thé Twinings

Je vous emmène à la découverte d’une nouvelle librairie dans le quartier du Palais Royal et des Tuileries dont je vous parlais déjà ici (pour découvrir les librairies Galignani et Jousseaume, ainsi que d’autres coup de coeurs shopping)!

Décidément en plus d’être un délice pour les yeux avec ces magnifiques monuments historiques, le 1er arrondissement regorge également de trésors livresques! 📚

Aujourd’hui, c’est à l’assaut de WHSmith que nous nous lançons. Vous devez certainement connaître cette fameuse enseigne anglaise au moins de nom. Il n’existe que deux « franchises » de la fameuse librairie so british en France : une à Calais et une à Paris.

img_4422

650 mètres carré de monts et merveilles de littérature anglaise et étrangère sont proposés dans la belle librairie ancienne, vous aurez le plaisir de découvrir un tout nouvel espace (on ne peut plus britannique) au premier étage! 🇬🇧

img_4379

img_4384

img_4383

img_4421

img_4390

img_4396

img_4393

Et oui, je vous le donne dans le mille (vu le titre de cet article, il n’y avait que peu de suspense), il s’agit d’un immense et très beau salon de thé Twinings, alias le temple du thé! ☕️

img_4403

Ouvert tout récemment, l’adresse reste encore un peu cachée, ce qui vous permettra de passer un moment de pure quiétude. Du moins en pleine semaine (nous nous y sommes rendues un mercredi après-midi), je ne sais pas vraiment ce que cela donne en plein week-end…

img_4408

img_4411

img_4412

Ce salon est vraiment très grand et lumineux. La déco « so cozy » est un régal pour les yeux. Il n’y a pas moins de trois grandes salles proposant chacune une ambiance différente et dans lesquelles vous pourrez aussi bien déjeuner que prendre un traditionnel afternoon tea avec un immense choix de thé (vert, blanc, noir, il y en a vraiment pour tous les goûts). ❤️

img_4416

L’accueil est également très chaleureux, et vous serez très bien conseillés sur les multiples choix si vous ne savez plus où donner de la tête.

img_4419

Niveau budget, j’ai trouvé ça plutôt raisonnable : 14,5 euros par personne (nous étions deux) pour deux théières de très bon thé (of course) et un afternoon high tea composé de deux scones et deux grosses pâtisseries (un brownie tout moelleux tout chaud et une énooorme part de red velvet)! 🙌🏽

img_4405

img_20161130_151458

img_4404

Pouvez vous imaginer une meilleure après-midi qu’une session shopping livresque, suivie d’un délicieux goûter dans un si bel espace?! Not really my dear… 💂🏻

Le + : il est apparement possible de privatiser l’espace pour certains événements, ainsi que d’y organiser des anniversaires pour les enfants. Pour plus d’informations, je vous renvoie à leur page Facebook.

Connaissez-vous cette librairie? Ce salon de thé? Avez-vous envie d’y aller? 

Crédit photos : Samsha Tavernier